Définitions…

Posté le Dimanche 19 octobre 2008

En lisant la presse, on rencontre parfois de drôles de mots…Au premier abord on y prète guère attention mais à y regarder de plus près …on est confronté à la question qui tue : « papa qu’est ce que ça veut dire le népotisme ? » 

C’est vraif00156311.jpgment pas  de chance : vous lui aviez appris à lire avant qu’elle entre au CP, et maintenant c’est elle qui lit par dessus votre épaule…Je ne vais pas lui reprocher de préférer la presse écrite à la Starac ou à Victoria de la Roue de la Fortune…

Et puis je me suis souvenu qu’à son âge je lisais les articles de Maurice Fabreguettes dans ce Provençal, si cher au coeur de Gaston Defferre…Alors assumons notre rôle de père…

Eh bien ma chérie…le népotisme….voyons ce qu’en pense Google…

Et c’est ainsi que je suis parti à la pêche aux termes. Ceux la même qui furent jadis à la source de mes insomnies revenaient me hanter; car bien vite ce premier mot fut rejoint par d’autres tout aussi peu rassurants.

Voilà, donc, ce que j’ai pris dans les mailles de mon filet : entre les lignes il se pourrait que se cache un gros poisson…

 Despotisme : Pouvoir absolu du souverain qui gouverne avec une autorité arbitraire (Tyran, Dictature) (du grec depotes signifiant maître)

Cet homme [Napoléon Ier], dont j’admire le génie et dont j’abhorre le despotisme, cet homme m’enveloppe de sa tyrannie comme d’une autre solitude (Chateaubriand., Mémoires., t. 1, 1848, p. 15) : http://www.cnrtl.fr/definition/pragmatisme

Despotisme Éclairé : Doctrine politique des philosophes du  XVIIIe siècle  selon laquelle le souverain doit gouverner en se laissant guider par les lumières de la raison 

Népotisme: Abus qu’une personne en place fait de son influence en faveur de sa famille, bn2620441.jpg de ses amis(vient du latin nepos : neveu)

Prosélytisme : zèle déployé pour faire des prosélytes ( nouveau converti à une religion, ou personne gagnée à une doctrine, un parti), recruter des adeptes

Rien ne me choque plus que le prosélytisme et ses moyens, toujours impurs (Valéry, Variété V, 1944, p.89).

http://www.cnrtl.fr/definition/pragmatisme

Pragmatisme : Doctrine selon laquelle n’est vrai que ce qui fonctionne réellement, souci d’efficacité

« Le pragmatisme chiraquien dérapait (Le Nouvel Observateur, 30 août 1976, p.21, col. 1). » http://www.cnrtl.fr/definition/pragmatisme

Et voici un article du Sunday Telegraph, repris par Courrier International et le site La Toupie : c’est la meilleure des définitions…

Le népotisme, on a ça dans le sang
« Ce n’est pas sans fierté que le Forum économique mondial de Davos nous a présenté ses futures élites, les young global leaders, ces jeunes dirigeants mondiaux qui « ensemble bâtiront un avenir meilleur » pour la planète. Mais qui sont donc ces jeunes et brillants espoirs ?

 gwt1570261.jpg

 Consultons la liste, tiens, et… mais, attendez voir, certains de ces noms semblent,  disons, familiers. Ça ne serait pas Jonathan Soros, le fils du milliardaire George Soros ? Ouaip. Et Miguel Forbes ? Mais oui, c’est le rejeton de la famille du magazine Forbes. Il y a aussi Aditya Mittal, le fils de 28 ans de Lakshmi Mittal, le baron de l’acier. Tony O’Reilly junior, héritier de sir Anthony, le magnat irlandais. Et Aerin Lauder, petite-fille de la légendaire Estée Lauder. Dans ce catalogue des étoiles montantes, on retrouve encore Nathaniel Rothschild, qui a réussi à gonfler les multimillions de papa, lord Rothschild, grâce à ses propres talents de magicien de la finance. Sans parler des bambins de diverses majestés en Norvège, en Suède et aux Pays-Bas. Mais qui sont les arbitres qui ont veillé à ce que tout ça reste en famille ? Entre autres, Arthur O. Sulzberger, directeur du New York Times, qui a hérité du boulot de son cher père, et James Murdoch, de BSkyB, qui… ah, bref. »
« The Sunday Telegraph », publié par « Courrier International », le 5 février 2005
http://www.toupie.org/Dictionnaire/Despotisme.htm

