Second « sex » Life

Posté le 25 mai 2009

cb1077311.jpg La frontière entre le cinéma classique et le X ressemble de plus en plus à la ligne Maginot : on passe par dessus ou on la contourne dans l’allégresse…

A l’occasion de la sortie du film « Coco Chanel et Igor Stravinsky » de Jan Kounen les projecteurs se sont posés sur Anna Mouglalis  (Interview disponible sur Elle.fr ). De fil en aiguille on la découvre, également, en tant que réalisatrice « cryptée » pour Canal + .

Par ailleurs la projection d’Antichrist de Lars Von Treers a confirmé la tendance qui consiste à saupoudrer les films de scènes de sexe non simulées. L’article suivant a été relevé sur le net durant le festival de Cannes, il est assez représentatif de ce qui se dit sur la toile à propos de la performance des acteurs et du réalisateur :

 » Avec Antichrist (le T combine en fait une croix et le symbole féminin), Lars von Trier a repoussé les limites de l’ignoble. Dès la première scène, le ton est donné : Charlotte Gainsbourg et Willem Dafoe font l’amour sur une musique religieuse, avec images de pénétration en gros plan, pendant qu’un bébé glisse par la fenêtre. Plus tard, Charlotte Gainsbourg, entièrement nue, se masturbe frénétiquement dans les bois. Puis fait de même à son compagnon inconscient, qui éjacule du… sang. Et pour cause : elle vient de lui balancer une boîte à outil entre les jambes. Juste après…   » Si vous êtes à jeun, lire la suite ici

Comme dirait Coluche : » Et ils le vendent leur film ? »k06115551.jpg

Ces deux sorties cinématographiques ont aiguillé ce papier vers des sentiers torrides, à consommer avec modération, et interdits aux mineurs en ce qui concerne le film évoqué ci-après.   

Avec le très hot  Destricted,  (4 extraits derrière le lien)  qui regroupait plusieurs courts métrages d’artistes avec comme unique cahier des charges de proposer une représentation de la sexualité, Larry Clark, (extrait explicite sur Xhamster) Matthew Barney, Gaspar Noé ou encore Sam Taylor-Wood, avaient créé des oeuvres débridées et pornographiques, mais surtout destinées aux garçons.¨

Par la suite, cinq réalisatrices françaises, Lola Doillon, Maïwenn le Besco, Helena Noguerra, Arielle Dombasle et Caroline Loeb avaient toutes tourné un court métrage sur la thématique du désir féminin. Et tous ces petits films furent regroupés pour former X-plicit, qui sera à terme projeté au cinéma.

Une seule contrainte leur avait été imposée : réaliser des scènes pornographiques !

 Vous pouvez vous rendre sur le site ,  Second Sexe, pour en apprendre davantage…en voici un avant goût…

k02817581.jpg  » Les six x-plicit films de Second Sexe se retrouvent ici unis dans une version longue: Arielle Dombasle et « Le bijou indiscret », Lola Doillon et « Se faire prendre au jeu », Laetitia Masson et « Enculées », Helena Noguerra et « Peep show Heros », Mélanie Laurent avec « A ses pieds » et enfin Caroline Loeb avec « Vous désirez? « .  6 propositions foisonnantes réalisées par des personnalités fougueuses… »

Pour la seconde saison, nommée X Femmes 2, de nouvelles artistes ont été contactées :  l’américaine Zoe Cassavetes, fille du grand John et soeur de Nick, avec Samedi Soir, la chorégraphe espagnole Blanca Li qui a fait Pour elle, la cinéaste française Tonie Marshall et son Beau Sexe et enfin Anna Mouglalis avec Les Filles.  Le sexe abordé avec le regard de femmes talentueuses… Le résultat sera à la télévision sur Canal + dès le 27 juin.  Sur Pure People

Dans ce cas précis, les producteurs ont au moins le mérite d’annoncer la couleur d’entrée.  

Qui se souvient de la Grande Bouffe de Marco Ferreri en 1973 ? Le fantasque italien avait défrayé la chronique avec son « oeuvre » polémique. Pour l’époque Pompidou-Giscard c’était très audacieux.

Je ne suis pas devin ni critique de cinéma, mais il y fort à parier que nous reviendrons à un cinéma plus académique, question de faire une pause, avant de repartir de plus belle dans la provocation.

Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire