Catégorie

Archive pour la catégorie « The Clap »

Alice en illimité…

Nous reproduisons ici, un texte écrit par Blue Pepper pour le blog de Nathalie de Piment Rose en y incluant un extrait dont le contenu est réservé aux adultes…. 

csc030431.jpg Rassure toi, ami internaute, toi qui maîtrise les arcanes de la lecture en diagonale, je ne vais pas t’infliger une nième critique du film de Tim Burton.

Ceux qui me connaissent savent que, généralement je trempe ma plume dans des fioles parfumées à l’érotisme suranné….

Bon, si on pouvait me mettre un petit thème de Francis Lai ou Royal Canin par Ennio Morricone en fond sonore, pour l’ambiance, ce serait pas de refus…

Revenons donc à Alice.

Lewis Caroll, l’auteur, la dote d’un caractère d’exploratrice curieuse, pas terrorisée pour deux sous à l’idée de suivre un lapin dans son terrier, ce qui lui fait déjà un point commun avec la créatrice de ce blog dont la passion pour les rabbits n’a jamais été démentie.

C’est en jouant sur cet aspect du personnage que fut tourné en 1976,  Alice in Wonderland, le premier film musical pornographique.  

On reconnaîtra bien volontiers que la partition et les lyrics n’ont pas laissé un souvenir impérissable dans les annales (désolé…) x103467881.jpg

Le réalisateur   Bud Townsend fut épaulé par le producteur William Osco, qui avait saisi  l’opportunité d’adapter une oeuvre dont les droits étaient tombés dans le domaine public. Osco s’était déjà distingué par une parodie érotique de Flash Gordon ( Flesh Gordon) en 1975. 

Il ne restait plus qu’à trouver une Alice juvénile et majeure. Ce fut Kristine Debell (lien réservé à un public averti), playmate d’Avril 1976.

Ce long métrage rapporta près de 90 millions de dollars; et la Fox qui flairait les bons coups, avait sorti les ciseaux pour obtenir une déclassification du film.

Depuis décembre 2007, une version restaurée et non censurée est disponible en Dvd. 

En bon nostalgique des seventies, je souhaitais évoquer ce passage peu ordinaire de l’autre côté du miroir.



Second « sex » Life

cb1077311.jpg La frontière entre le cinéma classique et le X ressemble de plus en plus à la ligne Maginot : on passe par dessus ou on la contourne dans l’allégresse…

A l’occasion de la sortie du film « Coco Chanel et Igor Stravinsky » de Jan Kounen les projecteurs se sont posés sur Anna Mouglalis  (Interview disponible sur Elle.fr ). De fil en aiguille on la découvre, également, en tant que réalisatrice « cryptée » pour Canal + .

Par ailleurs la projection d’Antichrist de Lars Von Treers a confirmé la tendance qui consiste à saupoudrer les films de scènes de sexe non simulées. L’article suivant a été relevé sur le net durant le festival de Cannes, il est assez représentatif de ce qui se dit sur la toile à propos de la performance des acteurs et du réalisateur :

 » Avec Antichrist (le T combine en fait une croix et le symbole féminin), Lars von Trier a repoussé les limites de l’ignoble. Dès la première scène, le ton est donné : Charlotte Gainsbourg et Willem Dafoe font l’amour sur une musique religieuse, avec images de pénétration en gros plan, pendant qu’un bébé glisse par la fenêtre. Plus tard, Charlotte Gainsbourg, entièrement nue, se masturbe frénétiquement dans les bois. Puis fait de même à son compagnon inconscient, qui éjacule du… sang. Et pour cause : elle vient de lui balancer une boîte à outil entre les jambes. Juste après…   » Si vous êtes à jeun, lire la suite ici

Comme dirait Coluche : » Et ils le vendent leur film ? »k06115551.jpg

Ces deux sorties cinématographiques ont aiguillé ce papier vers des sentiers torrides, à consommer avec modération, et interdits aux mineurs en ce qui concerne le film évoqué ci-après.   

Avec le très hot  Destricted,  (4 extraits derrière le lien)  qui regroupait plusieurs courts métrages d’artistes avec comme unique cahier des charges de proposer une représentation de la sexualité, Larry Clark, (extrait explicite sur Xhamster) Matthew Barney, Gaspar Noé ou encore Sam Taylor-Wood, avaient créé des oeuvres débridées et pornographiques, mais surtout destinées aux garçons.¨

Par la suite, cinq réalisatrices françaises, Lola Doillon, Maïwenn le Besco, Helena Noguerra, Arielle Dombasle et Caroline Loeb avaient toutes tourné un court métrage sur la thématique du désir féminin. Et tous ces petits films furent regroupés pour former X-plicit, qui sera à terme projeté au cinéma.

