Nés sous X…(Part One)

Posté le Vendredi 21 novembre 2008

L’affaire Kerviel, les difficultés économiques accentuées par la crise des  00225csu1.jpgsubprimes ont dirigé les feux dévastateurs  de l’actualité vers les patrons du Cac 40 et leurs parachutes dorés sans oublier les  traders. On cherchait un bouc émissaire, il fut rapidement trouvé…

Et de fil en aiguille, on parla de ces jeunes diplômés, sortis des grandes écoles, qui gagnaient des sommes conséquentes en très peu de temps, ce qui par ailleurs ne fut pas démenti.

Bigre, il se murmurait même, que la plupart des apprentis sorciers des salles de marchés, étaient estampillés « made in Palaiseau »…

D’un coup de baguette magique on effaca le bac, les classes prépas (M S KOH : Aime Soufre et Potasse), les concours  d’entrée, les trois (ou quatre ) années d’étude, la spécialisation, le sacrifice des familles….Trop facile !

Alors, pour vous, l’X, ça évoque ? 

Césariot, le fils de Marius et Fanny, dans l’oeuvre de Marcel Pagnol ?  

Lanbert Wilson, l’Abbé Pierre dans Hiver 54,  qui fait appel aux élèves de l’école de  la rue Descartes pour gérer les chèques après son intervention sur RTL ?

Isabelle Adjani, dans « Tout Feu, Tout Flamme » de Jean-Paul Rappeneau, dont le rôle fut sans doute inspiré par Anne Chopinet, première femme a avoir été reçue major, au concours d’entrée ?

fa020311.jpgLes élites de la Nation, Le prestige de l’uniforme….

Polytechnique, mis à part ses apparitions à l’écran en grand uniforme, le jour de la fête Nationale, est assez méconnue du grand public.

Il n’est pas question de faire ici l’historique de l’X. On se contentera de mentionner ces deux textes relevés sur les sites de l’école et celui de l’enseignement superieur  :

  »A l’instigation de quelques savants réputés, ralliés aux nouvelles idées, parmi lesquels on trouve le géomètre Monge et le chimiste Fourcroy, le Comité de Salut public crée une Commission des travaux publics par un décret du 21 ventôse de l’an II (11 mars 1794), commission à l’origine de la création de l’École. En moins de huit mois, et malgré les troubles du temps, le 7 vendémiaire an III, l’École est créée. Elle est installée dans les dépendances du Palais-Bourbon, ses enseignants sont nommés parmi les plus grands noms de la science et ses élèves sont recrutés par un concours qui se déroule dans toute la France. L’ouverture des cours a lieu le 1er nivose an III (21 décembre 1794). »

http://www.polytechnique.fr/institution/historique_1.php

« C’est en 1805 que Bonaparte de retour d’Egypte décide d’encaserner les polytechniciens, indisciplinés à ses yeux, et de leur donner un statut militaire. L’Ecole Polytechnique est alors installée sur le site rénové du Collège de Navarre. »

 http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid20079/histoire-de-l-ecole-polytechnique.html

 Le portail de l’école est didactique à souhait, nous nous en tiendrons à la reprisefa020761.jpg  de trois paragraphes relatifs à la mission, à l’enseignement, et à la recherche….

  »Pour la patrie, les sciences et la gloire »

La Mission de  l’école

« L’École Polytechnique a pour mission de former des hommes et des femmes capables de concevoir et de mener des activités complexes et innovantes au plus haut niveau mondial, en s’appuyant sur une culture à dominante scientifique d’une étendue, d’une profondeur et d’un niveau exceptionnels, ainsi que sur une forte capacité de travail et d’animation. »

« Fidèle à son histoire et à sa tradition, l’École forme de futurs responsables de haut niveau, à forte culture scientifique, voués à jouer un rôle moteur dans le progrès de la société, par leurs fonctions dans les entreprises, les services de l’État et la recherche. »

 L’enseignement

« Le Cycle Polytechnicien s’étale sur 4 ans et s’articule autour de trois objectifs :
 
- dispenser une formation scientifique multidisciplinaire
- compléter cette formation scientifique par une formation humaine concrète et
une forte ouverture sur le monde extérieur
- déboucher sur une solide compétence professionnelle ancrée sur un excellent acquis scientifique, sur une double compétence acquise en partie à l’extérieur de l’école, et sur un ensemble de stages répartis tout au long de la scolarité,
aa0086121.jpgpermettant une entrée directe dans le vie professionnelle. »

http://www.polytechnique.fr/institution/missions.php

La Recherche

« Les objectifs du Centre de Recherche de l’École Polytechnique sont de participer à l’avancée des connaissances à un niveau d’excellence internationale et de contribuer à l’enseignement des élèves dans le domaine des sciences et techniques. Le Centre de Recherche comprend actuellement 21 laboratoires. »

X X X X X X X X

Notre Pitchoun, y va bouléguer le monde !!!

Parmi les petits jeux favoris, de ceux qui ont un fils, une fille qui a réussi le concours d’entrée, le plus traditionnel consiste à rechercher dans quels pas pourrait marcher l’heureux élu(e)…et là c’est l’extase… »Imagine notre enfant  sur les traces de Thierry Démaret, Chasle, Cauchy, Gay-Lussac, Jean Borotra, Yves Du Manoir, Claude Bébéar, Dov Attia, Valéry Giscard Destaing, Henri Poincaret, Albert Lebrun, André Citroën, Auguste Comte, Jean-Jacques Servan Schreiber, Lionel Stoléru, Jacques Attali, Alfred Dreyfus, Foch, Joffre, Bernard Arnault, Félix Bollaert «  …la suite…

 http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_polytechniciens_c%C3%A9l%C3%A8bres_par_ordre_alphab%C3%A9tique 

Cac 40 ….for ever  Un article parmi tant d’autres, pour décrire la fascination opérée par l »école : 

« X, Mines, Ponts et Chaussées : le célèbre trio d’écoles forme aujourd’hui des ingénieurs polyvalents très demandés dans l’industrie, mais aussi dans la finance.

« Pierre Richard, président du conseil d’administration de la banque européenne aa0075561.jpgDexia, et Xavier Huillard, directeur général de Vinci, font partie des plus célèbres « X-Ponts ». Dans le clan des « X-Mines », on retrouve Patrick Kron, PDG d’Alstom, Carlos Ghosn, directeur général de Renault, ou encore Thierry Desmarest, qui, après cinq années de conseil technique auprès des ministères, préside aujourd’hui le groupe pétrolier  Total. « 

http://www.01net.com/ ( Ecoles d’ingénieurs… aux affaires – Claire Planchard, 01net. le 10/09/2007 )

Les « Voici, Closer, Gala, Point de Vue, Public «  n’hésitent plus à mettre de l’X dans leurs colonnes : c’est un bon créneau… 

 La Bibliothèque de l’Ecole : les polytechniciens …l’autre peuple du livre. 

Trois mots  : « Pascal » « Cobol » « Fortran »…je revois ce père en train de ramasser trois ouvrages, consacrés aux langages informatiques, qui jonchaient le sol de l’une des salles de la bibliothèque aux temps anciens du Quartier Latin.

-Que fais tu ? demanda le fils

-on peut pas laisser des livres par terre

-on s’en fiche…si tu commences à ranger les livres, tu couches ici ce soir !

La bibliothèque centrale est un passage obligé, qui propose sur sa page de nombreux services dont les visites et expositions virtuelles…

http://www.bibliotheque.polytechnique.fr/

 L’Argot de l’X   

Pour résoudre l’équation « X » il faut se pencher sur cette donnée. Voici une sélection des ouvrages les plus couramment cités…Vous ne serez plus surpris en attendant parler de binet, de la Kes, de tangente etc….

 L’Argot de l’X  Albert Levy – G Pinet  (1894)         

8915011.jpg

Le Nouvel Argot  par SMET  (1936) 

Dictionnaire d’Argot de l’X paru en 2004 par Fabrice Mattatia

http://www.polytechnique.fr/eleves/vocabulaire.php

http://gallica2.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k205446n.imag

La Jaune et La Rouge

une promotion est jaune, l’autre est rouge…une paire, l’autre impaire : c’est logique 

« La Jaune et la Rouge est la revue mensuelle de la Société amicale des anciens élèves de l’École polytechnique (dix numéros par an).

Elle traite de sujets très variés dans les domaines : économiques et sociaux : emploi, environnement, automobile, multimedias, formation, Europe, assurances, finances, démographie, etc. ; culturels : histoire, littérature, musique, théâtre, variétés, etc.

Ses numéros sont le plus souvent spécialisés sur un thème qui fait alors l’objet de l’essentiel de la rédaction.

La Jaune et La Rouge publie également dans chaque numéro des informations sur la « vie » de l’École, et sur celle de l’AX (carnet polytechnicien ; compte-rendus du Conseil d’administration et rapport de l’Assemblée générale annuelle ; communiqués des groupes X, etc. « 

http://www.lajauneetlarouge.com/

Les  Traditions des élèves

Dans L’expansion (Papier d’Isabelle Mas repris par aa0086221.jpghttp://www.armees.com/Polytechnique.html) on évoque les rites « X »..

  »La khomiss. Tous les ans, un « géné-K » est élu parmi les deuxième année pour diriger la khomiss, une société secrète. Il choisit ensuite des membres (les « missaires »). Contrairement à la « kès », le bureau des élèves, la khomiss fait fonction de fou du roi. Ses gags servent à protester contre des décisions de la hiérarchie, ou à égayer les cérémonies. Cette année, cinq minutes avant la présentation du drapeau, la khomiss a fait rouler des centaines de petites balles  dans la cour d’honneur du platal. Mais, depuis deux ans, il n’y a plus de gags durant le défilé sur les Champs. Les polytechniciens ont ordre de se tenir à carreau pour ne pas perdre leur statut militaire et les confortables soldes (800 euros net par mois en dernière année) qui vont avec, ainsi que l’encadrement privilégié. »

http://www.lexpansion.com/economie/polytechnique_23266.html

Citons parmi les gags relevés ces dernières années au cours du défilé du 14 juillet:

  • le port de lunettes de soleil
  • la botte de cresson dans les poches (Édith Cresson était alors Premier Ministre)
  • le port d’un foulard bleu (Référendum sur la ratification du traité de Maastricht)
  • le port d’un ruban rouge, symbole de la lutte contre le sida

« Frankiz go to Hollywood »…

La présentation de l’école par les X ….

http://www.youtube.com/watch?v=bpvkLG66VXs&feature=related

et un petite balade sur le portail des élèves…

1060121.jpg   http://www.polytechnique.fr/eleves/vocabulaire.php

plus  un aperçu des soirées : Point Gamma, Bal de l’X à l’Opéra Garnier, X-Tra à la maison des Polytechniciens, Styx…

« La soirée étudiante la plus folle de France revient pour le 7 juin 2008  sur le campus de l’Ecole Polytechnique, à Palaiseau (91).Pour apéritif, un défilé dans les rues de Paris aura lieu le 28 Mai de 14 heures à 18 heures.

A cette occasion, Exalead a été choisi pour être partenaire de cet évènement.

