Catégorie

Archive pour la catégorie « Too Net »

Second « sex » Life

cb1077311.jpg La frontière entre le cinéma classique et le X ressemble de plus en plus à la ligne Maginot : on passe par dessus ou on la contourne dans l’allégresse…

A l’occasion de la sortie du film « Coco Chanel et Igor Stravinsky » de Jan Kounen les projecteurs se sont posés sur Anna Mouglalis  (Interview disponible sur Elle.fr ). De fil en aiguille on la découvre, également, en tant que réalisatrice « cryptée » pour Canal + .

Par ailleurs la projection d’Antichrist de Lars Von Treers a confirmé la tendance qui consiste à saupoudrer les films de scènes de sexe non simulées. L’article suivant a été relevé sur le net durant le festival de Cannes, il est assez représentatif de ce qui se dit sur la toile à propos de la performance des acteurs et du réalisateur :

 » Avec Antichrist (le T combine en fait une croix et le symbole féminin), Lars von Trier a repoussé les limites de l’ignoble. Dès la première scène, le ton est donné : Charlotte Gainsbourg et Willem Dafoe font l’amour sur une musique religieuse, avec images de pénétration en gros plan, pendant qu’un bébé glisse par la fenêtre. Plus tard, Charlotte Gainsbourg, entièrement nue, se masturbe frénétiquement dans les bois. Puis fait de même à son compagnon inconscient, qui éjacule du… sang. Et pour cause : elle vient de lui balancer une boîte à outil entre les jambes. Juste après…   » Si vous êtes à jeun, lire la suite ici

Comme dirait Coluche : » Et ils le vendent leur film ? »k06115551.jpg

Ces deux sorties cinématographiques ont aiguillé ce papier vers des sentiers torrides, à consommer avec modération, et interdits aux mineurs en ce qui concerne le film évoqué ci-après.   

Avec le très hot  Destricted,  (4 extraits derrière le lien)  qui regroupait plusieurs courts métrages d’artistes avec comme unique cahier des charges de proposer une représentation de la sexualité, Larry Clark, (extrait explicite sur Xhamster) Matthew Barney, Gaspar Noé ou encore Sam Taylor-Wood, avaient créé des oeuvres débridées et pornographiques, mais surtout destinées aux garçons.¨

Par la suite, cinq réalisatrices françaises, Lola Doillon, Maïwenn le Besco, Helena Noguerra, Arielle Dombasle et Caroline Loeb avaient toutes tourné un court métrage sur la thématique du désir féminin. Et tous ces petits films furent regroupés pour former X-plicit, qui sera à terme projeté au cinéma.

Une seule contrainte leur avait été imposée : réaliser des scènes pornographiques !

 Vous pouvez vous rendre sur le site ,  Second Sexe, pour en apprendre davantage…en voici un avant goût…

k02817581.jpg  » Les six x-plicit films de Second Sexe se retrouvent ici unis dans une version longue: Arielle Dombasle et « Le bijou indiscret », Lola Doillon et « Se faire prendre au jeu », Laetitia Masson et « Enculées », Helena Noguerra et « Peep show Heros », Mélanie Laurent avec « A ses pieds » et enfin Caroline Loeb avec « Vous désirez? « .  6 propositions foisonnantes réalisées par des personnalités fougueuses… »

Pour la seconde saison, nommée X Femmes 2, de nouvelles artistes ont été contactées :  l’américaine Zoe Cassavetes, fille du grand John et soeur de Nick, avec Samedi Soir, la chorégraphe espagnole Blanca Li qui a fait Pour elle, la cinéaste française Tonie Marshall et son Beau Sexe et enfin Anna Mouglalis avec Les Filles.  Le sexe abordé avec le regard de femmes talentueuses… Le résultat sera à la télévision sur Canal + dès le 27 juin.  Sur Pure People

Dans ce cas précis, les producteurs ont au moins le mérite d’annoncer la couleur d’entrée.  

Qui se souvient de la Grande Bouffe de Marco Ferreri en 1973 ? Le fantasque italien avait défrayé la chronique avec son « oeuvre » polémique. Pour l’époque Pompidou-Giscard c’était très audacieux.

Je ne suis pas devin ni critique de cinéma, mais il y fort à parier que nous reviendrons à un cinéma plus académique, question de faire une pause, avant de repartir de plus belle dans la provocation.



Caligula…épuisant mais pas épuisé

Ça y est c’est décidé, je passe au viagra !!!k06725881.jpg

Le Bain de Lucrèce a encore frappé avec un article très hot sur le film de Tinto Brass ou  plutôt sur les scènes additives de Caligula… 

Et si vous prenez le temps de lire les interviews et les infos cachées derrière chacun des liens, vous en apprendrez de « belles » sur Laurie Wagner et ses copines…pour peu que vous compreniez l’anglais.

Mais je suis persuadé que vous allez apprendre très vite !



The Box

bxp1426071.jpg Or donc, Saint Exupéry excédé par cet enfant tyrannique ( selon le concept utilisé par certains pédo-psychiatres), qu’on appelait le  Petit Prince, se mit à imiter Roger Hanin dans le Grand  Pardon et lui dit : » Écoute, mon fils, tu me fatigues ! ton mouton il est dans la boîte et si tu continues, ça ne s’appellera plus un mouton mais des merguez  » et il ajouta en montrant les cinq doigts de la main « Ayn Shaytan ».

Mine de rien, là, en plein désert, il venait de redécouvrir le packaging…  

Imaginez la tête du Petit Prince si le designer de la boîte se nommait Raymond Loewy .

Celui là même, qui fut le père spirituel de dessins révolutionnaires (paternité qui lui fut par ailleurs contestée dans un cas ou deux) : voitures, trains, avions, bouteilles de soda et paquets de cigarettes ont pris de nouvelles formes grâce à ce français hors du commun.

Tout (ou presque) est-il dans l’emballage ? Certes non,  mais tout de même. 

 Vous souhaitez renouer avec une liberté extra-conjugale ? C’est une supposition bien sur. 

On vous propose d’un côté, une relation dans une camionnette pré stationnée sur le 1574r286291.jpg bas côté d’une nationale, avec une jeune femme, qui très souvent ne s’exprime que dans la langue de Cervantes ou de Tolstoi, dans des conditions d’hygiène douteuses et de l’autre, dans un immeuble cossu, une dame très digne, croisement de Nadine de Rotschild et Barbara Cartland, vous présente, autour de quelque chocolats et d’un doigt de Porto (rien qu’un doigt) 3 ou 4  »Belles de Jour », des occasionnelles évidemment, moyennant finance ça va de soi.

 Je ne crois pas trop m’avancer en disant que la deuxième proposition sera la plus étudiée…..

 Oops ! Suis-je bête !!  D’une part, vous, vous n’avez pas besoin de payer, pour emballer, et d’autre part, on a fermé les maisons en 1946, n’est ce pas ?    

Et maintenant, une situation inverse. Vous sollicitez un prêt de votre banque,  votre conseiller vous chante Louxor J’adore de Philippe Katerine , et une fois dehors vous êtes gaie comme un pinson parce que vous venez de découvrir les vertus érotiques du crédit.

En fait vous venez de vous faire ( je dis pas le mot) par votre banque et vous avez reçu de l’argent en échange ? Ça ne vous rappelle pas quelque chose ?    

u108120131.jpgMais où veut-il  en venir ?

L’emballage, c’est bien, mais il ya bien un moment où il faut enlever le papier.

 On découvre ainsi le vrai visage Mrs Doubtfire, on arrête de considérer Obama comme le Messie (même si l’on souhaite qu’il soit un grand Président), comme on cria jadis « Mitterand du soleil », et la liste est longue des armes de destruction massive à  la Guerre des Mondes, mise en ondes par Orson Wells en 1938, sans omettre les multiples vidéos qui fourmillent sur You Tube pour avancer une théorie sur le 11 septembre.  

Vous remarquerez, au passage, que je ne fais aucune allusion à la situation actuelle politique, économique, et sociale,  de la France.

De toute façon La Bruyère (qui avait des Caractères ) l’avait écrit : « Tout est dit et l’on vient trop tard depuis plus de sept mille ans qu’il y a des hommes et qui pensent. » Traduction : d’autres le faisant mieux que moi et de plus étant rétribués pour cette dure besogne, mon modeste avis n’apporterait rien au débat.

Revenons à notre mouton ou plutôt à ce qu’il y a « in the box ».u147967601.jpg

Ma moitié, par exemple, craque pour  Hugh Laurie alias Docteur House : c’est bien  ficellé et on en arrive à se demander s’il n’est pas vraiment toubib comme Michel Cymes . (la parodie est cachée derrière le lien)

Voilà pourquoi aujourd’hui il faut être vigilant : ce qui est écrit sur l’emballage ne correspond pas forcement  à ce qu’il y a dans la boîte. Apprenons chaque jour à nous forger  notre opinion. 

Et cela dans tous les domaines que ce soit en informatique ou en médecine : il y a des Chevaux de Troie, partout.