Une seule contrainte leur avait été imposée : réaliser des scènes pornographiques !

 Vous pouvez vous rendre sur le site ,  Second Sexe, pour en apprendre davantage…en voici un avant goût…

k02817581.jpg  » Les six x-plicit films de Second Sexe se retrouvent ici unis dans une version longue: Arielle Dombasle et « Le bijou indiscret », Lola Doillon et « Se faire prendre au jeu », Laetitia Masson et « Enculées », Helena Noguerra et « Peep show Heros », Mélanie Laurent avec « A ses pieds » et enfin Caroline Loeb avec « Vous désirez? « .  6 propositions foisonnantes réalisées par des personnalités fougueuses… »

Pour la seconde saison, nommée X Femmes 2, de nouvelles artistes ont été contactées :  l’américaine Zoe Cassavetes, fille du grand John et soeur de Nick, avec Samedi Soir, la chorégraphe espagnole Blanca Li qui a fait Pour elle, la cinéaste française Tonie Marshall et son Beau Sexe et enfin Anna Mouglalis avec Les Filles.  Le sexe abordé avec le regard de femmes talentueuses… Le résultat sera à la télévision sur Canal + dès le 27 juin.  Sur Pure People

Dans ce cas précis, les producteurs ont au moins le mérite d’annoncer la couleur d’entrée.  

Qui se souvient de la Grande Bouffe de Marco Ferreri en 1973 ? Le fantasque italien avait défrayé la chronique avec son « oeuvre » polémique. Pour l’époque Pompidou-Giscard c’était très audacieux.

Je ne suis pas devin ni critique de cinéma, mais il y fort à parier que nous reviendrons à un cinéma plus académique, question de faire une pause, avant de repartir de plus belle dans la provocation.



Caligula…épuisant mais pas épuisé

Ça y est c’est décidé, je passe au viagra !!!k06725881.jpg

Le Bain de Lucrèce a encore frappé avec un article très hot sur le film de Tinto Brass ou  plutôt sur les scènes additives de Caligula… 

Et si vous prenez le temps de lire les interviews et les infos cachées derrière chacun des liens, vous en apprendrez de « belles » sur Laurie Wagner et ses copines…pour peu que vous compreniez l’anglais.

Mais je suis persuadé que vous allez apprendre très vite !



Erotoons …

 On savait que les contes pour enfants, ceux de Perrault, d’Andersen ou des u1736003111.jpg Frères Grimm, portaient en leur seins ces fruits défendus que sont la violence et le sexe…

On vit même, jadis (en 1976), une version « hot » d’Alice in Wonderland (Alice au Pays des Merveilles), avec la  très « attentionnée », Christine Debell….

Le site suivant   http://www.1000misspenthours.com/reviews/reviewsa-d/aliceinwonderland.htm explique que le phénomène des versions érotiques, au cinéma, des must de la littérature enfantine prit corps (si je puis dire) en 1968 : Boucle d’Or, Pinocchio, Cendrillon, figurent parmi les premières adaptations, etc..

La toile regorge également d’extraits de Bernard et Bianca, Aladdin, le Roi Lion, La Petite Siréne, et Who Framed Roger Rabbit, qui ont déclenché les foudres des très conservatrices ligues américaines, car elles y ont décelé des allusions sexuelles « flagrantes » (« The American Life League, u167366271.jpgune organisation chrétienne américaine, a même utilisé ces images contre Disney en 1995″)…

« Au sujet des fresques et des frasques de la petite souris, on visitera, la page suivante, du côté de l’oncle Sam,

http://www.snopes.com/disney/films/mermaid.asp

et ci-après, la même chose en français… 

http://www.allocine.fr/communaute/forum/message_gen_communaute=2&nofil=301848&cfilm=27524.html

http://www.tribal.be/ViewArticle.php?ref=TRIA02047&from=cesars

http://sexe.fluctuat.net/blog/33470-messages-sexuels-chez-disney.html

html://www.koreus.com/modules/news/article2813.html  

 u156471301.jpg

Ce dernier portail évoque également la « sex bomb » Jessica dans   »Qui  veut la Peau de Roger Rabbit ». Deux autres adresses posent « la » question : qui a déshabillé Jessica  ?