Plus de 6 000 étudiants (et quelques Exaleadiens fétards) réunis pour faire la fête jusqu’au bout de la nuit au son des meilleurs DJs.

Le Point Gamma (Association des élèves de l’Ecole Polytechnique) , c’est aussi un comique, une scène live d’exception et une multitude d’animations : saut à l’élastique, auto-tamponneuses, défilés de mode, 30 bars à thème »

http://blog.exalead.fr/2008/05/16/exalead-partenaire-du-point-gamma/

http://www.pointgamma.com/

Une nuit à l’Opéra….

http://www.baldelx.com/

http://video.google.com/videoplay?docid=-5986235972055205000

Les élèves étrangers peuvent intégrer l’école….

On vient des cinq continents pour suivre les cours sur le campus de Palaiseau. La répartition est donnée sur le site de l’école. …

On vient aussi de Chine…(mais pas à pied )

http://www.bonjourchine.com/f129/f130/24265-chinois-polytechnique.html

Les anciens X …

Les anciens X forment un réseau très influent et très actif : cette phrase sera un peu moins plate lorsque vous aurez visité le site de Vallourec et découvert le cursus de ses dirigeants  http://www.vallourec.com/uk/index.asp

http://www.polytechniciens.com/

https://www.polytechnique.org/review

La première partie de « Nés sous X » s’achève ici. Les plus diplômé(e)s d’entre vous auront sans doute compris qu’une deuxième partie est programmée…

 

lafternews @ 15:54
Enregistré dans Breaking the news, Too Net
Erotoons …

Posté le Dimanche 16 novembre 2008

 On savait que les contes pour enfants, ceux de Perrault, d’Andersen ou des u1736003111.jpg Frères Grimm, portaient en leur seins ces fruits défendus que sont la violence et le sexe…

On vit même, jadis (en 1976), une version « hot » d’Alice in Wonderland (Alice au Pays des Merveilles), avec la  très « attentionnée », Christine Debell….

Le site suivant   http://www.1000misspenthours.com/reviews/reviewsa-d/aliceinwonderland.htm explique que le phénomène des versions érotiques, au cinéma, des must de la littérature enfantine prit corps (si je puis dire) en 1968 : Boucle d’Or, Pinocchio, Cendrillon, figurent parmi les premières adaptations, etc..

La toile regorge également d’extraits de Bernard et Bianca, Aladdin, le Roi Lion, La Petite Siréne, et Who Framed Roger Rabbit, qui ont déclenché les foudres des très conservatrices ligues américaines, car elles y ont décelé des allusions sexuelles « flagrantes » (« The American Life League, u167366271.jpgune organisation chrétienne américaine, a même utilisé ces images contre Disney en 1995″)…

« Au sujet des fresques et des frasques de la petite souris, on visitera, la page suivante, du côté de l’oncle Sam,

http://www.snopes.com/disney/films/mermaid.asp

et ci-après, la même chose en français… 

http://www.allocine.fr/communaute/forum/message_gen_communaute=2&nofil=301848&cfilm=27524.html

http://www.tribal.be/ViewArticle.php?ref=TRIA02047&from=cesars

http://sexe.fluctuat.net/blog/33470-messages-sexuels-chez-disney.html

html://www.koreus.com/modules/news/article2813.html  

 u156471301.jpg

Ce dernier portail évoque également la « sex bomb » Jessica dans   »Qui  veut la Peau de Roger Rabbit ». Deux autres adresses posent « la » question : qui a déshabillé Jessica  ?

 http://www.anomalies-unlimited.com/Disney/Jessica.html

 http://www.snopes.com/disney/films/jessica.asp 

Nota: il n’est pas trop tard pour découvrir les trois films du réalisateur belge, Picha :  La Honte de la jungle,(1975) succès mondial qui met en scène un herzats de  Tarzan,   particulièrement obsédé par les choses du sexe. Il enchaîne avec lau184935231.jpg déjantée fable préhistorique Le Chaînon Manquant (1979), et en 2007,  ce sera Blanche-Neige, La Suite, une suite particulièrement osée du conte de Disney 

  • …ainsi que Cléopatra Queen of Sex – (Osamu Tezuka & Eiichi Yamamoto – 1970)

  • The Téléphone Book (Nelson Lyon – 1971),

  • Fritz The Cat (d’après Robert Crumb – Réalisation Ralph Bakshi – 1972 )  

  • The nine lifes of Fritz the Cat  (d’après Robert Crumb- Réalisation Robert Taylor Bakshi – 1974 )

u167359151.jpgMais l’imagination des Yankees ne s’arréte pas au subliminal.

On peut, pour quelque « penny », s’offrir des versions « X » de Pocahontas, La Belle et la Bête…     

La B.D., tout d’abord, s’expose dans des scènes de sexe explicites, avec des  dessins   d’Aladin, le Bossu de Notre Dame, la Petite Sirène, La Belle au Bois Dormant, Blanche Neige, Hercule, Alice aux Pays des Merveilles….

Les cartoons, ensuite, où l’on reconnaît bien les visages (le graphisme est généralement soigné) de Jasmine, Belle, Alice, Ariel, mais pour le reste, un ouragan de liberté semble avoir pris possession du corps de ces demoiselles… 

Enfin on peut trouver un  site proposant  également des versions « chocs » de Mulan, Les Indestructibles, Atlantide, Kim Possible, Lilo et Stitch…

 Pour acceder à tout cela il suffit de taper « Disney Sex » sur un moteur deu181106781.jpg  recherche. 

Mais que diable allait faire notre Inspecteur Gadget dans cette incroyable orgie de contrefaçons …tellement étourdi qu’il en avait oublié son pantalon.

lafternews @ 0:22
Enregistré dans Le Petit Carré Blanc, The Clap, Too Net
Goal !!!!!!

Posté le Mardi 11 novembre 2008

1998 ….et après ??  

Et voilà que Zidane déclare : » Qu’est ce qui se passe à Matignon ? On voit des ministres qui 2005729450011.jpg attaquent, des secrétaires d’état qui se démarquent … »   

D’accord, on  ne va pas refaire à chaque fois le coup de la pub Générali. Mais le football étant actuellement l’objet de toutes les attentions, une petite incursion dans la surface de réparation s’imposait.

Sur le site du premier ministre, on peut lire le communiqué suivant :   

« Eric Besson (http://www.ericbesson.fr/ ) a remis le 5 novembre à Bernard Laporte un rapport sur la compétitivité du football professionnel.

Dans ce rapport, le secrétaire d’Etat chargé de la Prospective envisage plusieurs pistes pour accroître la compétitivité sportive et économique du football français telles que :

  1.   augmenter les efforts de modernisation des stades en favorisant le recours aux investissements privés notamment dans le cadre de la procédure du partenariat public- privé ; 

  2.   entamer une réflexion sur la réduction du nombre de centres de formation pour qu’ils deviennent des « centres d’excellence » ; 

  3.  réformer le statut juridique des sociétés sportives en vue d’un rapprochement avec le droit commun des sociétés ; 

  4.  accroître les capacités financières des clubs de première division en leur reversant2005730390011.jpg notamment une part des recettes des paris sportifs ou en réduisant la contribution qu’ils versent aux divisions inférieures ; 

  5.  réformer le conseil d’administration de la LFP pour offrir une majorité aux présidents de clubs ; 

  6. promouvoir une direction européenne pour la gestion et le contrôle du football professionnel.

Ce rapport s’inscrit dans une perspective de réforme du sport professionnel plus large dont Bernard Laporte a rappelé le calendrier :

  1. présentation du rapport le 12 novembre aux professionnels du secteur par les deux secrétaires d’Etat ; 

  2. remise avant la fin du mois du rapport de la « Commission grands stades – Euro 2016″ présidée par Philippe Seguin sur la modernisation des stades ; 

  3. concertation avec les parlementaires, les professionnels et les personnes qualifiées en décembre ; 

  4. engagement des différents volets de la réforme dès le mois de mars.

  http://www.premierministre.gouv.fr/chantiers/jeunesse_sports_937/remise_rapport_besson_sur_61568.html

Découvrez  la composition de la Commission grands stades sur le portail du secretariat d’Etat à la Jeunesse et aux Sports :

Y figurent les noms de Philippe Seguin (Président de la commission), Jean-Michel Aulas (Président de l’Olympique Lyonnais), Serge Blanco (Président de la Ligue Nationale de Rugby), Christophe Bouchet (Directeur Général de Sportfive), Patrick Braouezec (Député 2005730440011.jpg de la Seine-Saint-Denis),   Lionel Dreksler (Directeur Général du POPB), Max Guazzini (Président du Stade Français Paris), Gervais Martel (Président de l’Union des Clubs Professionnels de Football), Emmanuel Rosenfeld (Avocat),    Frédéric Thiriez (Président de la Ligue de Football Professionnel) etc….lire la suite sur :

http://www.jeunessesports.gouv.fr/accueil_5/actualites_200/bref_208/bernard-laporte-cree-commission-grands-stades-euro-2016_1950.html

Pour en savoir plus sur Eric Besson :

http://www.premierministre.gouv.fr/acteurs/biographie_5/eric_besson_secretaire_etat_56409.html

La ligue de Football professionel publie également le rapport Besson

http://www.lfp.fr/actualiteLFP/lireArticle.asp?origine=RSS&idArticle=11297

Profitez en pour lire le papier du Nouvel Économiste sur le Président de la LFP, Frédéric Thiriez  :

«  Chasseur de conventions, tueur de vies mono-maniaques en série et roi de l’activisme pluriel, son art du combat ne masque ni sa sensibilité affective, ni l’orientation de ses convictions. Ce haut fonctionnaire, devenu avocat et président de la Ligue de football professionnel, chanteur d’opéra, alpiniste et violoncelliste à ses heures, veut être premier en tout. Il n’a encore jamais échoué « 

 http://www.nouveleconomiste.fr/Portraits/1325Thiriez.html

Les uns et les autres …

Le foot à l’étranger ? Ce doit être magique puisque tous nos centres de formation et nos petits clubs, qui sont régulièrement visités par des recruteurs et des agents de tout calibre, voient partir leurs meilleurs éléments vers d’autres gazons. (à lire sur http://www.lesdessousdusport.fr/ Jérémy Boga, 12 ans, a rejoint les Blues de Chelsea aux dépens de l’ASPTT Marseille )

2005730080011.jpg

La fascination pour des noms tels que Real, Bayern, Arsenal est palpable en Europe, le phénomène est identique sur le continent sud-américain : Corinthians, Flamengo, River Plate font rêver les minimes, benjamins, et autre pupilles…

On peut déjà  obtenir un aperçu de la dimension d’un club en navigant sur la toile : présence d’une chaîne de Télé éponyme, visite virtuelle d’infrastructures à la hauteur des ambitions des présidents  ( Bayern de Munich), développement du nom en tant que marque avec une réelle politique de produits dérivés, et même pour certains « introduction en bourse » (ce qui s’avère très souvent risqué)….