Cet article ne délivre pas de Tamiflu.

 



Bordel sans tendresse

k02681791.jpg Comme tous les mois la rédaction se réunit pour trouver le sujet « hot » qui ralliera le plus de suffrages. On a bien pensé faire une photo de charme en page centrale, style le Le String du Jour mais la Tourte était déjà sur le coup …..

Les silences commençaient à devenir pesants, quand soudain l’un d’entre nous s’est écrié : « on va bien finir par trouver, bordel ?! »

Et là une voix a hurlé : « ça y est !! on le tient »

Le lupanar, la maison close, le bordel de l’antiquité à nos jours, au cinéma, et plus généralement dans tous les arts, majeurs ou mineurs : la source est inépuisable et c’est tant mieux.

Les internautes seront particulièrement comblés dans leurs recherches : le bordel est accommodé à toutes les sauces : littéraire, artistique, religieuse; généralement très documentés les auteurs des textes apportent chacun, au moins, un élément original…

Il va de soi qu’on ne pouvait passer sous silence, le volet « présent » de la prostitution en maison close à l’ étranger, puisque comme tout le monde le sait, elles sont sensées avoir disparu du paysage hexagonal depuis 1946, par la volonté de Sainte Marthe… Ce ne sont pas les bataillons de Mme Claude qui diront le contraire…

Tout n’est pas répertorié dans cet exposé, loin s’en faut; on peut cependant espérer qu’il incitera les plus curieux à se plonger dans cet univers sulfureux.

Les fresques érotiques retrouvées dans la zone archéologique de Pompéi  (le portail de  l’Unesco nous renseigne sur les sites inscrits au patrimoine mondial de l’humanité) feront office d’introduction.

Rappelons tout de fois que le but de cet article de vulgarisation, est d’offrir au lecteur quelques pistes d’investigation, comme celles qui suivent en notes :

A Noter :

  1. Le Numéro 601 d’Historia intitulé « Les Maisons closes De la Grèce 1574r286921.jpgAntique aux clandés d’aujourd’hui » , et paru en 1997, survole, comme le montre son sommaire, les grandes étapes de la prostitution en maison… « A Athènes, la prostitution revêt un caractère sacré – Dans les lupanars romains les louves se prostituent – Au moyen âge, les bordels ont pignon sur rue – sous la Régence, la libération des moeurs se généralise – le XIX° siècle, âge d’or de la prostitution – grâce aux prières des filles de Bernay, Piaf recouvre la vue – la vertueuse Marche Richard était une ancienne prostituée – des clandés sous la protection d’agents très spéciaux » On peut le trouver notamment sur Price Minister

  2. L’Histoire N°64 Maisons Closes et Traite des Blanches : Le Commerce du Sexe sur Price Minister

  3. Voir aussi le numéro 4 de la Revue « La France Pittoresque » d’octobre – novembre – décembre 2002. 

  4. Dans La Bible, Genèse (38-15 ), on peut lire : « Juda la vit et la prit pour une prostituée; car elle avait voilé son visage. »  Cette précision donnée, on en déduira que le sujet beaucoup moins « léger » qu’on pourrait le supposer et qui remonte à la nuit des temps, est un thème qualifié de sensible par les grandes religions …On se reportera au lien suivant concernant la Bible et la Sexualité sur Sexodoc  ainsi qu’aux anecdotes qui fourmillent au sujet du mot Epectase : la mort pendant l’orgasme…Bonheur ultime que connurent un archevêque et un Président de la République….C’est à propos de ce dernier (Félix Faure) que furent prononcées les deux phrases :« Il a perdu sa connaissance ? On l’a faite sortir par l’escalier de service ! »  et « Il voulait être  César, il ne fut que Pompée » (Clémenceau)

  5.  A titre d’information la prostitution dans la Grèce Antique fait l’objet d’un article fort complet sur Wikipedia

    Suétone dans son Histoire des Douze Césars fait un récit que certains pourront accompagner d’une illustration sonore de circonstance, s’ils ont k06082501.jpgquelques images en mémoire . Le « bienvenu au bordel impérial !! » lancé par Malcom Mc Dowell alias Caligula est tiré de ces lignes :

    «  Les femmes prostituées furent taxées précisément au prix où elles se vendaient, et il fut ordonné qu’on tiendrait registre de celles qui faisaient commerce, fussent-elles mariées. (….)

    Pour faire de l’argent à quelque prix que ce fut, il établit un lieu de débauche dans son palais. De petites cellules furent construites et ornées selon la dignité du lieu. On y plaça des femmes libres et des jeunes gens d’une naissance honnête, et les esclaves nomenclateurs allaient autour des places publiques et aux portes des palais, inviter les vieillards et la jeunesse. On leur prêtait de l’argent à usure pour payer leurs plaisirs, et l’on prenait leurs noms comme pour leur faire honneur d’augmenter le revenu de César. » (Traduction de Laharpe novembre 1868).

    On peut également se rendre sur le site de l’Université Catholique de Louvain une traduction avec le texte en latin vous y attend…

    Traduction de Nisard, Paris, 1855 ou M. Cabaret-Dupaty, Paris, 1893

« – Je vous prie, la mère, lui dis-je, sauriez-vous par hasard où je loge ? » 

Cette plaisanterie un peu simple parut lui plaire : « Pourquoi non ? » répondit-elle. Et, se levant, elle se mit à marcher devant moi. Après tout, elle était peut-être sorcière…

Tout à coup, dans un endroit écarté, elle ouvre le manteau qui la cachait et me dit d’un air fin : « C’est ici que vous devez loger. »

J’allais protester que je n’avais jamais vu la maison quand j’aperçus à l’intérieur des tapettes et des femmes nues qui allaient et venaient avec un air de mystère. Je compris un peu tard, ou plus exactement trop tard, qu’elle m’avait mené tout droit au bordel. Envoyant à tous les diables la maudite vieille, je me cache la figure et me sauve à travers le lupanar en cherchant une autre issue. »

Ceci est un extrait du Satyricon de Pétrone que l’on peut retrouver sur le superbe u151751041.jpgsite de Philippe Remacle consacré à l ‘Antiquité grecque et latine.

La traduction du Satyricon par Henry de Montherlant est disponible en livre de poche.

Le moyen-âge voit une évolution prononcée qui va de l’interdiction à la tolérance..

Sur le site Batiweb, on a choisi de s’intéresser à ce sujet sous un angle constructif et professionnel…

« Les dames de petite vertu s’installeront dans des baraques en bords (planche) en dehors de la ville, qui prendront le nom de bordes ou bordeau d’où bordel. »

Quand Architecture rime avec Luxure Les éléments que présente Batiweb se  retrouvent sur Médieval où l’on se précipitera, car le « papier » proposé est riche d’informations, les sources y étant citées de façon précise. (exemple : Dallayrac, Dominique. Dossier prostitution. Éditions Robert Laffont, Paris, 1966)

Sur Patrimoine de France quelques exemples tel que celui ci : « Maison Close dite Maison du Petit Soleil à 37 (Tours)  : Maison close construite entre les deux guerres (style art déco) ; pourrait être l’ oeuvre de l’ architecte Victor Gasc ; intérieur : décor stuqué et mosaïque de Novello (?) ; plan centré autour d’ un vaste hall circulaire avec éclairage zénithal. Secteur sauvegardé daté du 18 octobre 1983 »

On relèvera ce passage à propos de Saint-Thomas d’Aquin…

« La véritable « …rationalisation de la tolérance de la prostitution » fut donnée par nul autre que Saint-Thomas d’Aquin, dans sa Somme théologique. Il fait allusion trois fois dans cet ouvrage à la prostitution, mais toujours d’une manière détournée. Il commence donc par insinuer que l’on doit se montrer tolérant envers la prostitution, puis va plus loin en mentionnant que l’on peut accepter les fruits de ce commerce en toute conscience. On peut donc conclure que malgré le fait qu’il n’approuve pas le geste, il se montre tolérant envers de telles activités. »

Parmi toutes les dates que l’on pouvait choisir  dans l’Histoire de France, des campagnes Napoléoniennes au bourbier de Dien Bien Phu, la Régence retient toutes k08480001.jpgmes faveurs avec un lien cinematographique évident : Que la fête commence 

Dans cette séquence tirée du film de Betrand Tavernier, toute l’atmosphère érotique des petits soupers du Régent, le Duc d’Orléans, est restituée sans vulgarité aucune. La force réside dans la suggestion plus forte que l’exhibition. Réussite due aux acteurs, metteur en scène, scénaristes (Aurenche et Tavernier) et dialoguiste. 

Les rumeurs et les faits avérés ne manquent pas en ce domaine depuis l’initiation de l’officier Charles De Gaulle par son colonel, un certain Philippe Pétain jusqu’à cette affaire de ballets roses en 1958, provoquant l’inculpation du Président de l’Assemblée Nationale, André Le Troquer…Collection « Ceci n’est pas un fait divers », chez Grasset, Ballets roses de Benoît Duteurtre

Films abordant le Thème de la Prostitution   : à chaque lettre son ou ses longs métrages parmi lequels on retiendra le  Pretty Baby de Louis Malle

« le prototype du cinéaste provocateur sans le vouloir. Au cours de sa carrière, il a certes affiché une prédilection pour les sujets tabous mais jamais on ne trouvera dans ses films une volonté patente de choquer.

Pourtant, il parvint à scandaliser la France gaulliste en filmant le plaisir sur le visage de Jeanne Moreau (les amants) avant de créer des remous en abordant des sujets comme l’inceste (Le souffle au cœur), la collaboration (Lacombe Lucien) ou encore la prostitution infantile dans La petite.  »

(La petite 1977 ) de Louis Malle avec Brooke Shields, Keith Carradine, Susan Sarandon ).

On aurait pu y ajouter L’empire des Sens, dont l’héroine est une ancienne prostituée, et quelques westerns, tel que John Mac Cabe (1971), qui raconte l’ouverture d’un bordel dans l’ouest américain ou encore La Vie, l’Amour, La Mort de Claude Lelouch (1968)

En litterature, les noms de Zola, Flaubert et Maupassant  ( La Maison Tellier ) reviennent de façon récurente mais il ne faut pas oublier Kessel, Robbe-Grillet; labld0697941.jpg peinture n’est pas en reste avec Vincent Van Gogh ou  Henri de Toulouse Lautrec.

Les ouvrages récents et les mémoires, sont assez nombreux, en voici trois parmi tant d’autres :

La Vie quotidienne dans les maisons closes 1830 – 1930 par Laure Adler

« On les nommait courtisanes, filles de joie, de nuit, d’allégresse, de beuglant, d’amour, filles en circulation, filles à parties, à barrière, pierreuses, soupeuses, marcheuses, cocottes, hétaïres, horizontales, trotteuses, visiteuses d’artistes, lorettes, frisettes, biches, pieuvres, aquatiques, demi-castors, célibataires joyeuses, vénus crapuleuses…

Même si elle est exemplaire d’une certaine réalité, la tragique histoire de Nana, d’Emile Zola ne résume pas la prostitution au XIXe siècle. Dans ce livre, Laure Adler restitue au quotidien la vie des prostituées, avec toutes les différences qui séparent la mondaine entretenue de la prostituée de rue. Au-delà de l’histoire des moeurs, ce livre cherche à rendre aux prostituées leur dignité.  »

L’âge d’or des Maisons Closes par Alphonse Boudard et Romi

« Les maisons closes vivent leur âge d’or sous notre IIIe République. Avec l’institution de la tolérance, le Milieu prend ses aises et les bordels prospèrent. On en parle et on s’y rend, chacun selon ses moyens et ses goûts.
Haut de gamme, le Chabanais, le One two two, le Sphinx offrent une prostitution de luxe dans les décors les plus fous : chambres d’amour à l’antique ou à la vénitienne, chambre de torture et filles de tous les plaisirs… Le client, aussi capricieux soit-il, reste le roi ! En bas, le bar est très fréquentable et très bien fréquenté : Colette, Carco, Gabin, Piaf, Michel Simon, Tino Rossi, Marlène Dietrich certains soirs, ou Humphrey Bogart…»

Sur le site de l’Express de latges Extraits de 1940 – 1945 Années Erotiques :

 « Les années 1940-1945, années érotiques? Patrick Buisson a osé. Et il a k16691101.jpgconvaincu, l’an dernier, avec Vichy ou les infortunes de la vertu (Albin Michel). Le directeur général de la chaîne Histoire et conseiller écouté de Nicolas Sarkozy poursuit aujourd’hui sa lecture historico-libidinale de l’Occupation, avec De la Grande Prostituée à la revanche des mâles, second tome de son diptyque, dont L’Express publie des extraits en avant-première.

Il y est surtout question de ce qu’il est convenu d’appeler la «collaboration horizontale». Celle de vedettes comme Arletty, bien sûr, mais aussi et surtout celle, plus anonyme, de toutes ces adolescentes ou femmes mûres des villages de France à l’heure allemande. »

Il me paraissait difficile de ne pas dire quelques mots sur le Jazz. Les musiciens qui parcouraient la France des Festivals dans les années 70, racontaient quelquefois, le rôle joué, dans leur destin, par les maisons closes de Storyville, à la Nouvelle-Orléans, notamment. Parmi eux Satchmo, lui-même enfant de prostituée :

 «Il se lie d’amitié avec Joe «King» Oliver, le plus important chef d’orchestre de La Nouvelle-Orléans. En août 1917, les ministres de la Guerre et de la Marine font évacuer le district de Storyville, quartier réservé à la prostitution, trop fréquenté par les militaires. Devenus chômeurs, beaucoup de musiciens partent vers le nord. «Début de la diaspora du jazz», comme l’écrit Michel Boujut dans son livre Louis Armstrong »  Frank Tenot dans l’Express le 2 Aôut 2001


Ni bleues, ni roses…les maisons closes …un point de vue sur la prostitution à lire sur  le portail de la Fédération Anarchiste. (Janvier 2003) 

« Les maisons closes ajoutent aux fantasmes masculins et elles feront l’objet d’ouvrages divers décrivant un univers faussé par l’imaginaire produit par l’éducation judéo-chrétienne de domination des hommes sur les femmes. Exaltées par Zola, Maupassant ou Boudard en passant par Sartre et Céline, elles n’en demeurent pas moins des espaces de transactions commerciales, avec un fonctionnement militaire hiérarchisé. » (….)  « Joséphine Butler, féministe anglaise protestante, fait le parallèle entre l’esclavage des noirs et la réglementation de la prostitution qui met en esclavage les personnes prostituées. Elle entame ce qu’elle appellera une « grande croisade » qu’elle mènera toute sa vie et trouvera des appuis 2980241.jpgde personnalités telles que Victor  Hugo, Victor Schoelcher… »

Un récit pétillant

 « Les pensionnaires des maisons closes faisaient toujours, et de plus en plus, consommer le champagne, aussi longtemps tout au moins que ces lieux n’ont pas été supprimés par la Loi, qui les avait longtemps tolérés alors que la morale les réprouvait. Au Sphinx, établissement célèbre de Montparnasse, certaines ne «montaient» pas, trouvant plus lucratifs leurs gains sur le nombre de bouteilles de champagne de leurs clients. Certains soirs, les ventes d’une maison se montaient à un millier, et il y en avait où pour augmenter la consommation on installait le client à un guéridon de style Louis XVI cerclé d’une élégante rainure ; la fille faisait semblant de boire et y versait le champagne de son verre, qui s’écoulait par un petit orifice situé sous le guéridon, d’où il terminait sa course dans une vasque. Monsieur constatait bientôt que la bouteille était vide et il en demandait une autre.
       Les cabarets et night-clubs profitèrent de la fermeture des maisons closes et,
  après la dernière guerre, devinrent en vogue. Les dames avaient l’avantage de pouvoir y aller entre amies et en couple et d’y boire du champagne. Quant aux entraîneuses, elles poussaient à la consommation des messieurs isolés et tiraient de ce travail «au bouchon» un bénéfice analogue à celui des pensionnaires des maisons  closes, versant discrètement comme elles le contenu de leur verre dans le seau à glace.»

Enfin pour vous mieux vous imprégner encore de cette atmosphère si particulière du Chabanais, du Sphynx et surtout du One Two Two allez vers Chimères , treize remarquables pages sont dédiées à ce lieu et à celle qui régnait sur ce microcosme : Fabienne Jamet. Puis reportez-vous à nouveau à l’ouvrage de Patrick Buisson.

Toutes les formes de prostitution internationale sont répertoriées sur le net, mais les bizarreries de l’histoire ont provoqué le phénomène suivant :   le flux des espagnols qui passaient la frontière pour venir voir des films érotiques à Perpignan du temps de Franco a été inversé, aujourd’hui nos compatriotes prennent la route de la Catalogne, direction La Jonquera …les limites entre bordel, hôtel de luxe, strip-tease et night-club sont vraiment très floues….

Il peut arriver que le monde de la finance et celui du sex se rapprochent à ce point qu’on en frise la grosse farce; c’est ce qui se produisit en 2003, où un bordel de Melbourne en Australie, le Daily Planet, fut introduit en bourse, ainsi que le relate un article repris dans Courrier International  : les actions ont eu une érection.  Si vous êtes interessés ciquez ici

Les temps modernes

Second life en eaux troubles

bxp271671.jpg « Dans ce jeu de rôle sur Internet, des joueurs décident de vendre le corps de leur personnage. Un site recense et note ces « escorts ». L’éditeur Linden Lab ferme les yeux. Pour l’instant. Second Life promet aux internautes une « deuxième vie ». Né aux Etats-Unis, il fait partie de la famille des « jeux de rôle multijoueurs en ligne ». Avec 150 000 joueurs, Second Life est bien plus modeste que le leader World of Warcraft, un jeu de combat. Sa particularité est de laisser une grande liberté aux joueurs, sans leur assigner de but précis. Ceux-ci sont appelés à co-inventer ce deuxième monde. »

Bref, ne nous voilons pas la face, le plus grand bordel de la planète c’est Internet.