http://www.linternaute.com/dictionnaire/fr/definition/despotisme/

bxp378991.jpg 

Pour ce qui est de l’illustration photographique, je vous renvoie à la désormais classique formulation :  » Toute ressemblance avec une situation existante ou ayant existé ne serait que pure…(vraiment pure) ..coïncidence. »

-Mais dis moi papa, c’est quoi le F.M.I.?

-C’est …c’est …va voir Gulli, ma chèrie !! 

 

 

 

lafternews @ 17:21
Enregistré dans Breaking the news
Sables mouvants

Posté le Vendredi 17 octobre 2008

La rose des sables 

Sur l’écran noir de mes  nuits blanches, je me fais du cinéma; c’est mon côté dernière séance.
J’emprunte les mots de Nougaro et fais référence à une chanson d’Eddy Mitchell, pour faire ressugir ces scènes mémorables que je repasse en boucle dans un Gaumont Palace imaginaire; je rêve en cinemascope….
J’entends ces voix dans le désert :
-Tu n’as pas peur anglais ?
-Ma peur ne regarde que moi !

Je vois les silhouettes de Peter O’Toole et Omar Sharif dans un saisissant face à face.
Le lieutenant Lawrence et Sherif Ali, devenaient des héros par la grâce du film de David Lean. 

 

« Lauwrence, poéte et archéologue  fait croire à l’Emir Faycal, parce qu’il y croit lui même, que renaîtra l’empire arabe du Khalife Omar. » (Commentaire de Joseph Kessel dans le film de Frédéric Rossif : Un Mur à Jérusalem)

u147897821.jpg 

http://cinema.encyclopedie.films.bifi.fr/index.php?pk=62051

Au terme du long métrage de Lean, on comprend que tous les efforts de l’agent britannique, ne constitueront tout au plus qu’un écran de fumée derrière lequel se négocie le partage du moyen-orient, les accords secrets  Picot – Sykes, du nom de deux hauts fonctionnaires, signés le 16 mai 1916…

« L’entrée dans le conflit des Ottomans, aux côtés de l’Allemagne, s’explique en grande partie par l’hostilité des Turcs aux menées entreprises par les Russes, les Français et les Anglais, qui ont tenté à plusieurs reprises de s’emparer des possessions de l’Empire. De leurs côtés, les Alliés voient dans le conflit l’occasion de réaliser enfin leurs ambitions territoriales. Aussi des négociations secrètes ont-elles lieu entre sir Mark Sykes, pour le compte du gouvernement britannique, et François Georges-Picot, pour celui de la  France. » http://fr.encarta.msn.com/encyclopedia_741538091/Sykes-Picot accord.html

Les 730922771.jpgdocuments originaux peuvent être consultés sur le portail France diplomatie du gouvernement français. http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/ministere_817/archives-patrimoine_3512/expositions_11556/pages-histoire_14041/60e-anniversaire-etat-israel_18854/accords-sykes-picot-1916_62401.html  

Le moyen-orient va donc être découpé en plusieurs zones comme suit:

  1. Une zone d’administration britannique direste (Koweit et Mésopotamie)
  2. Une zone d’influence britannique (sud de la Syrie, Jordanie, Palestine)
  3. Une zone d’administration française directe (Liban et Cilicie)
  4. Une zone d’influence française (Nord de la Syrie et Province de Mossoul)
  5. Une zone d’administration internationale (Saint Jean d’Acre, Haifa et Jérusalem)

http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/asie/syrie-Sykes-Picot-1916.htm

http://www.premiumorange.com/collectif-communiste-polex/histoire/Accord%20Sykes-Picot.html

« Six Jours », « Kippour », la guerre toujours… 

« Périodiquement, le spectre d’un nouveau « Sykes-Picot » ou partage du Proche-Orient imposé de l’extérieur resurgit. La prétention occidentale d’une supériorité morale fondée sur l’application de la démocratie et du libéralisme apparaît alors comme une sinistre mystification. C’est peut-être la conséquence la plus néfaste des choix de la période 1916-1920, régulièrement renouvelés depuis. »

Voilà ce qu’on pouvait lire sous la plume d’Henry Laurens en avril 2003 dans le Monde Diplomatique.

 http://www.monde-diplomatique.fr/2003/04/LAURENS/10102

La connaissance de cet épisode de l’Histoire est indispensable pour qui veut comprendre les multiples conflits du moyen-orient.

bxp483201.jpg

Aussi n’est-il pas étonnant de voir de nombreux sites, qu’ils soient proches de la Palestine ou d’Israel commenter ces accords.

http://www.shalom-israel.info/

http://www.france-palestine.org/

http://www.aloufok.net/

 L’ anglais « Bédouin »

Pour percer les mystères de T.E.Lawrence, on peut parcourir la toile, et partir à la recherche de l’espion de sa majesté….

 http://www.al-lawrence.info/

http://www.vialupo.com/lawrence/

http://wiki.france5.fr/index.php/IL_ETAIT_UNE_FOIS…_-_LAWRENCE_D’ARABIE

….ou lire son ouvrage  »les 7 Piliers de la sagesse »….

Quant à moi je pars rejoindre, Alec Guinness et Anthony Quinn ou devrais je dire l’Emir Faycal Ibn Hussein et Auda Ibu Tayi, chef des Howeitat…

lafternews @ 19:12
Enregistré dans Un oeil dans le Rétro
Crise de Foi

Posté le Mardi 14 octobre 2008

Nous étions face à face, tous les deux, Félix et moi.

Rien de tel qu’un plongeon dans ce bon vieux Gaffiot des années cinquante, qui sentait encore la France d’entre deux guerres : celle d’Indochine et d’Algérie.

J’ai donc ouvert ce respectable dictionnaire de Latin, à la lettre C, pour voir mon Credo.

Et j’ai conjugué ce credo au présent de l’indicatif, …credo, credis : … troisième personne du singulier : credit, il croit.

Quelle surprise ! Maintenant je comprend.

Ta banque croit que tu vas lui rembourser…toi tu crois qu’elle va te prêter.

D’ailleurs je dois confesser que j’ai placé ma confiance ( et pas que ma confiance) dans ces sociétés qui m’expliquaient à la radio, à la télé, sur Internet, qu’avec elles tout allait changer. 

BNP Paribas la banque d’un monde qui change.

Société Générale, on est là pour vous aider.

Crédit Agricole, Une relation durable ça change la vie.

LCL Demandez plus à votre argent.

La Banque Postale, bien plus qu’une banque. 

Banque Populaire, Banque et Populaire à la fois.

Caisse d’Epargne, et si une banque vous aidait à mieux vivre

C.I C. , parce que le monde bouge

Crédit Mutuel, la banque à qui parler.

HSBC, votre banque partout dans le monde

Fortis, banque des entreprises et des entrepreneurs.

ING Direct, Créateur d’intérêt

Vous aviez raison, chers banquiers, grace à vous tout a changé. Le réveil est difficile; on a tous la gueule de bois.

lafternews @ 11:08
Enregistré dans Jean Mineur
Les Raisins de la Colère ne sont pas des fruits de la Passion

Posté le Lundi 13 octobre 2008

 

En ces temps de crise, où les journées semblent suivre des scénarii écrits par Tom Clancy, où les mots font si peur que l’on préfère parler de croissance presque négative, et murmurer le terme de « récession», l’Académie de Stockholm, révèle le nom des lauréats du prix Nobel                                        (  http://nobelprize.org/  ).

mk103811.jpg Transition toute trouvée lorsque l’on sait qu’un certain John Steinbeck obtint le Nobel de littérature en 1962 et que ce même auteur signa les Raisins de la Colère, illustration remarquable d’un Amérique secouée par la crise de 29… Cette œuvre lui ayant valu le Prix Pulitzer en 1940.

  http://www.steinbeck.org/MainFrame.html

Notre première réaction devant l’angoisse du futur est de regarder vers le passé. Que se passa -t-il au cours de l’histoire de l’humanité avant et après les séismes de la finance.

Sans  reprendre intégralement le contenu des articles publiés sur la toile ces derniers jours, sachant que d’une façon générale on retrouve les mêmes repères historiques à une ou deux exceptions près, on peut toutefois citer  :

- 1636: Krach de la tulipe ou «Tulipomanie» aux Pays-Bas.

- 1720: Krach en Grande-Bretagne appelé aussi banqueroute de Law.

- 1882: Krach de l’Union Générale. La faillite de cette banque catholique française entraîne celles de nombreux agents de change. Les Bourses de Lyon et Paris sont ébranlées, plongeant la France dans une crise économique.


- 1929: Krach à Wall Street. Le jeudi 24 octobre.

- 1987: Krach du 19 octobre à Wall Street.  

- 1998: Krach russe.  

- 2000: Fin de la bulle Internet.  bxp418441.jpg 

- 2001: le 11 septembre, attentat au World Trade Center

- 2002: La falsification de ses comptes par le courtier américain en énergie Enron et la fraude du groupe américain de télécommunication Worldcom

http://www.lemonde.fr/la-crise-financiere/article/2008/10/10/les-krachs-boursiers-une-vieille-histoire_1105364_1101386.html

http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/article/20080122/LAINFORMER/80122107/5891/LAINFORMER01http://http://www.linternaute.com/histoire/motcle/482/a/1/1/krach.shtmlhttp://http://www.herodote.net/histoire/evenement.php?jour=19291024 

On ne trouve pratiquement pas de référence à 1974 (crise économique qui suivit la guerre du Kippour au Moyen Orient) alors que Warren Buffett en parle comme d’un krach boursier.

Aucune allusion non plus à l’affaire Soros… »En 1992, alors que l’Angleterre  s’enfonçait dans une crise économique, il sembla clair à Soros que la situation de la livre sterling était intenable Soros vendit à découvert 10 milliards de livres, pariant donc à la baisse sur cette monnaie. Il provoqua, par cette opération, une pression telle sur la livre que la Banqure d’Angleterre  sortit sa devise du Système Monétaire Européen » . Il fut surnommé pour cela « l’homme qui fit sauter la Banque d’Angleterre ». http://fr.wikipedia.org/wiki/

Et voilà qu’une fois de plus dans cette délicate période de septembre -octobre, hantise des traders et des petits porteurs, nous sommes confrontés à un Krach, à qui l’on ne tardera pas à donner un surnom, plus médiatique que « subprimes » .Trouvera-t-on un successeur à Steinbeck pour écrire « Qui a tué Lehman Brothers » ?    

lafternews @ 12:29
Enregistré dans La Corbeille
Les Mots de la crise

Posté le Vendredi 10 octobre 2008

«Je me cite souvent, cela apporte du piment à ma conversation.» (George Bernard Shaw)

The best is yet to come 

Jeudi 2 Octobre, une déclaration de l’ancien patron de la Réserve Fédérale Américaine, s’nscrivant dans le cadre d’un discours prononcé à la Georgetown Law’s School, a été reprise par de nombreux sites et également par Bloomberg Television :
Greenspan Says Markets Will Recover « Sooner Rather Than Later » ( http://www.streetinsider.com/ )

                                                                                                                                                                                                                                Traduite en français e483652081.jpg la formule donnait peu dans l’esthétisme mais elle avait le mérite de faire briller une petite    lueur d’espoir l’espace de quelques instants, les places financières s’étant, hélas, chargées de tout anéantir dans les journées suivantes.  « Greenspan dit que les marchés se remettront plutôt « plus tôt que plus tard » de la crise ». Dans cet univers où l’on connaît le poids de chaque mot, car de là peut naître la rumeur qui va se propager, les déclarations sont prononcées avec   prudence..en principe.                                                                                   

De là est née l’idée de reproduire quelques  phrases guidées par le bon sens et l’experience, cela va de soi.

Souvenez-vous…c’était au printemps 2008, quelques mois avant la demande de Raymond à Estelle, avant les larmes de Laure, quelques mois avant que Lehman, WaMu, Freddie, et Fannie sombrent dans les abysses du New York Stock Exchange… 

Souvenez-vous…c’était à la fin de l’été 2008, là bas on l’appelle l’été Indien, une saison qui n’existe que dans le Nord de l’Amérique…(désolé je n’ai pas pu m’en m’empêcher)….les bronzages étaient encore intacts…mais on commençait enfin à se poser les bonnes questions, ou presque.

DSK avant les vacances…

Pour Strauss-Kahn, le pire de la crise financière est passé, mais pas ses effets

http://afp.google.com/

DSK aprés les vacances…

Le pire de la crise financière est peut-être encore à venir et d’autres grands noms de la finance pourraient se retrouver prochainement dans une situation critique, a déclaré Dominique Strauss-Kahn, directeur général du Fonds monétaire international (FMI).

http://www.capital.fr/actualite/   avec Reuters le 17 septembre 2008

Apocalypse Now ?

Georges Soros qui publie son livre « La Vérité sur la crise financière » a accordé un entretien « electrochoc » à l’Express.fr.

 « Les banques centrales ont beau avoir injecté des liquidités, les flux financiers vers l’économie réelle restent très perturbés. La méfiance règne entre les établissements financiers. Les doutes sur la solvabilité des uns et des autres sont loin d’avoir disparu, ce qui affecte leur capacité à se prêter de l’argent et donc à offrir du crédit. Cette peur de l’avenir se traduit aussi par un besoin de reconstituer leurs fonds propres, pour faire face à d’éventuelles pertes. La dislocation du système financier est encore plus importante que je le pensais. Pour la première fois depuis les années 1930, il est au bord de la rupture. »

   05108611.jpg

 (Propos recueillis par Thomas Bronnec mis à jour le 15/09/2008 – publié le 11/09/2008)

http://www.lexpress.fr/ 

Vive la crise ?

Je me sens « Comme un obsédé sexuel dans un harem »  (overesexed guy in a worehouse). C’est que déclarait Warren Buffett en 1974 au magazine Forbes, au moment du krach.

Un article consacré au milliardaire américain  sur Rue89, donne de la crise une vision moins sombre. On peut y lire ceci :

  »Dans un entretien à la chaîne CNBC, le célèbre investisseur explique qu’il investirait bien à hauteur de 1% dans le plan Paulson de sauvetage des banques de 700 milliards de dollars. Investir ? C’est bien le mot qu’il a employé. Car il ne faut pas selon lui voir ses 700 milliards de dollars comme des dépenses fédérales mais comme un investissement dont les retours se matérialiseront dans cinq à dix ans. »

(Source :  Guillemette Faure - Rue89 le 04/10/2008 à 10H59)

http://www.rue89.com/2008/10/04/ 

Evoquons, pour conclure, cet extraordinaire coup de bourse réalisé par Nathan Rothschild en Juin 1815 et souvent présenté comme une légende. Informé de la défaite Napoléonienne il vend ostensiblement ses actions à la Bourse de Londres, provoquant l’inévitable krach, chacun étant persuadé que Rotschild vendait parce qu’il avait des informations  précises sur la défaite de Wellington. Il put racheter les titres après l’effondrement ….la Bourse remonta le 21 aprés l’annonce de la Victoire…Et pourtant de cette grave crise, les français n’ont surtout gardé en mémoire qu’un seul mot, passé à la postérité, celui de Cambrone. C’est peut-être là, « Le » mot de la crise.  

http://www.1789-1815.com/

 u271991011.jpg 

lafternews @ 10:49
Enregistré dans Breaking the news
12345