Archives

Archive pour avril 2010

Alice en illimité…

Nous reproduisons ici, un texte écrit par Blue Pepper pour le blog de Nathalie de Piment Rose en y incluant un extrait dont le contenu est réservé aux adultes…. 

csc030431.jpg Rassure toi, ami internaute, toi qui maîtrise les arcanes de la lecture en diagonale, je ne vais pas t’infliger une nième critique du film de Tim Burton.

Ceux qui me connaissent savent que, généralement je trempe ma plume dans des fioles parfumées à l’érotisme suranné….

Bon, si on pouvait me mettre un petit thème de Francis Lai ou Royal Canin par Ennio Morricone en fond sonore, pour l’ambiance, ce serait pas de refus…

Revenons donc à Alice.

Lewis Caroll, l’auteur, la dote d’un caractère d’exploratrice curieuse, pas terrorisée pour deux sous à l’idée de suivre un lapin dans son terrier, ce qui lui fait déjà un point commun avec la créatrice de ce blog dont la passion pour les rabbits n’a jamais été démentie.

C’est en jouant sur cet aspect du personnage que fut tourné en 1976,  Alice in Wonderland, le premier film musical pornographique.  

On reconnaîtra bien volontiers que la partition et les lyrics n’ont pas laissé un souvenir impérissable dans les annales (désolé…) x103467881.jpg

Le réalisateur   Bud Townsend fut épaulé par le producteur William Osco, qui avait saisi  l’opportunité d’adapter une oeuvre dont les droits étaient tombés dans le domaine public. Osco s’était déjà distingué par une parodie érotique de Flash Gordon ( Flesh Gordon) en 1975. 

Il ne restait plus qu’à trouver une Alice juvénile et majeure. Ce fut Kristine Debell (lien réservé à un public averti), playmate d’Avril 1976.

Ce long métrage rapporta près de 90 millions de dollars; et la Fox qui flairait les bons coups, avait sorti les ciseaux pour obtenir une déclassification du film.

Depuis décembre 2007, une version restaurée et non censurée est disponible en Dvd. 

En bon nostalgique des seventies, je souhaitais évoquer ce passage peu ordinaire de l’autre côté du miroir.