Pour conclure ce tour d’horizon, sachant que l’on aura jamais totalement fait le tour de la question voici les sites d’associations qui oeuvrent aux côtés des prostituées.

La Fondation Scelles   connaître, comprendre, combattre l’exploitation sexuelle ;

Le Mouvement du Nid  pour construire une société sans prostitution.

et l’Institut National de la Prostitution Infos de France et du Monde, et articles sur ce portail voué à la  défense d’une prostitution juste et humaniste en France.

 Bien que ces vaches de bourgeois {x2}
Les appell’nt des filles de joie {x2}
C’est pas tous les jours qu’ell’s rigolent
Parole, parole
C’est pas tous les jours qu’elles rigolent

Georges Brassens – La complainte des filles de joie

 



Sites classés

Lorsque vous découvrirez les premières lignes de cet article, il vous sera sans doute gwz100591.jpgdifficile de  faire un lien avec le choix du titre : « Sites Classés ». Pourtant, une référence au passé m’est apparue indispensable pour parler d’un évènement actuel et par extension de quelques médias très actifs sur la toile.

Voici donc la genèse de ce papier.

En 1975, l’assistant chargé des travaux dirigés de droit constitutionnel à la Faculté de Droit d’Aix en Provence me confia la tâche de préparer un exposé sur le scandale du

Watergate.

Peu à l’aise en expression orale, un comble pour un prétendant à la toge noire, je perdis rapidement pied, devant ce qui aurait pu devenir un beau sujet de thèse.

L’affaire

 Deux journalistes du  Washington Post, Bob Woodward et Carl Bernstein enquêtent sur la pose de micros dans les locaux du Parti démocrate dans l’immeuble du Watergate à Washington en 1972. Or cette année est marquée par l’élection présidentielle au U.S.A, Nixon briguant un deuxième mandat. Cette affaire baigne dans une atmosphère étrange, où se côtoient Agences de Renseignements, et réseaux de financement occultes. Nos deux journalistes d’investigation, seront guidés par un informateur, Mark Felt, qui prend à l’époque le pseudonyme de Gorge Profonde, clin d’œil au film porno de Gérard Damiano (son identité ne sera révélée que bien plus tard).

 

02032713980002dshs1.jpgLe Canard au Saint Honoré …

Il faut savoir que quelques mois plus tard une affaire de « plombiers » secoue la classe politique française. Souvenez-vous :

« Car tout commence le 3 décembre 1973.

Vers 22 h 15, André Escaro, dessinateur et administrateur du « Canard enchaîné », (journal satirique bien connu et paraissant le mercredi) revient à pied du cinéma. Sa voiture est garée non loin du 173 rue Saint-Honoré, à Paris, où l’hebdomadaire satirique va bientôt s’établir. C’est un pur hasard. …. Il gravit alors les escaliers jusqu’autroisième étage et sonne. Et là, un inconnu lui ouvre ! Escaro lui demande qui il est et l’inconnu répond qu’il est… plombier ! » Lire la suite sur la plume et le rouleau

A Titre anecdotique

A cet époque le sketch « Le Plombier » du fantaisiste Fernand Raynaud, décédé le 23 septembre 1973, est encore régulièrement diffusé en France tant à la radio qu’à la télévision.

Aussi dans un élan d’audace, essayant de sauver ce qui pouvait encore l’être, en un mot,  les apparences, j’entamais mon propos par cette phrase :

«  En Amérique, comme en France, on ne plaisante plus avec les histoires de plombier »

Ce fut un moment de grande solitude, qui fut rattrapé par Mr Orsoni, l’assistant en pgi04181.jpgpersonne, et vraisemblablement le seul à avoir compris mon allusion à l’affaire du Canard et au décès de l‘artiste comique… »

 Il faut dire qu’à cette époque, toute référence à une culture audio-visuelle jugée trop populaire (publicité, théâtre de boulevard, émissions TV, feuilletons, cinéma où figuraient à l’affiche les Louis de Funes, Michel Galabru ou Michel Serrault, variétés françaises [Mike Brandt, Claude François], etc …) était très mal accueillie par une certaine frange des milieux scolaires et universitaires (étudiants ou enseignants).

La conclusion de l‘exposé, ou du moins ce qu‘il en restait, telle une figure quasi imposée, renvoyait à l’ouvrage d’Alexis de Tocqueville : De la Démocratie en Amérique ( Sur Audiolivre…. ) Après m’avoir demandé d’où provenaient mes sources ( et ici je dois reconnaître que le mot presse est fabuleux : vous pensez au numéro 4 du magazine Absolu et ils comprennent Le Monde Diplomatique ) on se quitta en prophétisant que ce type d’affaires, à savoir des écoutes téléphoniques qui impliqueraient la plus haute autorité de l’état était peu probable en France….Nous ne possédions pas la licence poétique des quatrains de Nostradamus, mais pour ce qui est du pourcentage d’erreur on le battait à plate couture !

Fin de l’Anecdote

Les Écoutes de l’Élysée…

En 1982, au cours de son premier septennat, François Mitterrand crée la cellule anti-terroriste de l’Elysée, dirigée par Christian Prouteau. L’affaire « sortie » par

Le Canard Enchaîné , met en lumière une fréquence non négligeable d’écoutes u120665781.jpgtéléphoniques, dont certaines sont contestables.. On cite notamment le journaliste du Monde, Edwy Plenel, Jean-Edern Hallier, les avocats Jacques Vergès, et Francis Szpiner et le compagnon de la comédienne Carole Bouquet. Il y a aura par la suite un procès et un jugement le 9 novembre 2005.

 Aujourd’hui en France…

Il y a quelques jours on pouvait lire dans la presse, un texte similaire à celui reproduit ci-après.

« Après la diffusion sur le Net des propos tenus hors antenne par Nicolas Sarkozy, trois journalistes se sont rendus à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) à Paris pour y être entendus, mercredi. Augustin Scalbert du site Rue89, Joseph Tual et Karine Azzopardi de France 3, sont arrivés vers 9h10 devant le siège de la BRDP, accompagnés par une cinquantaine de journalistes venus manifester leur solidarité. Le 8 juillet dernier, France 3 avait déposé plainte pour «vol, recel et contrefaçon» de cette vidéo off. On y voyait le président de la République irrité parce qu’un technicien de France 3 ne lui avait pas retourné son bonjour avant l’interview. Il avait également demandé au journaliste de France 3 Gérard Leclerc, combien de temps il était resté «au placard». Cette vidéo, diffusée sur Rue89, avait été reprise partout en ligne.  »
Source : 20minutes.fr

L’Incident France 3, n’a fait que renforcé mon souhait de diriger les projecteurs de mon modeste blog, sur des portails qui méritent toute notre attention.

Voici donc une liste de sites que l’on pourra décrire soit comme des grains de sable is2030151.jpgdans un engrenage bien huilé, ou comme des exemples de ce que doit être le journalisme : témoin et investigateur.. c’est selon.

 Et me faisant l’avocat du diable, je pose également la question, (je n’y répondrai pas !) sur les limites que s‘impose cette nouvelle presse : la déontologie, le respect du droit des personnes ; ces principes sont-ils bafoués ou peut-on dire que le ballon n‘a pas franchi a ligne blanche ?

(ouf ! Je vais prendre du paracétamol….)

Mais on peut affirmer sans crainte qu’ils sont devenus incontournables dans le paysage médiatique. Leurs scoops, leurs analyses, leurs éditorialistes qui interviennent fréquemment sur les radios et les télés, sont autant de preuves qu’on ne peut plus éviter la case « Internet » dans le Monopoly de l’info.

Découvrez Mediapart, Bakhich, Rue89, Agoravox, LePost, Fluctuat, Les Dessous du Sport.

Rue89 était présenté en 2007 par le texte suivant :

« Ce projet est d’abord né du désir d’un petit groupe de journalistes professionnels de participer à la rénovation, à la redéfinition de leur métier. Et cette évolution passe par de nouveaux rapports entre journalistes et non-journalistes. Désormais, les journalistes n’ont plus le monopole de la parole, et c’est très bien ainsi.
Notre ambition est d’ouvrir les portes et les fenêtres de ce nouveau média, et d’y faire entrer l’air frais de la société : experts, témoins, passionnés, seront appelés à participer à la production de l’information, à son décryptage et à en débattre, en interaction avec k02509721.jpgl’équipe des journalistes de Rue89. Ils feront de ce site un lieu d’information et
d’échange vivant et ouvert, respectant des règles déontologiques et éthiques qui, sur Internet comme dans les autres médias, restent essentielles.
A une époque où l’information est omniprésente, disponible gratuitement par
  d’innombrables canaux, le défi est de trier, de hiérarchiser, d’aller au-delà des faits et de l’air du temps. C’est l’aventure à laquelle nous vous convions à partir de ce 6 mai. Rue89 sera ce que vous en ferez, ce que nous en ferons ensemble. »

Les membres fondateurs furent …

Pierre Haski, président de la société Rue89 et directeur de la publication

Laurent Mauriac, directeur général

Pascal Riché, rédacteur en chef

Arnaud Aubron, webmaster/éditeur

Michel Lévy-Provençal

Ce site annonça l’abstention de Cécilia Sarkozy lors du vote de l’élection présidentielle de mai 2007.

Ce qu’on y apprend… 

L’affaire Kerviel vue par Rue89 :

« On aura tout dit sur l’affaire Kerviel. Le portrait d’un jeune homme renfermé mais k017359911.jpgprésenté comme un génial bidouilleur, les failles supposées du contrôle interne de Delta One, l’équipe de choc des traders de la banque, la morgue du vilain banquier Daniel Bouton, l’ex-président de la Société générale… Une série de clichés auxquels beaucoup ont voulu croire. La réalité semble plus prosaïque. » ( la suite… )

Mediapart est « un journal d’information numérique, indépendant et participatif. Il est né de la volonté de quatre journalistes, François Bonnet, Gérard Desportes, Laurent Mauduit et Edwy Plenel. La déclaration d’intention est mise en ligne, le 2 décembre 2007. »  La description du journal est faite de façon très complète par Wikipedia , inutile donc de reprendre le contenu de l’Encyclopédie Libre..

Toutefois il faut signaler que si l’accès à la page d’accueil est gratuit le contenu n’est disponible que sur abonnement…

Un exemple entre autres :

« Stock-options, parachutes dorés… Etat-hypocrite ou Etat-complice?

04 Avril 2009 Par Laurent Mauduit et Martine Orange

L’Élysée ne cesse d’exhorter les patrons à devenir exemplaires en matière de rémunérations. Mais quand l’État est actionnaire, incite-t-il vraiment à la modération qu’il prône aujourd’hui? Pas vraiment. Et même tout au contraire. De GDF Suez à Safran en passant par Renault, ses administrateurs apparaissent bien compréhensifs à l’égard des pratiques de rémunérations directement inspirées du privé. Revue de détail des largesses sur lesquelles l’État a accepté de fermer les yeux. Ici, il pleut des stock-options par millions d’euros, là, en pleine crise sociale, un colossal parachute doré est b140551.jpgdiscrètement voté: Mediapart a mené l’enquête sur l’Etat-hypocrite. Ou si l’on préfère sur l’Etat-complice »

 

 

 

Bakchich.info : Informations, enquêtes et mauvais esprit…tout un programme

Présentation…

« Bakchich. Étymologiquement et en persan, « cadeau aux dieux ». Le seul dieu des journalistes qui garnissent notre rédaction étant le lecteur, nous lui avons offert un site Internet, confit d’informations, d’enquêtes et de mauvais esprit.

Point un site d’actualités, raccroché aux fils de dépêches et « pissant de la copie » à ras bord. Mais un journal qui n’écrit que s’il peut apporter un plus aux infos du jour et qui se nourrit d’enquêtes exclusives, fouillées. Sur tous les sujets. Des scandales politico-financiers aux dessous du football, de la consommation aux grandes affaires internationales, du people au social. Rien de ce qui est humain ne nous est étranger. Et le tout drapé d’un ton qui nous est propre. Jamais méchant, toujours titillant, souvent sale gosse. Et diantre, qu’importe d’avoir à chatouiller droite ou gauche, syndicat ou patrons, associations ou lobby. Tous sont égaux en démocratie. »

Ce qu’on peut y lire…k10766551.jpg

« Grisaille sur la steppe des oligarques milliardaires

Grand froid / samedi 4 avril par Olga Alissova, Jacques-Marie Bourget

La crise touche tout un chacun. Même les oligarques Russes, obligés de se passer de Christina Aguilera pour leurs soirées d’anniversaire…Fini le temps béni, même pour la Russie ! Rashid Sardarov, un businessman du Daghestan, délicieux et gentil pays mitoyen de la Tchétchénie(et juste plus dangereux qu’elle à présent), a dû se contenter d’Elton John, pour célébrer l’anniversaire de sa femme, la fiesta a quand même eu lieu à Orenbourg, une ville située sur la frontière du sud de la Russie… C’est volontairement, et c’est tant pis pour le plaisir de sa moitié, que Sardarov s’est passé de Christina Aguilera. Le cher Rashid (que le Prophète le protège), a estimé qu’inviter deux stars étrangères pour une soirée privée, tout cela en temps de crise, c’était trop et risquait de faire bouillonner les restes du bolchevisme dans certains esprits pauvres qui survivent encore aux marches de l’ancien empire. » la suite…

Les dessous du sport  C’est l’histoire d’un blog

« Cet été, j’avais suivi avec intérêt le lancement de la nouvelle version des Dessous du Sport, un site qui était au départ un blog, animé par un journaliste sportif passionné : Pierre Orlac’h. Puis le blogueur s’est entouré et le petit blog est devenu un  grand site. Mais la ligne est restée la même : parler de sport autrement. Trois mois après le lancement de la nouvelle formule, je suis donc allé voir Pierre, devenu rédacteur en chef, pour lui poser quelques questions. » Lu dans lepost.fr

mtr0451.jpgLes dessous peuvent se targuer d’avoir réalisé quelques scoops ( comme l’annonce du départ de Patrice Clerc d’ASO, ou du transfert de Jeremy Boga, un jeune Marseillais de 13 ans qui a quitté l’Asptt Marseille pour rejoindre Chelsea), et un recrutement de qualité avec Nicolas Anelka et Ludovic Giuly…

A titre anecdotique…

Pour les fanas de foot on peut également entendre de temps à autres Vikash Dhorassoo, avec la bande à Laurent Ruquier sur Europe1.

fluctuat  Nous avons eu l’occasion a plusieurs reprises  de puiser nos infos chez Fluctuat, il ne pouvait pas ne pas figurer dans notre inventaire…Par aileurs n’étant pas exempt de reproches, nous nous ferons pardonner en consacrant un nouvel article à ceux que nous n’avons pas cité : Bon Vote ou Paperblog par exemple…

« Fluctuat.net est un magazine pop et connecté. Il est organisé en rubriques thématiques qui couvrent tous les aspects de la culture et des arts d’aujourd’hui : musique, cinéma, livres, scènes, arts, jeux-vidéo, foot, sexe, télé, politique, société.
Média de la génération digitale, Fluctuat.net propose également des
radios, des forums, des jeux en ligne et des services (billetterie). Fluctuat.net est un site du Groupe Doctissimo. »

En conclusion, on peut faire la constatation suivante : toutes les formes de rédaction cohabitent :

  • entièrement professionnelles ou non ( exemple  Agoravox le media citoyen…site Web d’actualités.   Ce projet a été créé par Carlo Revelli et Joël de Rosnay fin 2005) , 
  • moitié journal – moitié blog,
  • journalistes et internautes se partageant la rédaction (Lepost où le Groupe Lagardère côtoie le journal Le Monde dans l’actionnariat).  

Leur pérennité sera un plus pour la liberté d’expression… 



That’s entertainment ?

k12535601.jpg En découvrant le spectacle donné, il y a quelques semaines, par nos chers représentants, un show qui, je vous rassure, est ce qu’il y a de plus « soft », si on se réfère aux séances qui secouent les chambres de pays européens ou asiatiques, j’ai imaginé Monsieur le Président Bernard Accoyer se tournant vers les caméras pour prononcer les mots suivants :

« La pièce que nous avons eu le plaisir de jouer devant vous, « La chambre », est une production A.n.p.e. : Assemblée Nationale Producteur Exécutif. Les décors sont de Roger Hart et les costumes de Donald Cardwell.» (tant qu‘à faire).

En guise d’illustration deux extraits de « passe d’armes » entre hommes politiques français.

Les liens hypertextes sont livrés tel qu’on peut les lire sur Rue89 et LePost :

la Marseillaise dans l’hémicycle : où est le scandale ?

Altercation à l’Assemblée : comportement indigne de deux députés socialistes

Les débats de notre représentation nationale, ont, par moments, il est vrai, un côté « Au  Théâtre ce Soir »…tout étant formaté par les usages, on sait qu’il ne se passera jamais rien d’extraordinaire.