Petite remarque avant l’embarquement : les grands clubs sont souvent omnisports : on le constate dans le cas d’ un pays comme le Brésil, où la natation, le volley-ball, le beach-volley, la voile ou le judo apportent régulièrement leur lot de médailles durant les Jeux Olympiques et dans d’autres compétitions internationales…

I L’amérique du sud

A l’occasion d’un long séjour à Rio de Janeiro, en décembre 1983, ma très jolie guide, tout en me faisant visiter  Estádio Jornalista Mário Filho  plus connu sous le nom de Maracana, m’expliquait le rôle qu’avait joué la préparation physique et psychologique dans la réussite de la Seleçao en 1958 en Suède. Elle me recommanda de me  rendre dans le quartier2005730560011.jpg de Gavéa pour voir les infrastructures du Club de Flamengo. Selon ses dires la réussite passait  par le talent des joueurs, certes, mais aussi par les moyens que l’on mettait à leur disposition….  

Effectivement, une promenade aux abords  du centre du C.R.F. ( Clube de Regatas do Flamengo)  http://www.flamengo.com.br/, complexe qui s’assimile tout à la fois à un centre d’entraînement, à un lieu de remise en forme, et à un club privé, situé dans un cadre idyllique, donne une idée des investissements réalisés par les dirigeants. Il faut quand même préciser que Flamengo a toujours eu la réputation de représenter les classes riches et de disposer des finances nécessaires, à la différence de son grand rival Fluminense.  

http://www.fluminense.com.br/ 

  • A noter que sur le portail de Flamengo, on entend en fond sonore le choeur de ses supporters; ils possèdent leur propre site  http://www.racarubronegra.com.br/  qui est indirectement mentionné sur Wikipedia. Par ailleurs l’encyclopédie repertorie les meilleures « torcidas » (association de supporters) du Brésil…

Si vous souhaitez faire un tour dans les championnats brésiliens, ceux de Rio, ou Sao Paulo,  voici deux adresses : http://www.aobrasil.com/football/clubs/ et http://www.pleinelucarne.com/bresil/

Deux autres exemples : le Gremio, de Porto Alegre, vainqueur de la coupe Intercontinentale face à Hambourg  en décembre 83  http://www.gremio.net/home/  et  le Santos FC, « le club » d’Edson Arantes Do Nascimento, le roi Pelé http://santos.globo.com/ 

 En Argentine, en dehors de l’élection de Cristina Kirschner à la Présidence, de l’arrivée de Maradona à la tête de la sélection nationale et de la diffusion de la telenovela « Patito Feo » (De tout mon Coeur) reprise en France sur la chaîne Gulli,  on se passionne toujours autant pour le football au travers  de  grands clubs  http://www.bocajuniors.com.ar/ et http://www.cariverplate.com.ar/. Hélas la violence est toujours aussi présente.

  • Pour ceux qui aiment les matches de légende comme ceux diffusés par ESPN Classics ( http://www.espnclassic.com/home.php?territory=FR ) , en voilà un qui est entré dans l’histoire du football  pour de mauvaises raisons : Estudiantes de la Plata – Ac Milan en finale retour de la coupe Intercontinentale. En 1969 Nestor Combin, qui joua à Lyon avec Jean Djorkaeff et Angel Rambert dans les années 60, renoue avec son pays natal dans un climat détestable; avec ses coéquipiers il devra subir la violence et l’anti-jeu des joueurs sud-américains, pendant 90 minutes.

  • Les sanctions de suspension et de radiation des joueurs argentins tomberont dans les jours qui suivirent la rencontre, sur l’ordre des autorités politiques de Buenos-Aires   http://acmilan-leoni.forums-actifs.com/videos-f8/milan-estudiantes-de-la-plata-coupe-intercontinentale-1969-t131.htm

II L’Europe :

Petit aveu avant de commencer ce mini tour d’europe : ce panorama est tout sauf objectif..Il fait abstraction de données incontournables telles que :

  1. la « culture du sport » avec notamment une place importante faite à la pratique du sport, dans les établissements scolaires  et universitaires;

  2. les statuts juridiques des clubs;

  3. les actifs mobiliers et immobiliers;

  4. le facteur « supporter » : torcida, ultra, barras, socios…Dans de nombreux pays on est fidèle à un club dès l’enfance quand ce n’est pas la naissance. Il se crée ainsi un lien, un attachement qui garantit aux dirigeants des stades pleins.     

  5. la valeur ajoutée que représente dans un effectif une signature comme Cristiano Ronaldo ou Franck Ribéry

England…Premier League

Honneur aux sujets de sa gracieuse majesté, les clubs anglais…Fondation, placements, (il vaudrait mieux éviter les produits « mortgage » par les temps qui courent, et poutant chez les mancuniens …) , cartes de crédits, téléphonie, projets éducatifs, multimédia, on trouve de tout de l’autre côté du channel, sur fond de blasons « so british ».

2005730150011.jpg

http://www.chelseafc.com/page/Welcome

http://www.arsenal.com/home

http://www.manutd.com/

http://www.liverpoolfc.tv/ 

Forza Italia…Calcio

Le site du Milan AC est très… »Berlusconien » et rappelle par moments  la chaîne   »Canale Cinque ». Les sponsors : Adidas, Sky, Bwin , Dolce Gabbana sont présentés d’entrée…Pas vraiment d’orginalité sur les sites de la Sampdoria, la Fiorentina et la Lazio; l’Inter quant à lui affiche ses partenaires dans une rubrique, mais on y trouve des noms prestigieux comme Pirelli, Volvo, Alice, Acer…La Juve  propose une page très classique où l’on peut, notamment, suivre le cours de son action : on n’est pas la  »veccha signora » ( http://www.vecchiasignora.com/ ) pour rien. 

 http://www.acmilan.com/                                                                                                                                                             2005730470011.jpg   

http://www.inter.it/aas/hp?L=en

http://www.juventus.it/site/ita/index.asp

http://www.asroma.it/

Arriba Espana…..Liga

Cette année 2008 fut l’année de l’Espagne au plan sportif : Euro 2008, Tour de France avec Carlos Sastre, Rafael Nadal …les clubs suivent…

FC Barcelona « Mes que un club » ; le club catalan annonce la couleur d’entrée et a su se servir du net pour peaufiner son image…(suivre le lien vers la Fundacio, le Barça s’implique dans des programmes de solidarité et de coopération…)

Côté Real, Santiago Bernabeu va changer : le projet architectural est exposé sur la toile. Fort de ses Madridistas, le club impressionne toujours par ses ambitions. 

Les informations sont accessibles en plusieurs langues.

2005730300011.jpg

http://www.realmadrid.com/cs/Satellite/es/Home

http://www.fcbarcelona.com/web/english/index.html

http://www.canaldeportivo.com/

http://www.villarrealcf.es/

Deutschland….Bundesliga

Pour l’Allemagne, la Hollande, comme pour les autres championnats européens, on peut définir une plateforme d’options :  »chats » avec les entraineurs ou les joueurs, possibilité de visionner les buts des derniers matches, classement, mascottes, sponsors, boutiqes, media, informations sur les entrainements….     

 2005730640011.jpghttp://www.fcbayern.t-com.de/de/aktuell/start/index.php

http://www.werder.de/

http://www.schalke04.de/

Pays-Bas …La maison Orange 

2005730520011.jpghttp://www.ajax.nl/                          

http://www.feyenoord.nl/pages/homepage/S2/10010000000002-10010000000002/homepage.aspx

http://www.psv.nl/

Portugal

Chez Benfica c’est le rouge qui domine, le Sporting est en vert et blanc, et Porto en Bleu et Blanc…pour ces deux derniers clubs, on appréciera ce petit plus : dès que l’on arrive sur site on remarque un mini blason sous la pointe de la souris. Benfica choisirait plutôt l’option Business Class avec salles pour congrès et conférences…

  2005730450011.jpghttp://www.slbenfica.pt/

 http://www.fcporto.pt/

 http://www.sporting.pt/

La plupart des stars du ballon rond ont un site à l’image de Didier Drogba http://www.didierdrogba.com/

Côté France pour ne pas entrer dans d’inutiles polémiques, j’ai choisi en guise de clin d’oeil ces deux clubs…

http://www.as-mazargues.com/index_suite.htm et http://www.carquefou-football.com/

Je voudrais enfin remercier :

Canal + – France Telecom – Bouygues -Vivendi – Edf – Suez – Total - SFR - Allianz – Mercedes – Porsche – Siemens – Philips – Dior – LVMH – Boss – Givenchy – Chanel – Hermès – Louis Vitton  – Sanofi Aventis – Mc Donald – Pernod Ricard & Budweiser  (avec modération) et toutes ces sociétés du  Cac , du Dax, du Footsie, du Dow Jones qui auraient pu sponsoriser ce blog …..

 

 

 

lafternews @ 22:17
Enregistré dans Breaking the news, Chariots of Fire
Marseillais….

Posté le Mercredi 5 novembre 2008

Barbara chantait…. 

TAIS-TOI MARSEILLE
M. Vidalin – J. Datin, 1959

Un soir les voyous de Marseille
M’ont fait goûter à leurs bouteilles
Au fond d’un bistrot mal famé
Où j’attendais pour m’embarquer

Ils m’ont raconté leurs voyages
Et de bastringue en bastringage
Ils m’ont saoulée de tant de bruit
Que je ne suis jamais partie

 Marseille, tais toi Marseille
Crie pas si fort
Je n’entends pas claquer
Les voiles dans le port
 

Et voilà comment en une strophe se batit une réputation…

Ah Marseille….

f00273281.jpgJe vous propose de faire appel à cet institut de sondage, garant de  mauvaise foi et de partialité : le mien,  pour savoir ce que cette ville  vous inspire…Que  va-t-il en sortir ?

Si je vous dis Marseille ? Vous répondez

Plus belle la vie ?  Bien sur le feuilleton de la « 3″ http://plus-belle-la-vie.france3.fr/ Avec le TGV qui  a mis Paris à trois heures de la Cité Phocéenne, et qui soit dit en passant, a contribué « légèrement » à faire monter les prix de l’immobilier, Ninon, Luna, et la population du Mistral  ont un tout petit peu modifié « l’image » mais on reste dans la caricature…. 

Et si on va dans cette direction permettez moi de rappeler le nom d’Honoré Daumier, un des plus grands caricaturistes du 19ème siècle…. http://www.honore-daumier.com/

f00084771.jpgIl faut cependant insister sur l’augmentation constante du nombre de tournages réalisés à Marseille et sur l’importance du pôle média du quartier de la Belle de Mai (avec ses studios).

Marcel Pagnol lui même tint à tourner ses films ici, ses studios étaient basés 14 impasse des Peupliers puis, à partir de novembre 1937, 111 chemin de l’Éperon (devenue rue Jean Mermoz (8ème)).  »Marius et Jeannette » et d’autres longs métrages sont passés au crible dans un dossier de Fred Thom & Roger Antoine pour Plume Noire http://www.plumenoire.com/cinema/dossier/marseille1.html                                                                                       
 

L’O.M.Quand l’OM va bien, Marseille va bien….On n’explique pas l’Olympique de Marseille, en quelques mots…C’est le patrimoine de la Ville, de la région. Il suffit de déambuler Boulevard Michelet aux abords du stade un soir de match pour apprendre la liste des départements français…région Ile de France comprise. La Devise du club, c’est f00281471.jpg« Droit au But » http://www.om.net/fr/home/0/Accueil  Celle des supporters : « On  craint dégun, si vous mouillez le maillot »….