 http://www.anomalies-unlimited.com/Disney/Jessica.html

 http://www.snopes.com/disney/films/jessica.asp 

Nota: il n’est pas trop tard pour découvrir les trois films du réalisateur belge, Picha :  La Honte de la jungle,(1975) succès mondial qui met en scène un herzats de  Tarzan,   particulièrement obsédé par les choses du sexe. Il enchaîne avec lau184935231.jpg déjantée fable préhistorique Le Chaînon Manquant (1979), et en 2007,  ce sera Blanche-Neige, La Suite, une suite particulièrement osée du conte de Disney 

  • …ainsi que Cléopatra Queen of Sex – (Osamu Tezuka & Eiichi Yamamoto – 1970)

  • The Téléphone Book (Nelson Lyon – 1971),

  • Fritz The Cat (d’après Robert Crumb – Réalisation Ralph Bakshi – 1972 )  

  • The nine lifes of Fritz the Cat  (d’après Robert Crumb- Réalisation Robert Taylor Bakshi – 1974 )

u167359151.jpgMais l’imagination des Yankees ne s’arréte pas au subliminal.

On peut, pour quelque « penny », s’offrir des versions « X » de Pocahontas, La Belle et la Bête…     

La B.D., tout d’abord, s’expose dans des scènes de sexe explicites, avec des  dessins   d’Aladin, le Bossu de Notre Dame, la Petite Sirène, La Belle au Bois Dormant, Blanche Neige, Hercule, Alice aux Pays des Merveilles….

Les cartoons, ensuite, où l’on reconnaît bien les visages (le graphisme est généralement soigné) de Jasmine, Belle, Alice, Ariel, mais pour le reste, un ouragan de liberté semble avoir pris possession du corps de ces demoiselles… 

Enfin on peut trouver un  site proposant  également des versions « chocs » de Mulan, Les Indestructibles, Atlantide, Kim Possible, Lilo et Stitch…

 Pour acceder à tout cela il suffit de taper « Disney Sex » sur un moteur deu181106781.jpg  recherche. 

Mais que diable allait faire notre Inspecteur Gadget dans cette incroyable orgie de contrefaçons …tellement étourdi qu’il en avait oublié son pantalon.



Cosi Fan Tutte

J’ai honte …oui je l’avoue, j’ai honte de me servir de Wolfgang Amadeus pour trouver un titre racoleur alors que je n’ai pas la moindre intention de parler d’Opéra. Je n’en ai pas la prétention non plus. 

En anglais le titre est moins beau « All ladies do it !  » mais peut-être plus suggestif; Tinto Brass l’avait utilisé pour un de ses films. Toutes les femmes (et on devrait ajouter tous les hommes) lgdo00331.jpge font-elles ? Les acteurs et les actrices,  que l’on voit s’enlacer au cours  de scènes torrides, en dehors de ceux qui tournent pour le « X », ont-ils vraiment fait l’amour sur le plateau (appelons un chat un chat) ?

Je ne dois pas être le seul a être hanté par cette question existentielle si j’en crois cet article du New-York Times (Michelle Borth and Luke Farrell Kirby in “Tell Me You Love Me,” a new series on HBO with explicit sex scenes – Source Mireya Navarro 30 Sept 2007) :  

http://www.nytimes.com/2007/09/30/fashion/30sex.html?_r=2&ref=fashion&oref=slogin&oref=slogin

Un petit flash back tout d’abord pour se souvenir que depuis que l’homme tient une caméra il ne s’est pas privé pour donner dans l’érotisme : si Louise Willy était encore parmi nous elle acquiescerait (Le Bain ou Douche après le Bain 1896) de même qu’Hedy  Lamarr-Kiesler (Ekstase  1935).

Nous ne nous attarderons pas ici sur les bruits qui se répandaient sur Joan Crawford et Greta Garbo, en leur attribuant quelques rôles dans des films pornographiques. Si ce n’est pour citer également cette reflexion d’un homme de confiance de la MGM, J. Robert Rubin en visionnant les bobines incriminées : » Si cette femme est Joan Crawford, moi je suis Greta Garbo ! « . 

http://films.blog.lemonde.fr/2008/07/10/extase/

Ils l’ont vraiment fait … 

2005731160011.jpg  Carol Laure et Lewis Furey dans L’Ange et la Femme (film en noir et blanc du canadien Gilles Carle – 1977), selon la presse Lewis Furey n’est pas encore le compagnon de Carole Laure au moment du tournage… »une époque où l’on pouvait croire que la pornographie allait sortir de son ghetto pour investir le cinema tout entier et se normaliser » (Lui 1986 dans un article conscaré à Maruschka Detmers)

 L’empire des sens de Nagisa Oshima avec  Eiko Matsuda and Tatsuya Fuji…j’ai gardé en mémoire la conférence de presse qui suivit la projection à Cannes : ce fut un moment d’anthologie, tant côté journaliste, que côté acteur…Eiko Matsuda semblait « génée » par le côté direct et cru des questions….