Pourtant « en 1967, après avoir traité le député UDR René Ribière d’abruti au cours k06188071.jpgd’une session de l’Assemblée Nationale, Gaston Deferre se voit assigné en duel par ce dernier, un combat plus ou moins légal, qui ne se voulait pas à mort, mais « au premier sang », c’est-à-dire à la première estafilade. »

Les images du dernier duel en noir et blanc sur Vidéo Spider TV…

On a tendance à oublier un peu vite que nos députés sont avant tout des femmes et des hommes….Il faudrait rediffuser cet image, hors de tout best of, où l’on voit, le 23 mars 1999, Philippe Douste-Blazy , tenter de ramener à la vie Michel Crepeau , député Maire de la Rochelle. (ce dernier décéda quelques jours plus tard)

Amené à siéger plus ou moins volontairement sur les bancs de l’hémicycle ou en coulisses, l’humour politique à son Prix décerné sous l’égide du Press Club de France. Parmi les meilleures phrases répertoriées par Wikipedia, en voici trois :

« Saint Louis rendait la justice sous un chêne. Pierre Arpaillange la rend comme un gland ( André Santini ). »

« Les coupures de presse sont celles qui cicatrisent le plus vite (Patrick Devedjian , citant Yvan Audouard) »

« ( Jean-François Copé ) disant au président Nicolas Sarkozy: «Tu as prévu de filer les clés de l’UMP à Xavier Bertrand; tu devrais en garder un double». 

k02688561.jpgLe député maire d’Issy les Moulineaux, André Santini, est passé maître dans l’art du trait d’esprit, c’est-ce qu’on appelle un bon client. Il fut également lauréat du Prix Iznogoud .

Institutions branchées : Le site de l’Assemblée Nationale et celui du Sénat et leurs chaînes TV respectives Lcp An d’une part, Public Sénat d’autre part.

Et chez nos voisins : vie politique et parlementaire sont-elles aussi marquées par une sérénité sans borne ?

Qui ne se souvient pas  de  l’entrée fracassante du Colonel Antonio Tejero , dans l’enceinte des Cortes, le parlement espagnol, le 23 février 1981 ? Une tentative de coup d’État fromentée par des nostalgiques du franquisme. Juan Carlos que l’on peut retrouver dans les archives de la tsr quelques années avant son couronnement, veillera à ce que la jeune démocratie espagnole ne soit pas étouffée par Le défilé des chars de Milan del Bosch dans les rues de Valencia.

Sa Majesté quelques années plus tard..

« Le ton est encore monté lorsque Chavez, à quelques minutes de la clôture du sommet, a attaqué les chefs d’entreprises espagnols puis de nouveau José Maria Aznar, en ces termes: «Un fasciste n’est pas humain, un serpent est plus humain qu’un fasciste.»  Source : liberationk00368121.jpg

Le roi Juan Carlos, blême, a tenté d’arrêter le président vénézuélien en lui lançant, visiblement furieux: «Pourquoi tu ne te tais pas ?» Après l’incident, Chavez a laissé entendre que le souverain d’Espagne avait perdu la face : «Celui qui a perdu la face, c’est celui qui n’a pas pu se contrôler, qui nous a dit de la boucler, comme si nous étions toujours des sujets comme au XVIIe ou au XVIIIe siècle», a-t-il dit à des journalistes.»

Hugo Chavez et Juan Carlos : Amor de mis amores ?

Italia ? comediante, tragediante !

 L’ombre d’ Aldo Moro   (mort le 9 mai 1978) plane toujours sur la scène politique italienne. Les articles de presse accreditent la théorie selon laquelle l’intransigeance de la classe politique italienne de l’époque aurait scellé le sort de l’homme d’état contre la volonté de sa famille.  

Plus souriant, en juillet 1987 le Cicciolina, ancienne gloire du « X », fait son entrée au Montecitorio, représentante du Parti Radical :

Paris Match : Llona Staller au Parlement Italien

Un article du Nouvel Obs  pour mieux souligner le culte du paradoxe dans ce pays très catholique :                                  
Un transgenre au Parlement italien

k10184121.jpg « Les machos de l’Hémicycle ne lui épargnent pas leurs sarcasmes. Mais elle poursuit avec flegme et élégance son combat pour les droits des homosexuels de son pays »

(Par Marcelle Padovani – semaine du 18 mai 2006 -)

Luxuria la scandaleuse

 

Du scandale à la baston il y a une marge mais les extraits cités ci-après démontrent que les convictions politiques poussées à l’extrème conduisent parfois à de curieux dérapages. 

 

Vers un top ten des meilleures bagarres ?

bagarre au parlement Bolivien publié le 24 août 2007 (sur Wat TV)

bagarre au parlement de Taiwan sur Teepik

bagarre au parlement Ukrainien publié le 13 novembre 2008 (sur lvdm.fr)

bagarre au parlement Sud Coréen le 3 janvier 2009    Sur Vidéo France 3

bagarre au parlement européen le 14 juin 1990 (Document Ina) 

 Une photo d’Istanbul…

Un direct du droit au parlement Turc.. (sur Algérie-dz.com) f00036011.jpg

Au Bénin aussi, mais sans les images… (sur le blog d’Illassa Benoit)

Au Bénin sur un autre site… (sur Linguatastic WordPress.com) 

Au Maroc encore et toujours pas de vidéo…    (Sur Tel Quel On Line)

Ce n’est plus de la politique c’est l’Actors Studio !

Le numéro de duettiste est réglé comme du papier à musique. Tous les registres sont utilisés : l’émotion, le cynisme, la solennité, l’étonnement.

Le président de la République et le député Européen semblent se donner la réplique.

Deux vidéos parmi tant d’autres, à savourer, sans modération.

Nicolas et Dany le 10 juillet 2008

Dany et Nicolas le 16 décembre 2008

Et tout le monde sera d’accord pour dire que la politique spectacle n’est qu’une invention des journalistes.



Nés sous X…(Part Two)

Retrouver la suite sur   Les sentiers de ma jeunesse



Nés sous X…(Part One)

L’affaire Kerviel, les difficultés économiques accentuées par la crise des  00225csu1.jpgsubprimes ont dirigé les feux dévastateurs  de l’actualité vers les patrons du Cac 40 et leurs parachutes dorés sans oublier les  traders. On cherchait un bouc émissaire, il fut rapidement trouvé…

Et de fil en aiguille, on parla de ces jeunes diplômés, sortis des grandes écoles, qui gagnaient des sommes conséquentes en très peu de temps, ce qui par ailleurs ne fut pas démenti.

Bigre, il se murmurait même, que la plupart des apprentis sorciers des salles de marchés, étaient estampillés « made in Palaiseau »…

D’un coup de baguette magique on effaca le bac, les classes prépas (M S KOH : Aime Soufre et Potasse), les concours  d’entrée, les trois (ou quatre ) années d’étude, la spécialisation, le sacrifice des familles….Trop facile !

Alors, pour vous, l’X, ça évoque ? 

Césariot, le fils de Marius et Fanny, dans l’oeuvre de Marcel Pagnol ?  

Lanbert Wilson, l’Abbé Pierre dans Hiver 54,  qui fait appel aux élèves de l’école de  la rue Descartes pour gérer les chèques après son intervention sur RTL ?

Isabelle Adjani, dans « Tout Feu, Tout Flamme » de Jean-Paul Rappeneau, dont le rôle fut sans doute inspiré par Anne Chopinet, première femme a avoir été reçue major, au concours d’entrée ?

fa020311.jpgLes élites de la Nation, Le prestige de l’uniforme….

Polytechnique, mis à part ses apparitions à l’écran en grand uniforme, le jour de la fête Nationale, est assez méconnue du grand public.

Il n’est pas question de faire ici l’historique de l’X. On se contentera de mentionner ces deux textes relevés sur les sites de l’école et celui de l’enseignement superieur  :

  »A l’instigation de quelques savants réputés, ralliés aux nouvelles idées, parmi lesquels on trouve le géomètre Monge et le chimiste Fourcroy, le Comité de Salut public crée une Commission des travaux publics par un décret du 21 ventôse de l’an II (11 mars 1794), commission à l’origine de la création de l’École. En moins de huit mois, et malgré les troubles du temps, le 7 vendémiaire an III, l’École est créée. Elle est installée dans les dépendances du Palais-Bourbon, ses enseignants sont nommés parmi les plus grands noms de la science et ses élèves sont recrutés par un concours qui se déroule dans toute la France. L’ouverture des cours a lieu le 1er nivose an III (21 décembre 1794). »

http://www.polytechnique.fr/institution/historique_1.php

« C’est en 1805 que Bonaparte de retour d’Egypte décide d’encaserner les polytechniciens, indisciplinés à ses yeux, et de leur donner un statut militaire. L’Ecole Polytechnique est alors installée sur le site rénové du Collège de Navarre. »

 http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid20079/histoire-de-l-ecole-polytechnique.html

 Le portail de l’école est didactique à souhait, nous nous en tiendrons à la reprisefa020761.jpg  de trois paragraphes relatifs à la mission, à l’enseignement, et à la recherche….