La Canebière….Vincent Scotto, Marcel Pagnol, et le virage sud  (?) du stade vélodrome, ont beaucoup oeuvré pour le renom de la célèbre avenue http://www.chanson.udenap.org/paroles/cane_cane_canebiere.htm

 C’est également sur la Canebière qu’eut lieu l’assassinat le 9 octobre 1934 du  roi de Yougoslavie Alexandre Ier et du ministre français des Affaires étrangères, Louis Barthou.  

Le Château d’If…et Le Comte de Monte Cristo…Mesdames et messieurs voici la cellule occupée par l’Abbé Faria :  Alexandre Dumas a immortalisé la forteresse….et on arrive à faire du véridique avec une très belle fiction. La littérature se plaît sur les bords de la Méditerranée : Edmond Rostand, Albert Cohen, Antonin gwt1240191.jpgArtaud, etc…Quant  à Frédéric Chopin, et Georges Sand  ils y ont séjourné en 1839 http://pagesperso-orange.fr/George.Sand/Tabl.2.html .

Mais si vous passez par la Corniche attardez vous sur l’autre ile : l’Ile Degaby qui appartint un temps au bijoutier Pascal Morabito. Ce fortin construit sous Louis XIV est consacré aux receptions et aux tournages  http://www.ile-degaby.com/degaby_evenementiel.html

Le Vieux Port :  Il faut aller au Palais du Pharo http://palaisdupharo.marseille.fr/ , qui fut pgb12671.jpgpropriété de l’Impératice Eugénie pour apprécier un panorama de rêve. Depuis Gyptis et Protis la métamorphose de la ville s’opère côté mer. Le projet Euroméditerranée pourrait donner une nouvelle image de Marseille.   

La Bonne Mère… Notre Dame de la Garde veille sur tous les Marseillais sans différence de race, de religion, d’origine, de classe… La Basilique a été le théâtre de violents combats lors de la libération de Marseille. Le Char Jeanne d’Arc reste le symbole du sacrifice des alliés et des résistants. http://www.military-kits.com/sections.php?op=viewarticle&artid=179

Le savon Non, ce n’est pas le Petit Marseillais, commercialisé par les Laboratoires Vendômes basés à Dijon. Mais on fabrique toujours du savon du côté de Sainte-Marthe. http://www.savon-de-marseille.com/fr/index.html

François Spirito, Paul Carbone, Simon Sabiani, les collaborateurs …Barthélémy et Antoine Guèrini, les résistants, Tany Zampa, l’assassinat du juge Michel, Le bar du f00096211.jpgTéléphone…De sombres pages  qu’on voudrait oublier : mais quand on aime sa ville  comme un être de chair les défauts font partie du « packaging ». French connection, Borsalino,  (adapté du Livre d’Eugène Saccomano « Bandits à Marseille »), Le Cercle Rouge ont amplifié une réputation glauque qui a été parfois difficile à gérer… Mais en contrepartie le barreau de Marseille peut s’enorgeuillir d’avoir eu de concert  ces fameux Tenors : Emile Pollack et Paul Lombard (Lire son Dictionnaire Amoureux de Marseille – Plon) .   

Il resterait bien quelques pourcentages pour Les Calanques sans les Canadairs, Zizou et son manifeste pour une nouvelle Ballade Irlandaise sans tante Yvonne (Mme de Gaulle)    http://blog.strategies.fr/motsalacom/2008/10/le-generali-zid.html, la Pétanque qui demeure pour toujours ciotadenne, Toursky et ses vers enchantés, un César sur le  pouce, les pas de Béjart, le coeur de Vitria et  Jean-Pierre Foucault qui évidemment sera mon dernier mot.

Puisque le ch’ti a conquis ces lettres de noblesse au box office, je ne résiste pas au plaisir de citer un peu plus qu’un extrait du Livre de Robert Bouvier « Le Parler Marseillais » paru aux Editions Jeanne Lafitte, j’espère que l’auteur ne m’en tiendra pas rigueur, surtout lorsqu’il saura que son livre ne me quitte jamais :

« Parce qu’il restait au Racati, un quartier populaire de Marsiale, Mèu se croyait obligé de se donner des airs de càcou…Le pauvre minot s’escagassait aux dattes pour gagner quelques sous. Le matin, avec tant d’autres, il était esquiché dans un tram, un vieux vehicule qui datait de l’an pèbre. Le soir quand il rentrait c’était déjà l’heure des brousses.

Mais il avait du bonheur grâce à Zize, une brave minotte qui faisait des ménages chez des fiolis plutôt rascous…Elle savait bien qu’elle se faisait escaner; alors elle s’était trouvée une gâche chez l’épicière….L’appartement de cette grosse daubasse, une vraie bazarette, était un infâme cafoutchi. Pour aller au pàti, il fallait aller au fond de la cour, c’est dire !

L’épicière était une sartan qui s’arrétait pas de déparler sur la petite, disant à qui voulait l’entendre que c’était une vraie cagole. Mais les gens n’étaient pas dupes; ils se doutaient bien que la plus radasse des deux, c’était l’épiciére. En plus elle faisait toujours une mourre de six pieds de long. A cause de ses brègues son magasin était de moins en moins visité. Alors, pour se venger, elle disait que ses clients étaient tous des counas ! De plus cette tarasque s’adressait à Zize en termes peu flatteurs. Elle l’appelait ratepenade, vu que Zize, c’est vrai, était une vraie esquinade : » Mais je préfère mieux être un bacala, qu’une bofi comme elle »…..

Le père de Mèu était un vieux fadoli, un pistachier pas possible qui passait son temps à chimer des pastagas et avec ça feignant comme c’est pas permis.  

Aussi, dés qu’ils pouvaient Zize et Mèu, les deux calignaires, s’esbignaient derrière une bastide en ruines, au sommet d’un rompe-cul en plein cagnard. Et là ils se faisaient de bonnes manières. Même que les gens disaient que la petite, elle avait vu péter le loup. Mais vous savez ce que c’est, les gens ils barjaquent sans savoir : » Vivement qu’on soit maridas » soupirait Mèu et la petite elle répondait : » Et vouais je me languis ! »

Finalement, Mèu il a marié Zize, et depuis ils ont trois caganis que c’est des drôles de trons de l’air. »

Quelque sites où il est question du Parler Marseillais….

http://petitcabanon.over-blog.com/categorie-24700.html

http://pagesperso-orange.fr/chacalou13/Parler/parler_marseillais.htm

http://maah.ifrance.com/00%20bis%20la%20%20%20page%20cacou%20dico.htm

http://omvista.xooit.com/t458-Le-’parler’-marseillais!.htm

En souvenir de Nini et Suzanne Der

 

lafternews @ 11:52
Enregistré dans Culture
Cosi Fan Tutte

Posté le Samedi 1 novembre 2008

J’ai honte …oui je l’avoue, j’ai honte de me servir de Wolfgang Amadeus pour trouver un titre racoleur alors que je n’ai pas la moindre intention de parler d’Opéra. Je n’en ai pas la prétention non plus. 

En anglais le titre est moins beau « All ladies do it !  » mais peut-être plus suggestif; Tinto Brass l’avait utilisé pour un de ses films. Toutes les femmes (et on devrait ajouter tous les hommes) lgdo00331.jpge font-elles ? Les acteurs et les actrices,  que l’on voit s’enlacer au cours  de scènes torrides, en dehors de ceux qui tournent pour le « X », ont-ils vraiment fait l’amour sur le plateau (appelons un chat un chat) ?

Je ne dois pas être le seul a être hanté par cette question existentielle si j’en crois cet article du New-York Times (Michelle Borth and Luke Farrell Kirby in “Tell Me You Love Me,” a new series on HBO with explicit sex scenes – Source Mireya Navarro 30 Sept 2007) :  

http://www.nytimes.com/2007/09/30/fashion/30sex.html?_r=2&ref=fashion&oref=slogin&oref=slogin

Un petit flash back tout d’abord pour se souvenir que depuis que l’homme tient une caméra il ne s’est pas privé pour donner dans l’érotisme : si Louise Willy était encore parmi nous elle acquiescerait (Le Bain ou Douche après le Bain 1896) de même qu’Hedy  Lamarr-Kiesler (Ekstase  1935).

Nous ne nous attarderons pas ici sur les bruits qui se répandaient sur Joan Crawford et Greta Garbo, en leur attribuant quelques rôles dans des films pornographiques. Si ce n’est pour citer également cette reflexion d’un homme de confiance de la MGM, J. Robert Rubin en visionnant les bobines incriminées : » Si cette femme est Joan Crawford, moi je suis Greta Garbo ! « . 

http://films.blog.lemonde.fr/2008/07/10/extase/

Ils l’ont vraiment fait … 

2005731160011.jpg  Carol Laure et Lewis Furey dans L’Ange et la Femme (film en noir et blanc du canadien Gilles Carle – 1977), selon la presse Lewis Furey n’est pas encore le compagnon de Carole Laure au moment du tournage… »une époque où l’on pouvait croire que la pornographie allait sortir de son ghetto pour investir le cinema tout entier et se normaliser » (Lui 1986 dans un article conscaré à Maruschka Detmers)

 L’empire des sens de Nagisa Oshima avec  Eiko Matsuda and Tatsuya Fuji…j’ai gardé en mémoire la conférence de presse qui suivit la projection à Cannes : ce fut un moment d’anthologie, tant côté journaliste, que côté acteur…Eiko Matsuda semblait « génée » par le côté direct et cru des questions….

Les cahiers du cinema racontent :   

  »Eiko Matsuda était membre de l’équipe de théâtre de Shuji Terayama. Katsue Tomiyama, directrice d’Image Forum, l’avait amené au casting du rôle, pour une audition. Elle a tourné quelques films après L’Empire des Sens, dont un Tanaka ‘Koshoku gonin onna’. Elle n‘avait pas tout à fait disparue. On dit qu’elle était quelqu’un de très libéral. L’impact produit par le fait qu’un cinéaste international ait tourné pour la première fois un film hardcore fit sensation au Japon. Mais après L’empire, elle ne tourna plus de films qui dépasserent cette notoriété. « 

http://www.cahiersducinema.com/article1497.html

L’ont ils  fait ??? Oui …mais non !!!!

Intimité ou Intimacy (2001) du français Patrice Chereau comporte de nombreuses scènes de sexe, non simulées, entre les acteurs Kerry Fox et Mark Rylance, mais le compagnon de l’actrice Alexander Linklater a démenti dans un article de presse. 

http://www.guardian.co.uk/film/2006/nov/26/features.review

http://www.guardian.co.uk/film/2001/jun/22/features.features11

Oui mais voilà le Guardian n’est pas vraiment convaincu par les arguments du boyfriend, le comparant à Bill Clinton (rien que ça) dans son argumentaire sur sa relation avec Monika Lewinsky : s’il n’y a pas eu pénétration….On croirait entendre Thierry Ardisson !

 http://www.guardian.co.uk/film/2001/jun/23/features.comment

Rumeurs….ils l’auraient fait ( On remarquera au passage que certains couples à l’écran le sont à la ville)

Le texte a été laissé dans certains cas en anglais, la traduction n’étant pas indispensable à la compréhension. 

  • Likewise Kim Novak and Richard Johnson in the filming of « The Amorous Adventures 20057295600111.jpgof Moll Flanders » (1965). (Johnson who briefly became Novak’shusband in real life). …L’info n’a pas été verifiée : il ne s’agit donc que d’une rumeur de forum.

  • Also between Barbara Hershey & David Carradine in Scorsese’s Boxcar Bertha(1972). In interviews, both Hershey & Carradine have said it was for real.

  •  Hypolyte Girardot et Isabelle Otero – L’Amant Magnifique (1985) – Film d’Aline Isserman -  A noter qu’au moment du tournage les deux acteurs vivaient en couple. 

  • 37°2 Le Matin ou Betty Blue : Au sujet de la première scène du film   »Jean-Hugues Anglade and Beatrice Dalle were supposedly adding a lot more heat than just the film lights at the beginning of Betty Blue (86) »   http://www.freshmag.com.au/sexinthecinema.html 

Sur le même site on évoque « Donald Sutherland and Julie Christie  in Don’t Look Now (1973 ),   Jack Nicholson and Jessica Lange »  dans « The Postman Always Rings Twice « (81) (Le facteur sonne toujours deux fois).

Des révélations sur un « Al Pacino » plutôt réservé : 

There have been rumours about whether the sex scenes were real between Al Pacino and Ellen Barkin in Sea Of Love (1989)  

« Actress Ellen Barkin has disclosed that Al Pacino was shy when it comes to in their steamy sex scene in Sea of Love.When quoted, Ellen said “We never talk about that scene. Al was very shy.”Then she added “I don’t think he’s comfortable with those kind of scenes. I am. At the time I was anyway. Now I wouldn’t be, but I thought it was a good icebreaker in those days”   http://girlretro.com/2007/05/29/ellen-barkin-revealed-al-pacino-uncomfortable-with-sex-scene/ 

 Mickey Rourke et Carre Otis : Sensuelle Orchidée

In 1990, both Rourke and Otis starred in the erotic thriller Wild Orchid, a sexually graphic film that almost received an X-rating. To bring the film into an R-rating to help with its theatrical release, a love scene involving both Mickey Rourke and Carre Otis had to be edited out of the film. It was widely rumored that the sex scene involved actual intercourse, as Rourke and Otis has become involved in a relationship during filming.
http://www.absolutenow.com/mugshots/mickey_rourke.html

Brad Pitt and Geena Davis in Thelma & Louise (1991)

Geena Davis refusa la doublure pour les scènes d’amour, mais, on a évoqué la possibilité des « real sex scenes »…

« For the more raunchy sex scenes between Brad Pitt and Geena Davis, director Ridley Scotthad assumed that a body double would be needed for Geena. Shortly after he’d begun auditioning prospective doubles, Davis learned of Scott’s intentions and insisted that no doubles were needed in those steamy scenes. » http://www.imdb.com/title/tt0103074/trivia

Jane March et Tony leung….il y avait une doublure !!!

u167540531.jpg  »When L’amant (1992) was released, false rumours of her having real love scenes with co-star Tony Leung Ka Fai circulated, and she felt abandoned and exploited by Annaud for never putting an end to the speculation, which even fueled the rumours and gained huge publicity for the film. …. March never spoke to Annaud for 10 years, until his apology to her in 2003. »

Il est fort possible que la rumeur soit une stratégie marketing qui d’ailleurs s’est avérée payante. Mais l’hypothèse a été émise qu’une partie de l’équipe du film se soit prise à son propre jeu : lorsque Jane March en janvier 1992 déclare (par traducteur interposé) au présentateur du 20h de TF1, qu’elle a eu des orgasmes pendant le tournage, et que le film donne lieu à de grandes émissions sur le thème de l’amour, il ne faut pas s’étonner du retour du boomerang.  

http://www.celebritywonder.com/html/janemarch.html

Sharon and Michael….Basic Instinct (1992)

 Le film fît scandale notamment pour la scène de l’interrogatoire dans laquelle Sharon Stone croise et décroise langoureusement les jambes. Celle-ci a par la suite expliqué son geste en disant qu’elle ne pensait pas que Paul Verhoeven filmerait cette partie intime du corps.

Avant d’être attribué à la peu connue Sharon Stone, le rôle de Catherine Tramell fut d’abord proposé à Kim Basinger, Michelle Pfeiffer, Mariel Hemingway, Geena Davis et Ellen Barkin qui déclinèrent toutes l’offre des producteurs en raison du caractère sulfureux du personnage et des scènes dénudées.http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=7342.html 

Alec Baldwin et Kim Basinger – The Gateway (1994)

« Roger Donaldson’s action thriller was a more explicit remake of Sam Peckinpah’s 1972 escape/chase film (with Steve McQueen and Ali MacGraw); it starred Alec Baldwin as released Mexican prison con Doc McCoy and Kim Basinger (Baldwin’s real-life wife at the time) as wife Carol who experienced passionate sex scenes together while on the lam from the law and crooked partner Jack Benyon (James Woods); it was produced in various versions including an uncut, unrated one »

Cette note est tirée du site suivant http://www.filmsite.org/sexinfilms.html

Il reprend l’histoire de l’érostisme au cinema depuis son origine, année aprés année, film après film avec des clichés, qui peuvent certes parfois choquer, mais attestent d’un remarquable travail de recherche…à visiter absolument.

Rumors are flying around Hollywood that Sienna Millerand co-star Hayden Christensen had actual sex during a scene in their new film Factory Girl. (2006)

Je ne reproduirai pas la liste de tous les films où l’on peut vraiment voir des scènes explicites,2005729580011.jpg  sachant que  Wikipedia tient cette rubrique à jour….Donc pour Le Diable au  Corps, Nine Songs, Ken Parks, Guardami, Brown Bunny, Pola X, Battle In Heaven et quelques autres reportez-vous aux adresses qui suivent…

http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_mainstream_films_with_unsimulated_sex

Un top-ten un peu spécial mais qui vaut le coup d’oeil :

http://www.fakes.net/top10_sex.htm

About.com publie cette enquête moins complète que Wikipedia,sous la plume de Cory Silverberg (Août 2007).

http://sexuality.about.com/od/eroticmovies/a/real_sex_scene_2.htm

http://sexuality.about.com/gi/dynamic/offsite.htm?zi=1/XJ&sdn=sexuality&cdn=health&tm=29&gps=163_65_1079_638&f=00&su=p674.5.336.ip_&tt=2&bt=1&bts=1&zu=http%3A//www.greencine.com/central/guide/sexinthemovies%3Fpage%3D0%252C0

Le forum du cinéma anglais offre aussi quelques infos que l’on peut recouper avec d’autres sources grâce aux moteurs de recherche

 http://www.britmovie.co.uk/forums/general-film-chat/5408-real-sex-scenes-2.html

Si vous pouvez vous contenter des photos et si vous maîtrisez la langue de Shakespeare, dirigez-vous vers Celebrity Movie Archive (Newest Files)….Il vous suffira de vous souvenir de quelques mots d’anglais évocateurs, et de cliquer sur « Description » …All Ladies do it !!!   

http://www.celebritymoviearchive.com/

 

lafternews @ 22:42
Enregistré dans Le Petit Carré Blanc, The Clap
Guess….The Fantastic Four (Part Two)

Posté le Jeudi 30 octobre 2008

Empruntez la page intitulée «  ce petit chemin  »….

lafternews @ 14:03
Enregistré dans Ce petit chemin
Guess …The Fantastic Four ( Part One)

Posté le Lundi 27 octobre 2008

J’ai souhaité consacrer deux articles à ce qu’on a pris l’habitude d’appeler la Saga des Marcianos ou la Guess Story.

Une des meilleures interviews réalisées sur les 4 frères, a été publiée par Bnet et s’intitule   »The  Dreamer – with f00259921.jpgPaul Marciano  » (elle est, en partie, repris par Wikipedia http://en.wikipedia.org/wiki/Paul_Marciano )

 Paul se confie, parle de sa jeunesse et de celle de ses frères…Marseille, Los Angeles, les sociétés, les obstacles qu’ils ont du surmonter… 

C’est à lire et à relire…. 

http://findarticles.com/p/articles/mi_m1285/is_/ai_20803791

C’est en 1981 que se situe l’un des virages importants de leur vie : attentat de la rue Copernic, arrivée de la gauche au pouvoir…ça bouge et ça va faire du bruit  dans le landernau…

Paul s’explique sur leur départ de France : un antisémitisme renaissant et une fiscalité contraignante feront sauter tous les verrous qui auraient pu arréter les « four brothers » dans leur traversée de l’atlantique…. 

On voit apparaître les premiers articles et un des premiers reportages dans la presse française sur leur réussite  : clichés de villas somptueuses en Californie, de voitures de rêve, et de jet privé….

En 1987 le quotidien Libération consacre un reportage à la guerre du jean qui fait rage outre-atlantique…On pense à Levi’s, Wrangler, Lee…Que nenni. Il s’agit d’une guerre que vont se livrer durant des années, par tribunaux interposés, les frères Nakash (Jordache) et les Marcianos autour d’une « join venture », jolimment nommée Gasoline, Ltd. (“Gasoline”)

« Fifty percent of Gasoline is owned by Ari, Joe, and Ralph Nakash (the “Nakashes”) and fifty percent by Georges, Maurice, Armand and Paul Marciano (the “Marcianos”). » 

(MARCIANO v. NAKASH/Supreme Court of Delaware/ 535 A.2d 400) (1987)

A la lecture du journal on sent poindre le pitch d’un film d’Alexandre Arcady…Un Grand Pardon Troisième du nom avec limousines et gardes du corps…

Paul aborde la question en toute franchise dans son interview sur Bnet :

« IS: When did you go into business with Jordache?

PM: In 1984, two years after GUESS? started. We were growing very rapidly, and Jordache said, « Why don’t we be partners, fifty-fifty. » So we said yes. And from the very first day, there were problems.

IS: Eventually, you and Jordache sued each other, but the jury said you were in the right.c00283421.jpg And then Jordache appealed?

PM: It happened twice, because there were punitive damages. But we got our company back.To make a long story short, it was six years of massive war. They were like a giant, like Goliath, and we were tiny, like David. But if in your own heart you know that you have been wronged, you’ve got to go with your own thinking. You have to do what is right for your future. You can’t just walk away from what you have created, what you have made. That isn’t right. »

Tout en me conformant au principe de droit français qui veut qu’on ne commente pas une décision de justice, j’indique ici que l’on peut suivre toute la procédure juridique au fil des années à travers les écrits de journalistes et les attendus de jugements que l’on retrouvera entre autre ci-après :

http://home.comcast.net/~jasonkilborn/BA2_Marciano.htm

http://altlaw.org/v1/cases/439825 

 http://findarticles.com/p/articles/mi_hb4298/is_/ai_n14982996

Notons qu’ il suffit de taper sur un moteur de recherche les mots : Marciano Guess / Jordache Nakash Trial pour obtenir une mine d’informations. 

En pleine crise économique et boursière on peut retrouver sur Forbes le cours de l’action Guess et de nombreuses informations financières sur le groupe.

http://finapps.forbes.com/finapps/jsp/finance/compinfo/CIAtAGlance.jsp?tkr=GES

http://people.forbes.com/profile/maurice-marciano/38877

La toile regorge aussi de clichés pris lors de fêtes, réceptions , galas de charité, et donne un aperçu des actions charitatives….. 

http://www.wireimage.com/ItemListings.aspx?cbi=35904&igi=209133&nbc1=1

 f00084831.jpg 

Il arrive que la presse s’empare d’un dossier sensible et donne en pâture au public le nom d’une ou  plusieurs célébrités, suite à des révélations. C’est ce qui arrive en 2007 avec l’affaire Jody Gibson, une Madame Claude Made in California, et sa liste noire – black book.

Bruce Willis named in madam’s ‘black book’ – Mars 2007

« A Los Angeles Times reporter checked the court records and discovered that – with Gibson’s legal appeals exhausted – the full text of her various entries were now available in their original, unredacted form.

According to the documents, as well as Willis (Bruce) and Jones, Gibson lists late film producer Don Simpson and the former lieutenant governor of Texas, Ben Barnes, as being among her big name clients.

The secrecy that surrounded the « trick book » during the trial led to accusations that then District Attorney Gil Garcetti was acting against the public interest to protect his influential friends.

That theory was given some credence yesterday with the revelation that two major contributors to his 2000 re-election effort were among those listed in Gibson’s file: Guess Inc founder Maurice Marciano and ‘Last Action Hero’ producer Steven Roth. »

 Ne disposant d’aucun élément sur ce dossier : je m’en tiens à la citation d’un article paru dans la presse, sans le traduire pour ne pas en déformer le sens.

Mais j’ai souhaité parler de cette affaire pour montrer tous les dangers d’une surexposition médiatique.

http://www.mailonsunday.co.uk/tvshowbiz/article-438966/Bruce-Willis-named-madams-black-book.html

About Guess…

Guess Canada…

f00070761.jpg  »Georges, Maurice, Armand et Paul Marciano, les fils d’un rabbin français, passèrent les premières années de leur enfance en Afrique du nord, siège du rabbinat auquel le père appartenait. Quand ce dernier fut muté, ils revinrent à Paris et s’établirent ensuite à Marseille où ils comprirent bien vite que leur vocation était bien différente de celle du père.

« Nous étions des adolescents à la mode » rappelle Paul. En 1973, Georges, qui avait alors 23 ans et travaillait comme coiffeur, commença à parler de cravates, un catégorie qui avait toujours donné de grandes satisfactions aux rêves d’un styliste. Il pensa que cela pouvait constituer une façon intelligente d’entrer dans le monde de la mode. Un choix qui éliminait tout problème de taille : une seule était suffisante pour tous. Il s’autoproclama styliste, impliqua ses frères et se lancèrent à corps perdu dans cette entreprise. Maurice s’occupait de la production, Armand des expéditions et de la comptabilité et Paul des ventes et des relations avec la clientèle. Bien vite, Georges et Maurice créèrent un joli chemisier – à taille unique et une seule couleur, le blanc – pour ensuite passer à une robe à taille unique, en construisant leur entreprise brique après brique, pour finalement arriver à expérimenter le denim. Ils se bâtirent une clientèle surtout dans le sud de la France, avant de se lancer sans intermédiaire dans la vente au détail. Il ouvrirent très rapidement dans la région 26 magasins saisonniers, ouverts uniquement pendant l’été, à St. Tropez, Marseille, Aix-en Provence, Nice et Cannes. Pendant presque dix ans, les quatre frères vécurent agréablement, jusqu’au moment où ils furent séduits par le rêve américain. »

http://www.guesscanada.com/English/Press/w_magazine/french_version.html  

Une famille qui fascine la blogosphère.. sur Fluctuat

« Une véritable success story, même si on connaît moins leur nom que celui de leur marque. f00031691.jpgLes quatre frères Marciano (Paul, Georges, Maurice et Armand) ont trouvé leur label sur une pub pour Mac Donalds, où était écrit : « Guess, what’s in the new Big Mac ? »(devinez ce qu’il y a dans le nouveau Big Mac ?).
Ils décident de rejoindre Los Angeles au début des années 80 avec la ferme volonté de fabriquer des jeans, en tout cas de rendre l’objet jean, alors un peu en souffrance, sexy et attractif. Ils présentent des modèles moulants, délavés par le procédé du stoned-washed. L’un de leurs premiers modèles, le jean Marilyn, à trois fermetures glissières et so sexy fait un tabac. Le tout, allié à un sens du marketing en acier. En outre, plusieurs modèles ont contribué à leur renommée :
Estelle Lefebure , Claudia Schiffer , Naomi Campbell, Karen Mulder, Anna Nicole Smithou encore Laetitia Casta !
En 1994, la fondation Guess est créée pour récolter des fonds : recherche contre le cancer, récolte de jouets pour les enfants déshérités, aide aux réfugiés du Kosovo, sont quelques-unes des actions qu’elle finance » 
 http://arts.fluctuat.net/marciano-guess-.html

…et sur Money

« Guess, la marque de mode au succès international, est née en 1981 de la créativité des frères Marciano. Depuis plus de 25 ans, cette marque représentée dans ses campagnes publicitaires par quelques-unes des plus belles femmes du monde symbolise le glamour et la beauté intemporelle.

En plus de 25 ans d’activité, la marque Guess s’est imposée dans le monde entier.

Aujourd’hui, cette entreprise de vêtements de mode possède plus de 747 boutiques de vêtements et d’accessoires dans plus de 75 pays.

Le chiffre d’affaires de l’entreprise est passé de 6 millions de dollars en 1982 à 1,19 milliards de dollars en 2006.

2005302040011.jpg L’histoire de cette marque mondialement connue et reconnue commence près de Marseille dans les années 70, lorsque Maurice et Georges Marciano ouvrent leur première boutique de vêtements.

Bientôt rejoints par leurs frères Paul et Armand, ils fondent une petite entreprise de jeans en Californie en 1981.

Guess est aujourd’hui encore dirigée par deux frères Marciano, Maurice et Paul.

Ce dernier a joué un rôle crucial dans l’essor de l’entreprise en se chargeant de la publicité de la marque depuis sa création en 1981.

Paul Marciano, aujourd’hui chef de la direction, a su façonner l’image de la marque en l’associant à de grandes icônes glamour comme Claudia Schiffer, Eva Herzigova, Laetitia Casta ou encore Drew Barrymore.

Les photos audacieuses et sensuelles de ses campagnes publicitaires ont valu à Guess les prix Clio et Designers and Art Directors. » http://money.unblog.fr/2007/11/15/guess/

De Marilyn à Paris  

« Cela fait plus de vingt ans que Georges Marciano, son frère aîné, persuada le magasin Bloomingdale’s de leur acheter trente paires de jeans moulants délavés «Marilyn», épuisés quelques heures seulement après leur apparition sur les rayons du grand magasin.

Et cela fait plus de vingt-cinq ans que Paul, Maurice, Armand et Georges, fils d’un rabbin français, nés en Algérie mais élevés à Marseille, ont liquidé leur business de cravates, quitté leur petit appartement près de la synagogue rue Paradis pour conquérir l’Amérique.
Lorsqu’ils décident en 1981 d’ouvrir leur usine de jeans à Los Angeles, ils ont une seule idée en tête: transformer le denim, usé jusqu’à la corde voire démodé, en un produit sexy. E
n introduisant le fameux «stoned wash» (aspect délavé) sur leurs modèles, les frères Marciano vont lui assurer un splendide avenir.

Aujourd’hui, leur site internet (avec achat en ligne) est remarquable. On y découvre la dernière égérie en date, Paris Hilton, qui vient d’être choisie par la marque pour incarner son image dans le monde entier.  »  http://paris-star.skyrock.com/

Les photos de la campagne publicitaire Guess 2008 se retrouvent sur    http://www.guess.com/

elles sont l’oeuvre du rocker canadien Brian Adams, comme l’indique « Don’t Miss »  :

http://www.dontmiss.fr/n5510-4/la-cene-selon-marithe-et-francois-girbaud.html

Dernier regard sur l’homme pressé et son engagement politique…on retrouve sur ce document les noms de l’ancien maire de New-York, Rudy Giuliani, d’Hillary Clinton et de Barak Obama

http://www.campaignmoney.com/political/contributions/maurice-marciano.asp?cycle=08

 Mais en cherchant bien vous trouverez encore d’autres informations….

Paul n’est pas devenu Rabbin, mais lui et ses frères ont revisité ce passage de l’ancien testament (Génèse) où Abraham entend Dieu lui dire : »Va, pour toi, hors de la maison paternelle, vers le pays que je t’indiquerai. »

lafternews @ 17:01
Enregistré dans Fashion
Va-t-on vers un nouveau…?

Posté le Jeudi 23 octobre 2008

Très souvent les journalistes débutent leur sujet par une question …(notez qu’on peut répondre à cette question par une autre question, ce qui laisse le temps de réfléchir à la réponse, selon la méthode dite « de Rabbi Jacob » …mais on s’éloigne du sujet)

Donc nous avons sur nos écrans une charmante jeune femme qui nous dit : va -t-on vers un nouveau Bretton Woods, vers un nouveau Plan Marshall, vers un nouveau Yalta ? Sans oublier la crise de 29 et son jeudi noir….

(N.B. : un des meilleurs specialistes de la grande crise est un ancien professeur de la London School of Economy et actuellement Président de la Réserve Fédérale Américaine : Ben Bernanke; la question de la comparaison entre les deux crises – 1929 & 2008 - lui a été posée plus d’une fois )

Et c’est là qu’on se rend compte de l’importance de cette pèriode qui va grosso modo de 1929 à 1949…la quantité de documents que l’on trouve sur la toile, est là pour en attester.  

Accessoirement on réalise tout à coup que les cours d’histoire de Terminale ou de Faculté sont loins, très loins derrière nous…

Les accords de Bretton-Woods : le monde selon Keynes

NOUVELOBS.COM | 09.10.2008 | 11:06

« Le 22 juillet 1944, la ville américaine de Bretton Woods (New Hampshire) donne son nom à une charte, qui prépare le nouvel ordre économique mondial de l’après-guerre. Les combats se poursuivent alors en Normandie.
u1591491711.jpg Réunis pendant trois semaines, sous l’impulsion des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne, la Conférence Monétaire et Financière Internationale des Nations-Unies consacre le leadership américain, la suprématie du dollar-roi, et institue un système de parités fixes par rapport à l’or.
Les représentants de 44 pays ou gouvernements en exil tentent ainsi de mettre un terme à l’instabilité des changes « susceptible de conduire à une guerre économique et de mettre en danger la paix mondiale ».
La Conférence décide également de créer le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement (BIRD), surnommée Banque mondiale. L’URSS, pays participant, refuse d’y adhérer.
Des amendements viendront modifier la charte et l’esprit de Bretton Woods. »

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/economie/politique_eco/20080926.OBS2845/les_accords_de_bretton_woods.html

Et si nous prenions d’autres chemins pour acceder à la connaissance ….

http://www.ena.lu/

http://www.hist-geo.com/Glossaire/Accords-Bretton-Woods.php

Jamais le nom de Keynes n’aura autant été cité dans la presse que durant cette crise des « subprimes »..Une occasion de se pencher sur sa biographie…

http://artic.ac-besancon.fr/s_e_s/Fiches%20auteurs/John%20Maynard%20Keynes.htm

 A lire également  : un article du Monde sur les conseillers économiques de l’Elysée :

http://www.lemonde.fr/la-crise-financiere/article/2008/10/01/la-revanche-de-keynes_1101719_1101386.html

Yalta…on refait le monde ?

 Du 4 au 11 février 1945 se tient la conférence de Yalta.

« Pendant une semaine, au bord de la mer Noire, Churchill, Staline et Roosevelt se concertent sur le sort futur de l’Allemagne et du Japon dont la défaite ne fait plus de doute.

Quand commence la conférence, l’Armée rouge de Staline a déjà atteint l’Allemagne msf016101.jpgorientale. Les Anglo-Saxons, quant à eux, n’ont pas encore franchi le Rhin. D’où l’assurance dont fait preuve Staline face à ses alliés occidentaux. Assurance d’autant plus grande que Roosevelt est malade (il mourra trois mois plus tard) et Churchill physiquement usé.

Les trois chefs alliés projettent de démilitariser l’Allemagne et de la découper en trois zones d’occupation (Churchill obtiendra après coup qu’une zone soit accordée à la France).

Ils se proposent aussi de réunir une conférence internationale en vue de remplacer la défunte Société des Nations (SDN). Ce sera l’ONU.

Churchill plaide pour qu’en plus des Trois Grands (États-Unis, Royaume-Uni, URSS), la France et la Chine disposent aussi d’un siège permanent à la tête de la future institution.

Bien entendu, il n’est pas question de contester à l’URSS les territoires qu’elle a déjà annexés ou s’apprête à le faire. 

En ce qui concerne les pays européens libérés de la tutelle nazie, les «Trois Grands» s’engagent à les laisser libres de choisir leur destin.

Contrairement à une légende postérieure, il n’a pas été question d’un «partage» de l’Europe au cours de la conférence de Yalta….. »

http://www.herodote.net/histoire/evenement.php?jour=19450204

De Gaulle et Yalta : ne m’oublie pas ….

730709731.jpg  »Roosevelt que Staline avaient, non seulement du général de Gaulle mais aussi de la France, une vision fort négative. Seul Churchill, à la fois par francophilie et par conscience qu’il n’était possible d’administrer l’Allemagne après le conflit qu’avec une participation française, soutenait le rétablissement de notre pays comme grande puissance. »

http://www.ladocumentationfrancaise.fr/revues-collections/questions-internationales/11/yalta.shtml

 Le Plan Marshall…..Le sheriff joue le pacifique

« Le 5 juin 1947, dans un discours à Harvard, le secrétaire d’État George C. Marshall propose un plan qui porte son nom. La situation économique et politique de l’Europe étant instable, les États-Unis, dit-il en substance, ne sauraient demeurer indifférents ; leurs intérêts sont en jeu. La politique américaine n’est dirigée « contre aucune doctrine ni aucun pays, mais contre la faim, la pauvreté, le désespoir et le chaos ». Washington propose, en conséquence, de  samhat1.jpg fournir aux Européens les dollars dont ils ont besoin, à condition qu’ils déterminent eux-mêmes leurs besoins et assurent la répartition des crédits américains.

Cette proposition, généreuse et intéressée à la fois, fait suite à l’exposition de la doctrine Truman, qui date du 12 mars 1947 et vise à secourir les gouvernements grec et turc menacés par la « subversion communiste ». Pourtant, elle s’adresse à tous les pays européens, y compris l’Union soviétique. Moscou semble hésiter ; puis, à la fin de juin, à la Conférence de Paris, Molotov fait connaître le refus de son gouvernement. L’U.R.S.S. n’admet pas que les nations qui font partie de sa sphère d’influence puissent exprimer une opinion divergente de la sienne et contraint la Tchécoslovaquie et la Pologne à refuser à leur tour.(…) »

http://www.universalis.fr/encyclopedie/T300882/MARSHALL_PLAN.htm

« L’Organisation Européenne de Coopération Economique (OECE) a été instituée le 16 avril 1948. Elle est issue du Plan Marshall et de la Conférence des Seize (Conférence de coopération économique européenne) qui a oeuvré pour l’établissement d’une organisation permanente chargée d’assurer la mise en oeuvre d’un programme de relèvement commun et, en particulier, de superviser la répartition de l’aide. »

http://www.oecd.org/document/53/0,3343,fr_2649_201185_1876917_1_1_1_1,00.html

Alors à l’attention  de nos amis journalistes, j’ai sélectionné d’autres accroches :

Va-t-on faire une nouveau voyage à Canossa ?

Est-ce un nouveau Munich ?

Encore un coup de Trafalgar ? 

Va-t-on découvrir un watergate , un angolagate, un irangate de plus ?

La quintessence de l’affaire Elf ?

De nouveaux emprunts russes ?

Un nouveau Pelé ?

Un nouveau Michael Jackson en moins gris ? 

Une nouvelle Clara Morgane ?

Et un nouveau Raton Laveur ….

lafternews @ 18:11
Enregistré dans Un oeil dans le Rétro
Marronniers…Made in USA

Posté le Mercredi 22 octobre 2008

« Un marronnier en journalisme  est un article d’information de faible importance meublant une période creuse, consacré à un événement récurrent et prévisible. »

http://fr.wikipedia.org/wiki/Marronnier_(journalisme)

u166665371.jpg  A quelques jours de l’élection présidentielle, et compte tenu de la multitude de rumeurs qui couraient sur une tentative d’assassinat de Barak Obama, je me suis penché sur ce parallèle que l’on retrouve sur le web, entre Abraham Lincoln et John Fitzgerald Kennedy.

                                      Le texte circulant sur internet

Abraham Lincoln fut élu au congrès en 1846. John F. Kennedy fut élu au congrès en 1946.

Abraham Lincoln fut élu président en 1860. John F. Kennedy fut élu président en 1960.

Les noms Lincoln et Kennedy sont composés de 7 lettres.

Les deux furent très attachés à la défense des droits civiques.

Les épouses des deux présidents perdirent leur enfant alors qu’elles vivaient à la Maison Blanche.

Les deux présidents furent tués d’une balle dans la tête. Les deux présidents perdirent la vie un vendredi.

960111.jpg La secrétaire (et le garde du corps) de Lincoln s’appelaient Kennedy. La secrétaire de Kennedy (et son garde du corps)s’appelaient Lincoln.

Les deux présidents furent assassinés par des « sudistes ». Les deux présidents eurent pour successeur un « sudiste ».

Le nom de chacun de leurs successeurs comportait 7 lettres, les deux s’appelaient Johnson.

Andrew Johnson, qui succéda à Lincoln, est né en 1808. Lyndon Johnson, qui succéda à Kennedy, est né en 1908.

John Wilkes Booth, qui assassina Lincoln, est né en 1839. Lee Harvey Oswald, qui assassina Kennedy, est né en 1939.

Les deux assassins étaient connus par leurs trois noms. Le total respectif des lettres de leurs trois noms comporte 15 lettres.

Lincoln mourut dans un théâtre appelé « Kennedy ». Kennedy mourut dans une voiture appelée « Lincoln ».

lincolnpdc1.jpgJohn Wilkes Booth tenta de s’échapper depuis un théâtre et fut arrêté dans un immeuble. Lee Harvey Oswald tenta de s’échapper depuis un immeuble et fut arrêté dans un théâtre.

Booth et Oswald furent assassinés avant leur procès…

Et maintenant le plus surprenant…

Une semaine avant d’être assassiné, Lincoln était en vacances à Monroe, Maryland. Une semaine avant d’être assassiné, Kennedy était en vacances avec Marilyn Monroe (hélas ! pour cette assertion, qui tout l’air d’un canular, il faudra y renoncer : Norma Jean avait déjà quitté cette terre depuis le 5 août 1962).

Jean-Pierre Thomas a effectué un minutieux travail de recherche et a examiné tous les points  de ce mail, qui circule sur le net, sous toutes ses coutures …je vous renvoie au portail de l’Afis..

http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article83

 On retrouvera ici  le courriel dans la version américaine : 

http://www.coverups.com/jfk/lincoln.htm

On pourra également visiter ces 2  sites consacrés à l’assassinat de JFK… 

http://www.jfk-fr.com/lexique_98.php

http://www.zetetique.ldh.org/kennedy.html 

Cette dernière adresse   (de Paul-Eric Blanrue)  méritant  le détour, en raison de la documentation présentée, relative à l’assassinat du président Kennedy à Dallas (Texas)  le 22 novembre 1963 .

Par ailleurs, en marge de l’assassinat de JFK on pourra visionner :

- JFK d’Oliver Stone (1991) avec Kevin Costner, Tommy Lee Jones, Gary Oldman, Sissy Spacek, Kevin Bacon, Jo Pesci, Walter Matthau

- I comme Icare d’Henri Verneuil (1979) avec Yves Montand

Enfin pour ceux qui sont friands d’anecdotes, voici celle concernant une stripteaseuse répondant au nom de scène de Candy Barr.

Régulièrement l’édition américaine de Playboy présentait un article signé Arthur Knight et Hollis Alpert intitulé Sex in Cinema, florilège de photos tirées de films américains et européens suivi d’un commentaire de plusieurs pages sur l’évolution des scènes de nu ou de sexe, en tenant compte du contexte politique, social et éconimique, dans les sixties, les seventies, etc…

Le magazine de charme publia à deux reprises au moins, les clichés tirés d’un petit film tourné dans un motel  en 1951 , intitulé « Smart Alec »…  (le film est repris par Alex de Renzy dans son « Anthology of Blue Movie ») Juanita Dale Slusher, le vrai nom de Candy Barr, avait 16 au moment où elle tourne ce petit film, qui lui vaut le surnom de « first porn princess ».

Elle fut interrogée par le FBI sur ses relations avec Jack Ruby, propriétaire d’un night-club et assassin d’Oswald…Les enquéteurs pensaient qu’elle en savait beaucoup plus mais qu’elle avait refusé de parler.