Les cahiers du cinema racontent :   

  »Eiko Matsuda était membre de l’équipe de théâtre de Shuji Terayama. Katsue Tomiyama, directrice d’Image Forum, l’avait amené au casting du rôle, pour une audition. Elle a tourné quelques films après L’Empire des Sens, dont un Tanaka ‘Koshoku gonin onna’. Elle n‘avait pas tout à fait disparue. On dit qu’elle était quelqu’un de très libéral. L’impact produit par le fait qu’un cinéaste international ait tourné pour la première fois un film hardcore fit sensation au Japon. Mais après L’empire, elle ne tourna plus de films qui dépasserent cette notoriété. « 

http://www.cahiersducinema.com/article1497.html

L’ont ils  fait ??? Oui …mais non !!!!

Intimité ou Intimacy (2001) du français Patrice Chereau comporte de nombreuses scènes de sexe, non simulées, entre les acteurs Kerry Fox et Mark Rylance, mais le compagnon de l’actrice Alexander Linklater a démenti dans un article de presse. 

http://www.guardian.co.uk/film/2006/nov/26/features.review

http://www.guardian.co.uk/film/2001/jun/22/features.features11

Oui mais voilà le Guardian n’est pas vraiment convaincu par les arguments du boyfriend, le comparant à Bill Clinton (rien que ça) dans son argumentaire sur sa relation avec Monika Lewinsky : s’il n’y a pas eu pénétration….On croirait entendre Thierry Ardisson !

 http://www.guardian.co.uk/film/2001/jun/23/features.comment

Rumeurs….ils l’auraient fait ( On remarquera au passage que certains couples à l’écran le sont à la ville)

Le texte a été laissé dans certains cas en anglais, la traduction n’étant pas indispensable à la compréhension. 

  • Likewise Kim Novak and Richard Johnson in the filming of « The Amorous Adventures 20057295600111.jpgof Moll Flanders » (1965). (Johnson who briefly became Novak’shusband in real life). …L’info n’a pas été verifiée : il ne s’agit donc que d’une rumeur de forum.

  • Also between Barbara Hershey & David Carradine in Scorsese’s Boxcar Bertha(1972). In interviews, both Hershey & Carradine have said it was for real.

  •  Hypolyte Girardot et Isabelle Otero – L’Amant Magnifique (1985) – Film d’Aline Isserman -  A noter qu’au moment du tournage les deux acteurs vivaient en couple. 

  • 37°2 Le Matin ou Betty Blue : Au sujet de la première scène du film   »Jean-Hugues Anglade and Beatrice Dalle were supposedly adding a lot more heat than just the film lights at the beginning of Betty Blue (86) »   http://www.freshmag.com.au/sexinthecinema.html 

Sur le même site on évoque « Donald Sutherland and Julie Christie  in Don’t Look Now (1973 ),   Jack Nicholson and Jessica Lange »  dans « The Postman Always Rings Twice « (81) (Le facteur sonne toujours deux fois).

Des révélations sur un « Al Pacino » plutôt réservé : 

There have been rumours about whether the sex scenes were real between Al Pacino and Ellen Barkin in Sea Of Love (1989)  

« Actress Ellen Barkin has disclosed that Al Pacino was shy when it comes to in their steamy sex scene in Sea of Love.When quoted, Ellen said “We never talk about that scene. Al was very shy.”Then she added “I don’t think he’s comfortable with those kind of scenes. I am. At the time I was anyway. Now I wouldn’t be, but I thought it was a good icebreaker in those days”   http://girlretro.com/2007/05/29/ellen-barkin-revealed-al-pacino-uncomfortable-with-sex-scene/ 

 Mickey Rourke et Carre Otis : Sensuelle Orchidée

In 1990, both Rourke and Otis starred in the erotic thriller Wild Orchid, a sexually graphic film that almost received an X-rating. To bring the film into an R-rating to help with its theatrical release, a love scene involving both Mickey Rourke and Carre Otis had to be edited out of the film. It was widely rumored that the sex scene involved actual intercourse, as Rourke and Otis has become involved in a relationship during filming.
http://www.absolutenow.com/mugshots/mickey_rourke.html

Brad Pitt and Geena Davis in Thelma & Louise (1991)

Geena Davis refusa la doublure pour les scènes d’amour, mais, on a évoqué la possibilité des « real sex scenes »…