  »Pour la patrie, les sciences et la gloire »

La Mission de  l’école

« L’École Polytechnique a pour mission de former des hommes et des femmes capables de concevoir et de mener des activités complexes et innovantes au plus haut niveau mondial, en s’appuyant sur une culture à dominante scientifique d’une étendue, d’une profondeur et d’un niveau exceptionnels, ainsi que sur une forte capacité de travail et d’animation. »

« Fidèle à son histoire et à sa tradition, l’École forme de futurs responsables de haut niveau, à forte culture scientifique, voués à jouer un rôle moteur dans le progrès de la société, par leurs fonctions dans les entreprises, les services de l’État et la recherche. »

 L’enseignement

« Le Cycle Polytechnicien s’étale sur 4 ans et s’articule autour de trois objectifs :
 
- dispenser une formation scientifique multidisciplinaire
- compléter cette formation scientifique par une formation humaine concrète et
une forte ouverture sur le monde extérieur
- déboucher sur une solide compétence professionnelle ancrée sur un excellent acquis scientifique, sur une double compétence acquise en partie à l’extérieur de l’école, et sur un ensemble de stages répartis tout au long de la scolarité,
aa0086121.jpgpermettant une entrée directe dans le vie professionnelle. »

http://www.polytechnique.fr/institution/missions.php

La Recherche

« Les objectifs du Centre de Recherche de l’École Polytechnique sont de participer à l’avancée des connaissances à un niveau d’excellence internationale et de contribuer à l’enseignement des élèves dans le domaine des sciences et techniques. Le Centre de Recherche comprend actuellement 21 laboratoires. »

X X X X X X X X

Notre Pitchoun, y va bouléguer le monde !!!

Parmi les petits jeux favoris, de ceux qui ont un fils, une fille qui a réussi le concours d’entrée, le plus traditionnel consiste à rechercher dans quels pas pourrait marcher l’heureux élu(e)…et là c’est l’extase… »Imagine notre enfant  sur les traces de Thierry Démaret, Chasle, Cauchy, Gay-Lussac, Jean Borotra, Yves Du Manoir, Claude Bébéar, Dov Attia, Valéry Giscard Destaing, Henri Poincaret, Albert Lebrun, André Citroën, Auguste Comte, Jean-Jacques Servan Schreiber, Lionel Stoléru, Jacques Attali, Alfred Dreyfus, Foch, Joffre, Bernard Arnault, Félix Bollaert «  …la suite…

 http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_polytechniciens_c%C3%A9l%C3%A8bres_par_ordre_alphab%C3%A9tique 

Cac 40 ….for ever  Un article parmi tant d’autres, pour décrire la fascination opérée par l »école : 

« X, Mines, Ponts et Chaussées : le célèbre trio d’écoles forme aujourd’hui des ingénieurs polyvalents très demandés dans l’industrie, mais aussi dans la finance.

« Pierre Richard, président du conseil d’administration de la banque européenne aa0075561.jpgDexia, et Xavier Huillard, directeur général de Vinci, font partie des plus célèbres « X-Ponts ». Dans le clan des « X-Mines », on retrouve Patrick Kron, PDG d’Alstom, Carlos Ghosn, directeur général de Renault, ou encore Thierry Desmarest, qui, après cinq années de conseil technique auprès des ministères, préside aujourd’hui le groupe pétrolier  Total. « 

http://www.01net.com/ ( Ecoles d’ingénieurs… aux affaires – Claire Planchard, 01net. le 10/09/2007 )

Les « Voici, Closer, Gala, Point de Vue, Public «  n’hésitent plus à mettre de l’X dans leurs colonnes : c’est un bon créneau… 

 La Bibliothèque de l’Ecole : les polytechniciens …l’autre peuple du livre. 

Trois mots  : « Pascal » « Cobol » « Fortran »…je revois ce père en train de ramasser trois ouvrages, consacrés aux langages informatiques, qui jonchaient le sol de l’une des salles de la bibliothèque aux temps anciens du Quartier Latin.

-Que fais tu ? demanda le fils

-on peut pas laisser des livres par terre

-on s’en fiche…si tu commences à ranger les livres, tu couches ici ce soir !

La bibliothèque centrale est un passage obligé, qui propose sur sa page de nombreux services dont les visites et expositions virtuelles…

http://www.bibliotheque.polytechnique.fr/

 L’Argot de l’X   

Pour résoudre l’équation « X » il faut se pencher sur cette donnée. Voici une sélection des ouvrages les plus couramment cités…Vous ne serez plus surpris en attendant parler de binet, de la Kes, de tangente etc….

 L’Argot de l’X  Albert Levy – G Pinet  (1894)         

8915011.jpg

Le Nouvel Argot  par SMET  (1936) 

Dictionnaire d’Argot de l’X paru en 2004 par Fabrice Mattatia

http://www.polytechnique.fr/eleves/vocabulaire.php

http://gallica2.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k205446n.imag

La Jaune et La Rouge

une promotion est jaune, l’autre est rouge…une paire, l’autre impaire : c’est logique 

« La Jaune et la Rouge est la revue mensuelle de la Société amicale des anciens élèves de l’École polytechnique (dix numéros par an).

Elle traite de sujets très variés dans les domaines : économiques et sociaux : emploi, environnement, automobile, multimedias, formation, Europe, assurances, finances, démographie, etc. ; culturels : histoire, littérature, musique, théâtre, variétés, etc.

Ses numéros sont le plus souvent spécialisés sur un thème qui fait alors l’objet de l’essentiel de la rédaction.

La Jaune et La Rouge publie également dans chaque numéro des informations sur la « vie » de l’École, et sur celle de l’AX (carnet polytechnicien ; compte-rendus du Conseil d’administration et rapport de l’Assemblée générale annuelle ; communiqués des groupes X, etc. « 

http://www.lajauneetlarouge.com/

Les  Traditions des élèves

Dans L’expansion (Papier d’Isabelle Mas repris par aa0086221.jpghttp://www.armees.com/Polytechnique.html) on évoque les rites « X »..

  »La khomiss. Tous les ans, un « géné-K » est élu parmi les deuxième année pour diriger la khomiss, une société secrète. Il choisit ensuite des membres (les « missaires »). Contrairement à la « kès », le bureau des élèves, la khomiss fait fonction de fou du roi. Ses gags servent à protester contre des décisions de la hiérarchie, ou à égayer les cérémonies. Cette année, cinq minutes avant la présentation du drapeau, la khomiss a fait rouler des centaines de petites balles  dans la cour d’honneur du platal. Mais, depuis deux ans, il n’y a plus de gags durant le défilé sur les Champs. Les polytechniciens ont ordre de se tenir à carreau pour ne pas perdre leur statut militaire et les confortables soldes (800 euros net par mois en dernière année) qui vont avec, ainsi que l’encadrement privilégié. »

http://www.lexpansion.com/economie/polytechnique_23266.html

Citons parmi les gags relevés ces dernières années au cours du défilé du 14 juillet:

  • le port de lunettes de soleil
  • la botte de cresson dans les poches (Édith Cresson était alors Premier Ministre)
  • le port d’un foulard bleu (Référendum sur la ratification du traité de Maastricht)
  • le port d’un ruban rouge, symbole de la lutte contre le sida

« Frankiz go to Hollywood »…

La présentation de l’école par les X ….

http://www.youtube.com/watch?v=bpvkLG66VXs&feature=related

et un petite balade sur le portail des élèves…

1060121.jpg   http://www.polytechnique.fr/eleves/vocabulaire.php

plus  un aperçu des soirées : Point Gamma, Bal de l’X à l’Opéra Garnier, X-Tra à la maison des Polytechniciens, Styx…

« La soirée étudiante la plus folle de France revient pour le 7 juin 2008  sur le campus de l’Ecole Polytechnique, à Palaiseau (91).Pour apéritif, un défilé dans les rues de Paris aura lieu le 28 Mai de 14 heures à 18 heures.

A cette occasion, Exalead a été choisi pour être partenaire de cet évènement.

Plus de 6 000 étudiants (et quelques Exaleadiens fétards) réunis pour faire la fête jusqu’au bout de la nuit au son des meilleurs DJs.

Le Point Gamma (Association des élèves de l’Ecole Polytechnique) , c’est aussi un comique, une scène live d’exception et une multitude d’animations : saut à l’élastique, auto-tamponneuses, défilés de mode, 30 bars à thème »

http://blog.exalead.fr/2008/05/16/exalead-partenaire-du-point-gamma/

http://www.pointgamma.com/

Une nuit à l’Opéra….

http://www.baldelx.com/

http://video.google.com/videoplay?docid=-5986235972055205000

Les élèves étrangers peuvent intégrer l’école….

On vient des cinq continents pour suivre les cours sur le campus de Palaiseau. La répartition est donnée sur le site de l’école. …

On vient aussi de Chine…(mais pas à pied )

http://www.bonjourchine.com/f129/f130/24265-chinois-polytechnique.html

Les anciens X …

Les anciens X forment un réseau très influent et très actif : cette phrase sera un peu moins plate lorsque vous aurez visité le site de Vallourec et découvert le cursus de ses dirigeants  http://www.vallourec.com/uk/index.asp

http://www.polytechniciens.com/

https://www.polytechnique.org/review

La première partie de « Nés sous X » s’achève ici. Les plus diplômé(e)s d’entre vous auront sans doute compris qu’une deuxième partie est programmée…

 



Erotoons …

 On savait que les contes pour enfants, ceux de Perrault, d’Andersen ou des u1736003111.jpg Frères Grimm, portaient en leur seins ces fruits défendus que sont la violence et le sexe…

On vit même, jadis (en 1976), une version « hot » d’Alice in Wonderland (Alice au Pays des Merveilles), avec la  très « attentionnée », Christine Debell….