Elle décéda en janvier 2006.

http://www.trutv.com/library/crime/notorious_murders/celebrity/candy_barr/1_index.html

http://www.blushingvintage.com/blushing/candybarr.php

http://www.iht.com/articles/2006/01/06/america/web.0106candyobit.php

lafternews @ 22:39
Enregistré dans Too Net
Caligula ….De Suétone à Guccione

Posté le Lundi 20 octobre 2008

De viris illustribus…

L’historien romain, Suétone, relatait dan son ouvrage, Histoire des Douze Césars, maintes anecdotes sur l’empereur, Caius Caligula…C’est ainsi que de nombreux lycéens firent connaissance avec ce personnage fantasque, violent, débauché, répétant sans cesse : « qu’ils me haïssent pourvu qu’ils me craignent ».

(« Cals0032811.jpgius Suetonius Tranquillus est tenu pour l’un des principaux historiens de langue latine, alors qu’il fut en réalité un biographe, et ne toucha à l’histoire que dans la mesure où les personnages dont il trace les portraits et raconte la vie appartiennent à l’histoire générale. Il est d’une époque où l’érudition tend à l’emporter sur la création. Suétone est un érudit, un chasseur d’anecdotes rares. Il dut aux circonstances de sa vie d’avoir pu en recueillir de très précieuses, notamment sur les empereurs du Ier siècle après J.-C… »)

http://www.universalis.fr/encyclopedie/R170971/SUETONE.html

Les Thèmes de Camus dans la Version « théâtre »

La découverte de l’oeuvre de Camus fut une réelle et agréable surprise..La révolte, l’absurde, le suicide…

Au delà de La Peste et de l’Étranger, il y avait Noces à Tipaza, mais aussi Caligula.

Voici ce qu’en écrit Camus dans l’édition américaine du Théâtre (1957) :
« La première, Caligula, a été composée en 1938, après une lecture des Douze Césars, de Suétone.  

  »Caligula, prince relativement aimable jusque là, s’aperçoit à la mort de Drusilla, sa soeur et sa maîtresse, que le monde tel qu’il va n’est pas satisfaisant. Dès lors, obsédé d’impossible, empoisonné de mépris et d’horreur, il tente d’exercer, par le meurtre et la perversion systématique de toutes les valeurs, une liberté dont il découvrira pour finir qu’elle n’est pas la bonne. Il récuse l’amitié et l’amour, la simple solidarité humaine, le bien et le mal. Il prend au mot ceux qui l’entourent, il les force à la logique, il nivelle tout autour de lui par la force de son refus et par la rage de destruction où l’entraîne sa passion de vivre.

120413h1.jpg Mais, si sa vérité est de se révolter contre le destin, son erreur est de nier les hommes. On ne peut tout détruire sans se détruire soi-même. C’est pourquoi Caligula dépeuple le monde autour de lui et, fidèle à sa logique, fait ce qu’il faut pour armer contre lui ceux qui finiront par le tuer. Caligula est l’histoire d’un suicide supérieur. C’est l’histoire de la plus humaine et de la plus tragique des erreurs. Infidèle à l’homme, par fidélité à lui-même, Caligula consent à mourir pour avoir compris qu’aucun être ne peut se sauver tout seul et qu’on ne peut être libre contre les autres hommes. »

http://webcamus.free.fr/oeuvre/caligula.html

Un tournage romain qui tourne à l’orgie romaine…

En 1978, Victor Vramant (il succéda à Georges Bortoli comme correspondant à Moscou de la télévision française)  réalise un reportage très surprenant, sur le tournage dans les studios de Rome, d’une superproduction, Caligula.

Que dit-il ?  Justement tout est là…En glissant des mots sur le caractère peu conventionnel de ce nouveau type de peplum historique, et sur le fait qu’il a pu voir quelques scènes, le journaliste, essaie de faire comprendre à demi-mots, pour ne pas encourir les foudres des censeurs, qu’il se passe quelque chose de nouveau et sulfureux sous le soleil d’Italie.

Tous les détails concernant ce film, production, réalisation, se retrouvents sur le web et notamment sur Wikipedia

On retiendra les noms des réalisateurs Tinto Brass (Bob Guccione - »sein-patron » du magazine de charme Penthouse – et Giancarmlo Lui pour les scènes additionnelles), des scénaristes Gore Vidal, Bob Guccione, Giancarlo Lui, et Franco Rossellini.
(Production/Distribution : Distributeur(s)
Analysis Film Releasing Corporation (USA)
Independent Artists
(USA)
Éditeur DVD Seven 7 Informations annexes : Budget 17.5 millions de $ Lieux de tournage Dear Studios, Rome, Lazio, Italie.)

bxp2609521.jpgLa première version, sort le 2 juillet 1980…après être passée sous le couperet d’Anastasie..

Le casting a de quoi faire rêver :

Malcolm McDowell… Caligula

Teresa Ann Savoy … Julia Drusilla

Helen Mirren… Caesonia

Peter O’Toole… Emperor Tiberius Caesar  

Adriana Asti … Ennia

John Gielgud… Nerva

sans oublier les vedettes des séquence additionnelles :

Anneka Di Lorenzo … Messalina

Lori Wagner … Agrippina

J’ai selectionné 3 sites qui se distinguent, l’un pour la profusion des documents photographiques,

http://www.caligulathemovie.com/

et  les deux autres pour  un travail extraordinaire de collecte d’informations, qui s’apparente, par instants, à un véritable mémoire sur le film, (signé Françis Moury), initialement paru sur Dvdrama puis repris en version revue et corrigée sur Dvdclassik.

http://www.cineastes.net/textes/moury-caligula.html 

 http://www.peplums.info/pep02.htm

Rumore….

« Afin d’évoquer le plus sanguinaire des empereurs romains, selon les dires de Suétone, il fallait oser tous les débordements.   Effectivement, Bob Guccione, en 1976 décide d’investir plus de vingt millions de dollars de l’époque, somme colossale, dans la production d’un film sur Caligula. »  Pour mettre toutes les chances de son côté il va « s’entourer des meilleurs : Gore Vidal (Ben Hur, 1959) au script, le génial décorateur de Fellini, Danilo Donati (Satyricon, 1969), de grands acteurs comme Peter O’Toole, John Gielgud..(qui fera tout pour faire effacer son  nom du générique, mais en vain) »
« Le tournage commence en 1976, et les tensions sont nombreuses avec le réalisateur qui a une vision très personnelle de son film. Il crée une véritable œuvre décadente et grotesque. Guccione se sentant trahi décide de revenir la nuit sur le plateau et tourne en secret des scènes additionnelles plus chaudes et au contenu sexuellement explicite. Une fois le film terminé, Tinto Brass refuse d’assumer la paternité d’un métrage qu’il ne reconnaît plus. D’interminables procès repoussent la sortie vers 1979. »

 http://www.avoir-alire.com/article.php3?id_article=7130

1982 …Caligula en cassette !!! 

  »Caligula…Sexe et Violence sur fond d’histoire.  Dix sept millions de dollars ont été investis dans cette superproduction descendant en droite ligne de Ben-Hur et Cléopatre, faisant de Caligula l’un des films les plus chers de l’histoire du cinéma. Pas moins de cinq mois de tournage, 3592 costumes, 64 décors et quelques 40 000 mètres de pellicule furent nécessaire à sa réalisation. On sait que la version cinématographique a été censurée et que la cassette vidéo seule donne une version intégrale du chef-d’oeuvre, incluant dan ses deux heures quarante cinq, des scènes érotiques que l’on s’interdira de qualifier de pornographiques à cause de la qualité de l’image »

« L’éditeur Claude Gorsky, fit le siège de B. Guccione, jusqu’au jour où il put le convaincre de lui céder les droits du film. Selon lui Caligula restera un des grands films du vingtième siècle car il contient tous les ingrédients du succès : violence, histoire et érotisme. Sans compter la beauté hallucinante des décors. » (Gorki créa Vista Video avec un catalogue contenant à sa naissance Caligula et Lola de Fasbinder)

En relisant le texte ci dessus véritable « bande-annonce sur papier glacé » et en regradant (toujours avec plaisir) les photos qui accompagnent le document (en montrer mais pas trop), on réalise combien René Château et Vista Vidéo ont soigné le lancement de la cassette en version intégrale.

C’est le moins que l’on puisse dire.

Evidemment les scènes où l’on retrouvait Anneka Di Lorenzo, Valerie Rae Clark, Lori Wagner, ainsi que le navire surnommé « Bordel Impérial » eurent un retentissement incroyable auprès du public, au point d’en oublier de rembobiner les cassettes vidéo…(authentique)

Monsieur Tinto Brass

La cinemathèque française  a rendu hommage en 2006 à celui qui fut assistant de maîtres du cinéma aussi réputés que Federico Fellini ,son idole, ou Roberto Rosellini :

« Tinto Brass n’est certainement pas végétarien. Et dans ses films, ce n’est pas la tête qui parle, c’est le corps tout entier en action. La crudité de l’oeil de Tinto Brass est métaphorique de sa rupture avec la raison raisonnante, de son ouverture à la nudité et de sa conscience détachée. Chacun de ses films est une vision extatique d’un l’homme acéphale et une reprise étymologique du mot Prostituere, soit exposer publiquement (un corps). « 

http://www.cinematheque.fr/fr/nosactivites/projections/rendez-vous-cinema/cinemabis/archives/manifestation/V2654-cinema-bis-hommage-tinto-brass.htm 

Le cinéaste possède son propre site…

http://www.tintobrass.to/

D’autres peplum…Pâles copies

Où l’on retrouve même des scènes tirées d’autres peplums comme le Colosse de Rhodes…

Caligula ....De Suétone à Guccione dans Le Petit Carré Blanc puce2 les Folles Nuits de Caligula (Le calde notti di Caligola), de Roberto Montero, avec Carlo Colombo.
Pays : Italie
Date de sortie : 1977
Technique : couleurs
Durée : 1 h 15

 puce2 dans Le Petit Carré Blanc Caligula, la véritable histoire (Caligula, the Untold Story), de David Hills, avec David Cain Haughton.
Pays : Italie
Date de sortie : 1982
Technique : couleurs
Durée : 1 h 40

puce2 Caligula et Messaline, d’Anthony Pass, avec Vladimir Brajovic.
Pays : France et Italie
Date de sortie : 1982
Technique : couleurs
Durée : 1 h 45

 puce2 les Orgies de Caligula (Caligula’s Slaves), de Frank Kramer et Laurence Webber, avec Robert Gligorov.
Pays : Italie
Date de sortie : 1984
Technique : couleurs
Durée : 1 h 30

http://www.larousse.fr/ref/film/Caligula_1627.htm

Mais aussi …

Caligula2 de Joe d’Amato avec Laura Gemser (1982)

Messalina, Messalina (Messaline, Imperatrice et Putain)
It – 1977 -  Durée
1H35 -  
Date de sortie : 07/01/1981

Messaline et Agrippine, de  Jacob Most, avec  Raquel Evans
Date de sortie : 1982
Durée : 90 mn

Combien reste t-il de scènes inédites ? Verra t-on un jour une nouvelle « version intégrale » ? Pour ma part j’en suis convaincu… Caligula n’a pas encore livré tous ses secrets…   

lafternews @ 15:17
Enregistré dans Le Petit Carré Blanc
12345