« For the more raunchy sex scenes between Brad Pitt and Geena Davis, director Ridley Scotthad assumed that a body double would be needed for Geena. Shortly after he’d begun auditioning prospective doubles, Davis learned of Scott’s intentions and insisted that no doubles were needed in those steamy scenes. » http://www.imdb.com/title/tt0103074/trivia

Jane March et Tony leung….il y avait une doublure !!!

u167540531.jpg  »When L’amant (1992) was released, false rumours of her having real love scenes with co-star Tony Leung Ka Fai circulated, and she felt abandoned and exploited by Annaud for never putting an end to the speculation, which even fueled the rumours and gained huge publicity for the film. …. March never spoke to Annaud for 10 years, until his apology to her in 2003. »

Il est fort possible que la rumeur soit une stratégie marketing qui d’ailleurs s’est avérée payante. Mais l’hypothèse a été émise qu’une partie de l’équipe du film se soit prise à son propre jeu : lorsque Jane March en janvier 1992 déclare (par traducteur interposé) au présentateur du 20h de TF1, qu’elle a eu des orgasmes pendant le tournage, et que le film donne lieu à de grandes émissions sur le thème de l’amour, il ne faut pas s’étonner du retour du boomerang.  

http://www.celebritywonder.com/html/janemarch.html

Sharon and Michael….Basic Instinct (1992)

 Le film fît scandale notamment pour la scène de l’interrogatoire dans laquelle Sharon Stone croise et décroise langoureusement les jambes. Celle-ci a par la suite expliqué son geste en disant qu’elle ne pensait pas que Paul Verhoeven filmerait cette partie intime du corps.

Avant d’être attribué à la peu connue Sharon Stone, le rôle de Catherine Tramell fut d’abord proposé à Kim Basinger, Michelle Pfeiffer, Mariel Hemingway, Geena Davis et Ellen Barkin qui déclinèrent toutes l’offre des producteurs en raison du caractère sulfureux du personnage et des scènes dénudées.http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=7342.html 

Alec Baldwin et Kim Basinger – The Gateway (1994)

« Roger Donaldson’s action thriller was a more explicit remake of Sam Peckinpah’s 1972 escape/chase film (with Steve McQueen and Ali MacGraw); it starred Alec Baldwin as released Mexican prison con Doc McCoy and Kim Basinger (Baldwin’s real-life wife at the time) as wife Carol who experienced passionate sex scenes together while on the lam from the law and crooked partner Jack Benyon (James Woods); it was produced in various versions including an uncut, unrated one »

Cette note est tirée du site suivant http://www.filmsite.org/sexinfilms.html

Il reprend l’histoire de l’érostisme au cinema depuis son origine, année aprés année, film après film avec des clichés, qui peuvent certes parfois choquer, mais attestent d’un remarquable travail de recherche…à visiter absolument.

Rumors are flying around Hollywood that Sienna Millerand co-star Hayden Christensen had actual sex during a scene in their new film Factory Girl. (2006)

Je ne reproduirai pas la liste de tous les films où l’on peut vraiment voir des scènes explicites,2005729580011.jpg  sachant que  Wikipedia tient cette rubrique à jour….Donc pour Le Diable au  Corps, Nine Songs, Ken Parks, Guardami, Brown Bunny, Pola X, Battle In Heaven et quelques autres reportez-vous aux adresses qui suivent…

http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_mainstream_films_with_unsimulated_sex

Un top-ten un peu spécial mais qui vaut le coup d’oeil :

http://www.fakes.net/top10_sex.htm

About.com publie cette enquête moins complète que Wikipedia,sous la plume de Cory Silverberg (Août 2007).

http://sexuality.about.com/od/eroticmovies/a/real_sex_scene_2.htm

http://sexuality.about.com/gi/dynamic/offsite.htm?zi=1/XJ&sdn=sexuality&cdn=health&tm=29&gps=163_65_1079_638&f=00&su=p674.5.336.ip_&tt=2&bt=1&bts=1&zu=http%3A//www.greencine.com/central/guide/sexinthemovies%3Fpage%3D0%252C0

Le forum du cinéma anglais offre aussi quelques infos que l’on peut recouper avec d’autres sources grâce aux moteurs de recherche

 http://www.britmovie.co.uk/forums/general-film-chat/5408-real-sex-scenes-2.html

Si vous pouvez vous contenter des photos et si vous maîtrisez la langue de Shakespeare, dirigez-vous vers Celebrity Movie Archive (Newest Files)….Il vous suffira de vous souvenir de quelques mots d’anglais évocateurs, et de cliquer sur « Description » …All Ladies do it !!!   

http://www.celebritymoviearchive.com/