Le site suivant   http://www.1000misspenthours.com/reviews/reviewsa-d/aliceinwonderland.htm explique que le phénomène des versions érotiques, au cinéma, des must de la littérature enfantine prit corps (si je puis dire) en 1968 : Boucle d’Or, Pinocchio, Cendrillon, figurent parmi les premières adaptations, etc..

La toile regorge également d’extraits de Bernard et Bianca, Aladdin, le Roi Lion, La Petite Siréne, et Who Framed Roger Rabbit, qui ont déclenché les foudres des très conservatrices ligues américaines, car elles y ont décelé des allusions sexuelles « flagrantes » (« The American Life League, u167366271.jpgune organisation chrétienne américaine, a même utilisé ces images contre Disney en 1995″)…

« Au sujet des fresques et des frasques de la petite souris, on visitera, la page suivante, du côté de l’oncle Sam,

http://www.snopes.com/disney/films/mermaid.asp

et ci-après, la même chose en français… 

http://www.allocine.fr/communaute/forum/message_gen_communaute=2&nofil=301848&cfilm=27524.html

http://www.tribal.be/ViewArticle.php?ref=TRIA02047&from=cesars

http://sexe.fluctuat.net/blog/33470-messages-sexuels-chez-disney.html

html://www.koreus.com/modules/news/article2813.html  

 u156471301.jpg

Ce dernier portail évoque également la « sex bomb » Jessica dans   »Qui  veut la Peau de Roger Rabbit ». Deux autres adresses posent « la » question : qui a déshabillé Jessica  ?

 http://www.anomalies-unlimited.com/Disney/Jessica.html

 http://www.snopes.com/disney/films/jessica.asp 

Nota: il n’est pas trop tard pour découvrir les trois films du réalisateur belge, Picha :  La Honte de la jungle,(1975) succès mondial qui met en scène un herzats de  Tarzan,   particulièrement obsédé par les choses du sexe. Il enchaîne avec lau184935231.jpg déjantée fable préhistorique Le Chaînon Manquant (1979), et en 2007,  ce sera Blanche-Neige, La Suite, une suite particulièrement osée du conte de Disney 

  • …ainsi que Cléopatra Queen of Sex – (Osamu Tezuka & Eiichi Yamamoto – 1970)

  • The Téléphone Book (Nelson Lyon – 1971),

  • Fritz The Cat (d’après Robert Crumb – Réalisation Ralph Bakshi – 1972 )  

  • The nine lifes of Fritz the Cat  (d’après Robert Crumb- Réalisation Robert Taylor Bakshi – 1974 )

u167359151.jpgMais l’imagination des Yankees ne s’arréte pas au subliminal.

On peut, pour quelque « penny », s’offrir des versions « X » de Pocahontas, La Belle et la Bête…     

La B.D., tout d’abord, s’expose dans des scènes de sexe explicites, avec des  dessins   d’Aladin, le Bossu de Notre Dame, la Petite Sirène, La Belle au Bois Dormant, Blanche Neige, Hercule, Alice aux Pays des Merveilles….

Les cartoons, ensuite, où l’on reconnaît bien les visages (le graphisme est généralement soigné) de Jasmine, Belle, Alice, Ariel, mais pour le reste, un ouragan de liberté semble avoir pris possession du corps de ces demoiselles… 

Enfin on peut trouver un  site proposant  également des versions « chocs » de Mulan, Les Indestructibles, Atlantide, Kim Possible, Lilo et Stitch…

 Pour acceder à tout cela il suffit de taper « Disney Sex » sur un moteur deu181106781.jpg  recherche. 

Mais que diable allait faire notre Inspecteur Gadget dans cette incroyable orgie de contrefaçons …tellement étourdi qu’il en avait oublié son pantalon.



Marronniers…Made in USA

( Too Net )

« Un marronnier en journalisme  est un article d’information de faible importance meublant une période creuse, consacré à un événement récurrent et prévisible. »

http://fr.wikipedia.org/wiki/Marronnier_(journalisme)

u166665371.jpg  A quelques jours de l’élection présidentielle, et compte tenu de la multitude de rumeurs qui couraient sur une tentative d’assassinat de Barak Obama, je me suis penché sur ce parallèle que l’on retrouve sur le web, entre Abraham Lincoln et John Fitzgerald Kennedy.

                                      Le texte circulant sur internet

Abraham Lincoln fut élu au congrès en 1846. John F. Kennedy fut élu au congrès en 1946.

Abraham Lincoln fut élu président en 1860. John F. Kennedy fut élu président en 1960.

Les noms Lincoln et Kennedy sont composés de 7 lettres.

Les deux furent très attachés à la défense des droits civiques.

Les épouses des deux présidents perdirent leur enfant alors qu’elles vivaient à la Maison Blanche.

Les deux présidents furent tués d’une balle dans la tête. Les deux présidents perdirent la vie un vendredi.

960111.jpg La secrétaire (et le garde du corps) de Lincoln s’appelaient Kennedy. La secrétaire de Kennedy (et son garde du corps)s’appelaient Lincoln.

Les deux présidents furent assassinés par des « sudistes ». Les deux présidents eurent pour successeur un « sudiste ».

Le nom de chacun de leurs successeurs comportait 7 lettres, les deux s’appelaient Johnson.

Andrew Johnson, qui succéda à Lincoln, est né en 1808. Lyndon Johnson, qui succéda à Kennedy, est né en 1908.

John Wilkes Booth, qui assassina Lincoln, est né en 1839. Lee Harvey Oswald, qui assassina Kennedy, est né en 1939.

Les deux assassins étaient connus par leurs trois noms. Le total respectif des lettres de leurs trois noms comporte 15 lettres.

Lincoln mourut dans un théâtre appelé « Kennedy ». Kennedy mourut dans une voiture appelée « Lincoln ».

lincolnpdc1.jpgJohn Wilkes Booth tenta de s’échapper depuis un théâtre et fut arrêté dans un immeuble. Lee Harvey Oswald tenta de s’échapper depuis un immeuble et fut arrêté dans un théâtre.

Booth et Oswald furent assassinés avant leur procès…

Et maintenant le plus surprenant…

Une semaine avant d’être assassiné, Lincoln était en vacances à Monroe, Maryland. Une semaine avant d’être assassiné, Kennedy était en vacances avec Marilyn Monroe (hélas ! pour cette assertion, qui tout l’air d’un canular, il faudra y renoncer : Norma Jean avait déjà quitté cette terre depuis le 5 août 1962).

Jean-Pierre Thomas a effectué un minutieux travail de recherche et a examiné tous les points  de ce mail, qui circule sur le net, sous toutes ses coutures …je vous renvoie au portail de l’Afis..

http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article83

 On retrouvera ici  le courriel dans la version américaine : 

http://www.coverups.com/jfk/lincoln.htm

On pourra également visiter ces 2  sites consacrés à l’assassinat de JFK… 

http://www.jfk-fr.com/lexique_98.php

http://www.zetetique.ldh.org/kennedy.html 

Cette dernière adresse   (de Paul-Eric Blanrue)  méritant  le détour, en raison de la documentation présentée, relative à l’assassinat du président Kennedy à Dallas (Texas)  le 22 novembre 1963 .

Par ailleurs, en marge de l’assassinat de JFK on pourra visionner :

- JFK d’Oliver Stone (1991) avec Kevin Costner, Tommy Lee Jones, Gary Oldman, Sissy Spacek, Kevin Bacon, Jo Pesci, Walter Matthau

- I comme Icare d’Henri Verneuil (1979) avec Yves Montand

Enfin pour ceux qui sont friands d’anecdotes, voici celle concernant une stripteaseuse répondant au nom de scène de Candy Barr.

Régulièrement l’édition américaine de Playboy présentait un article signé Arthur Knight et Hollis Alpert intitulé Sex in Cinema, florilège de photos tirées de films américains et européens suivi d’un commentaire de plusieurs pages sur l’évolution des scènes de nu ou de sexe, en tenant compte du contexte politique, social et éconimique, dans les sixties, les seventies, etc…

Le magazine de charme publia à deux reprises au moins, les clichés tirés d’un petit film tourné dans un motel  en 1951 , intitulé « Smart Alec »…  (le film est repris par Alex de Renzy dans son « Anthology of Blue Movie ») Juanita Dale Slusher, le vrai nom de Candy Barr, avait 16 au moment où elle tourne ce petit film, qui lui vaut le surnom de « first porn princess ».

Elle fut interrogée par le FBI sur ses relations avec Jack Ruby, propriétaire d’un night-club et assassin d’Oswald…Les enquéteurs pensaient qu’elle en savait beaucoup plus mais qu’elle avait refusé de parler.

Elle décéda en janvier 2006.

http://www.trutv.com/library/crime/notorious_murders/celebrity/candy_barr/1_index.html

http://www.blushingvintage.com/blushing/candybarr.php

http://www.iht.com/articles/2006/01/06/america/web.0106candyobit.php